Extension Factory Builder

Jean-Marc Anga : "Il faut rémunérer davantage les producteurs de cacao"

13/07/2010 à 16:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean-Marc Anga. Jean-Marc Anga. © D.R.

En octobre, cet Ivoirien de 49 ans prendra la direction exécutive de l’OIC, qui regroupe 42 pays représentant 80 % de la production mondiale et 60 % des importations. Réunis à Genève du 21 au 25 juin, ils ont signé un accord, valable dix ans à compter de 2012. Il doit garantir une plus grande transparence du marché.

Jeune Afrique : La production des pays producteurs a connu une baisse continue. Où en est-on ?

Jean-Marc Anga : Selon nos estimations, la production mondiale de cacao pour la campagne 2009-2010 se situera autour de 3,6 millions de tonnes. Pour la campagne 2010-2011, nous prévoyons une hausse de la demande de l’ordre de 2,5 %, ainsi qu’une production en hausse d’environ 6 %, due principalement à une amélioration des conditions climatiques. On aura, pour 2009-2010, un excédent de production d’environ 70 000 t, contre 18 000 t selon les projections initiales.

Comment relancer durablement la filière ?

Il faut une coopération plus étroite entre les secteurs public et privé. Côté production, il y a un besoin d’investissement pour rajeunir le verger cacaoyer, appliquer les meilleures pratiques culturales afin de lutter contre les ravageurs et maladies, améliorer la qualité, la productivité et la quantité afin de répondre à la demande croissante, le tout en conformité avec les normes sanitaires et phytosanitaires des pays. De ce côté, nous avons des signes encourageants. En Côte d’Ivoire et au Ghana, le secteur privé et les structures publiques mettent en place des projets communs. La Sierra Leone, le Liberia, la RD Congo et bien d’autres font appel aux bailleurs de fonds internationaux comme la Banque mondiale pour développer leur secteur cacaoyer. Enfin, la priorité des priorités pour nous est de nous assurer que, pour tous ces efforts, les producteurs sont très bien rémunérés.

Et côté consommation ?

Nous allons axer nos efforts sur la promotion dans des pays prometteurs comme la Chine, la Russie, l’Inde, ainsi que dans les autres économies émergentes, de même que dans les pays producteurs, où existe un fort potentiel.

La directive européenne de 2003 autorisant l’utilisation de matières grasses végétales a-t-elle fait chuter la consommation ?

Il est vrai que, au départ, nous avions des appréhensions concernant cette directive : nous craignions que la possibilité donnée aux chocolatiers d’utiliser des matières grasses autres que le beurre de cacao dans la fabrication du chocolat n’entraîne une baisse de la consommation. Nos estimations avaient même envisagé une réduction de la demande de l’ordre de 200 000 t/an. Au final, la réticence des consommateurs face aux produits de substitution a forcé les chocolatiers à ne pas modifier leurs recettes. Au contraire, avec la découverte des propriétés nutritionnelles positives du cacao, le chocolat à haute teneur en cacao connaît un boom considérable.

Aujourd’hui les producteurs réclament une meilleure transparence économique. Qu’en est-il ?

La transparence du marché est un élément fondamental de l’accord que nous venons de conclure. Celui de 2001, en vigueur jusqu’en septembre 2010, avait mis en place un comité du marché, chargé de s’assurer que les pays membres transmettaient à l’Organisation internationale du cacao [OIC] leurs données économiques. Mais la transmission par les compagnies de broyage, méfiantes à l’égard de la concurrence, des informations sur les produits dérivés ou semi-finis [beurre, poudre et liqueur de cacao] posait problème. Dans le nouvel accord, les États, en étroite coopération avec leur secteur privé, s’engagent à nous fournir toutes les données statistiques, c’est-à-dire celles concernant la production, les broyages, la consommation, les exportations, les réexportations, les importations, les prix et stocks de cacao et de produits dérivés de cacao.

Avez-vous les moyens de vérifier la fiabilité des données transmises par les États producteurs ?

Oui, et nous pouvons faire des recoupements avec d’autres. À la suite de quoi nous prenons nos responsabilités et publions les chiffres qui nous paraissent les plus objectifs. Il en va de notre crédibilité vis-à-vis du marché.

L’OIC a-t-elle une réelle influence ?

L’OIC a le poids que veulent bien lui conférer ses États membres*. Nous ne sommes pas une police en tant que telle, plutôt un organe de suivi de la mise en œuvre de l’accord, mais aussi de conseil et d’assistance technique.

Que pensez-vous de la situation en Côte d’Ivoire ?

Je ne souhaite pas en parler.

L’activité y est-elle pénalisée par l’instabilité politique ?

Paradoxalement, la situation politique de ce pays n’est pas un facteur déterminant dans le niveau de la production de cacao. En dehors des premiers moments de la crise, en septembre 2002, qui ont fait exploser les prix et causé des mouvements sociaux récurrents qui, de temps en temps, retardent les exportations, les volumes de cacao au départ de la Côte d’Ivoire n’ont pas l’air de souffrir de la situation politique du pays.

La financiarisation du secteur n’est-elle pas un risque ?

Certains estiment que la spéculation est responsable de la volatilité, voire de la baisse des prix sur le marché. C’est peut-être vrai sur le court terme, mais une étude récente de l’OIC montre que ces paramètres s’équilibrent dans le temps et n’ont pas un impact vraiment significatif dans le long terme. Néanmoins, nous suivons étroitement cette question et nous avons en projet une autre étude pour faire l’état des lieux depuis notre dernière analyse.

 

* Pays africains membres de l'OIC : Cameroun, Côte d'Ivoire, Gabon, Ghana, Nigeria, Togo.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Méditerranée : 3 690 migrants secourus samedi, nouvelles opérations en cours

Méditerranée : 3 690 migrants secourus samedi, nouvelles opérations en cours

Les garde-côtes italiens ont annoncé dimanche matin avoir coordonné les secours de 3 690 migrants samedi en Méditerranée, alors que de nouvelles opérations étaient en cours dans la m[...]

Boxe : Mayweather remporte le "combat du siècle" et touche le jackpot

Floyd Mayweather a encore bien géré son affaire: il est resté invaincu, a unifié la catégorie des welters et va recevoir, au bas mot, 120 millions de dollars, sans vraiment avoir[...]

Plus de 3400 migrants secourus en Méditerranée

Un total de 3427 migrants ont été secourus samedi en mer Méditerranée, après une série de naufrages meurtriers en avril. Les opérations de sauvetage se sont principalement[...]

Grande-Bretagne : Kate, princesse de Cambridge, a accouché d'une fille

L'épouse du prince William, Kate, a accouché samedi matin d'une petite fille, quatrième dans l'ordre de succession au trône, a annoncé le palais de Kensington, une nouvelle qui a[...]

Etats-Unis : six policiers de Baltimore inculpés du meurtre de Freddie Gray

La mort de Freddie Gray, décédé une semaine après son interpellation musclée à Baltimore, est un "homicide" et six policiers sont poursuivis, a annoncé vendredi la[...]

Boxe : Pacquiao-Mayweather, le "combat du siècle" qui met les précédents KO

Jamais dans l'histoire de la boxe un combat n'a généré autant d'attention, d'attente et de millions: le choc entre Manny Pacquiao et Floyd Mayweather samedi à Las Vegas relègue les autres[...]

Français, néocons et fiers de l'être... comme Philippe Val

"Émigré, émigré, reste là, t'en vas pas ! Maint'nant qu't'es installé, mon vieux tu es chez toi chez moi..."[...]

Racisme : les habitants noirs de Baltimore se méfient depuis longtemps de leur police

Pierre Estep avait 16 ans quand un policier de Baltimore l'a mis en joue en plein visage, ce qui ne l'a pas vraiment incité à aimer les forces de l'ordre.[...]

Viols sur mineurs en Centrafrique : un scandale potentiellement dévastateur pour la France

L'armée française, habituée aux interventions en Afrique, fait face à un scandale aux effets potentiellement dévastateurs à la suite d'accusations d'enfants selon lesquels des soldats[...]

Peine de mort - Arabie saoudite : vers un macabre record de décapitations ?

Condamnés à mort pour meurtre et trafic de drogue, deux Saoudiens ont été décapités au sabre jeudi en Arabie saoudite. Ce qui porte à 71 le nombre d'exécutions dans ce pays[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces