Extension Factory Builder

Amel Boubekeur : "L'intégration maghrébine est une nécessité"

20/07/2010 à 16:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amel Boubekeur. Amel Boubekeur. © D.R.

La chercheuse algérienne au Carnegie Middle East Center, basé à Beyrouth, nous explique l’intérêt qu’ont les pays du Maghreb à s’unir.

Jeune Afrique : L’idée d’une intégration maghrébine est-elle en train de gagner du terrain ?

Amel Boubekeur : En fait, nous sommes face à un paradoxe. Le Maghreb n’est pas une notion abstraite : c’est un ensemble régional homogène, qui connaît aujourd’hui une certaine dynamique économique et démocratique. Pour expliquer la non-intégration de cet ensemble, on se contente souvent de citer la fermeture de la frontière entre l’Algérie et le Maroc. En réalité, le problème de la liberté de circulation est beaucoup plus profond : les Maghrébins se déplacent très peu, non seulement chez leurs voisins, mais même à l’intérieur de leur pays. D’où des échanges et des communications très faibles dans un espace où l’on partage pourtant la même langue et la même religion.

Pour les dirigeants, la question de l’union maghré­bine ne représente pas une valeur ajoutée et ils ne l’ont d’ailleurs pas intégrée à leur agenda. Les seuls vrais domaines de coopération sont la lutte antiterroriste et les quelques échanges économiques. Si les politiques européennes ne prennent pas dans cette région c’est aussi parce que chaque pays veut être un pôle et que personne ne veut céder de la place à son voisin.

Est-ce que cette intégration est inéluctable ?

C’est en tout cas une nécessité. Et la société civile maghrébine en est peut-être la plus consciente. Depuis quelques années, les associations et les ONG, mais aussi les étudiants, communiquent beaucoup plus et participent à une propagation des idées et des tendances au sein du Maghreb. De leur côté, les patrons sont de plus en plus nombreux à penser qu’une intégration économique sera le préalable à une plus grande intégration politique et sociale et plaident en ce sens auprès des politiques.

L’élément qui me paraît fondamental est aussi le changement des générations. Celles de l’indépendance ont laissé la place à de jeunes élites qui veulent se définir régionalement. À ce titre, la solidarité maghrébine qui a prévalu lors des matchs de football de l’Algérie est tout à fait remarquable. Nos jeunes se sentent beaucoup plus maghrébins qu’on ne le croit.

Les indicateurs montrent que les conditions de vie des Maghrébines s’améliorent. Cette évolution est-elle pérenne ?

Oui, mais il ne faut pas oublier que les femmes sont des citoyens comme les autres et qu’elles souffrent de la même manière, voire plus que les autres, du contexte politique, économique et social.

La Tunisie reste une pionnière en la matière, car elle a eu le plus tôt le cadre législatif le plus avancé. Mais elle ne doit pas se reposer sur ses lauriers. Avec le chômage, la cherté de la vie et le retour à des valeurs refuges, les femmes accordent moins d’importance aux diplômes et, partant, à leur indépendance. Cette fragilisation touche d’ailleurs les trois pays, quels que soient les efforts qu’ils ont faits pour améliorer le statut de la femme sur le papier.

On dispose de plus en plus d’indicateurs sur la qualité de vie au Maghreb, mais les enquêtes et sondages d’opinion restent néanmoins très rares…

Et c’est très dommageable. Les chercheurs qui travaillent sur le Maghreb ne sont d’ailleurs pas assez nombreux. Ce n’est pas un hasard si, même dans les facultés du Maghreb, on préfère faire sa thèse sur l’Europe et sur le Moyen-Orient. C’est à la fois dû à un manque de liberté politique et au fait qu’il n’y a pas assez d’émulation, de débats d’idées de l’élite intellectuelle, autour de la question du Maghreb.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle 'ligne de précaution' de 5 milliards de dollars

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Les autorités libyennes demandent l'aide internationale pour éteindre l'immense incendie à Tripoli

L'incendie qui ravage un important site de stockage de carburant près de l'aéroport de Tripoli était toujours hors de contrôle, mardi. Le gouvernement libyen a fait appel à l'aide[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Gaza : trois mouvements palestiniens, dont le Hamas, favorables à une trêve de 24 heures

Les trois principaux mouvements palestiniens se sont dits favorables mardi à une trêve humanitaire de 24 heures.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

Libye : un avion des forces loyales à Khalifa Haftar s'écrase à Benghazi

Un avion militaire engagé au côté du général dissident Khalifa Haftar s'est écrasé mardi à Benghazi, où des combats font rage depuis samedi.[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a [...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers