Extension Factory Builder

Amel Boubekeur : "L'intégration maghrébine est une nécessité"

20/07/2010 à 16:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amel Boubekeur. Amel Boubekeur. © D.R.

La chercheuse algérienne au Carnegie Middle East Center, basé à Beyrouth, nous explique l’intérêt qu’ont les pays du Maghreb à s’unir.

Jeune Afrique : L’idée d’une intégration maghrébine est-elle en train de gagner du terrain ?

Amel Boubekeur : En fait, nous sommes face à un paradoxe. Le Maghreb n’est pas une notion abstraite : c’est un ensemble régional homogène, qui connaît aujourd’hui une certaine dynamique économique et démocratique. Pour expliquer la non-intégration de cet ensemble, on se contente souvent de citer la fermeture de la frontière entre l’Algérie et le Maroc. En réalité, le problème de la liberté de circulation est beaucoup plus profond : les Maghrébins se déplacent très peu, non seulement chez leurs voisins, mais même à l’intérieur de leur pays. D’où des échanges et des communications très faibles dans un espace où l’on partage pourtant la même langue et la même religion.

Pour les dirigeants, la question de l’union maghré­bine ne représente pas une valeur ajoutée et ils ne l’ont d’ailleurs pas intégrée à leur agenda. Les seuls vrais domaines de coopération sont la lutte antiterroriste et les quelques échanges économiques. Si les politiques européennes ne prennent pas dans cette région c’est aussi parce que chaque pays veut être un pôle et que personne ne veut céder de la place à son voisin.

Est-ce que cette intégration est inéluctable ?

C’est en tout cas une nécessité. Et la société civile maghrébine en est peut-être la plus consciente. Depuis quelques années, les associations et les ONG, mais aussi les étudiants, communiquent beaucoup plus et participent à une propagation des idées et des tendances au sein du Maghreb. De leur côté, les patrons sont de plus en plus nombreux à penser qu’une intégration économique sera le préalable à une plus grande intégration politique et sociale et plaident en ce sens auprès des politiques.

L’élément qui me paraît fondamental est aussi le changement des générations. Celles de l’indépendance ont laissé la place à de jeunes élites qui veulent se définir régionalement. À ce titre, la solidarité maghrébine qui a prévalu lors des matchs de football de l’Algérie est tout à fait remarquable. Nos jeunes se sentent beaucoup plus maghrébins qu’on ne le croit.

Les indicateurs montrent que les conditions de vie des Maghrébines s’améliorent. Cette évolution est-elle pérenne ?

Oui, mais il ne faut pas oublier que les femmes sont des citoyens comme les autres et qu’elles souffrent de la même manière, voire plus que les autres, du contexte politique, économique et social.

La Tunisie reste une pionnière en la matière, car elle a eu le plus tôt le cadre législatif le plus avancé. Mais elle ne doit pas se reposer sur ses lauriers. Avec le chômage, la cherté de la vie et le retour à des valeurs refuges, les femmes accordent moins d’importance aux diplômes et, partant, à leur indépendance. Cette fragilisation touche d’ailleurs les trois pays, quels que soient les efforts qu’ils ont faits pour améliorer le statut de la femme sur le papier.

On dispose de plus en plus d’indicateurs sur la qualité de vie au Maghreb, mais les enquêtes et sondages d’opinion restent néanmoins très rares…

Et c’est très dommageable. Les chercheurs qui travaillent sur le Maghreb ne sont d’ailleurs pas assez nombreux. Ce n’est pas un hasard si, même dans les facultés du Maghreb, on préfère faire sa thèse sur l’Europe et sur le Moyen-Orient. C’est à la fois dû à un manque de liberté politique et au fait qu’il n’y a pas assez d’émulation, de débats d’idées de l’élite intellectuelle, autour de la question du Maghreb.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Nizar Mourabit : faux Marocain, vrai imposteur

Un politologue du nom de Nizar Mourabit sévit depuis quelques années au pays des tulipes. Il est apparu un jour sur la scène médiatique, ou plutôt il y a surgi, et n'a cessé de publ[...]

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté[...]

Abdelfattah al-Sissi à Paris - Alain Gresh : "L'impression de revoir Moubarak reçu par Sarkozy"

Le directeur adjoint de la rédaction du mensuel français "Le monde diplomatique" et spécialiste du Moyen-Orient, Alain Gresh, répond aux questions de "Jeune Afrique" sur la visite[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Algérie : Chakib Khelil dans le collimateur égyptien

La justice égyptienne a lancé une commission rogatoire liée à une affaire de blanchiment d'argent présumé qui concerne Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de[...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces