Extension Factory Builder

Slim Othmani : "Il faut que l'État et le patronat cessent de se regarder comme des adversaires"


16/07/2010 à 10:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Slim Othmani. Slim Othmani. © Sidali Djenidi

Le président du conseil d’administration de NCA-Rouiba revient sur l’impératif de développement du secteur privé algérien et sur la nécessité de trouver une alternative au manque de confiance entre l’État et les entreprises.

Slim Othmani, 53 ans, est vice-président du Cercle d’action et de réflexion autour l’entreprise (Care), membre de l’Association des producteurs algériens de boissons et du Forum des chefs d’entreprises (FCE). Il a présidé le groupe de travail Goal (Gouvernance Algérie), qui a rédigé le premier code algérien de gouvernance d’entreprise, adopté en mars 2009 par les associations patronales.


Jeune Afrique : Quelle est votre appréciation du climat des affaires en Algérie ?

Slim Othmani : L’amélioration du climat des affaires passe nécessairement par le rétablissement du dialogue, et de la confiance, entre les pouvoirs publics et le monde des affaires.

Deux conditions doivent être réunies. La première est la restructuration en profondeur du patronat algérien, qui avance toujours en rangs dispersés, avec des airs dissonants et sans aucune approche prospective de l’économie algérienne. La seconde est la clarification, par les pouvoirs publics, du rôle clé de l’entreprise publique et de l’entreprise privée, productrices de bien-être et de richesses, comme substitut à une économie de rente. Il y a un réel espoir si les deux parties cessent de se regarder comme des adversaires et se considèrent plutôt comme des partenaires. Ils ont une lourde responsabilité vis-à-vis de la société algérienne : celle de construire une économie prospère.

Que pensez-vous du plan 2010-2014 et de son enveloppe d’investissements de 286 milliards de dollars ?

L’économiste Abdelmadjid Bouzidi évoque quatre moteurs pour assurer la croissance : investissements, consommation, exportations et dépenses publiques. Cette enveloppe est partagée en deux grands volets : l’un concerne les dépenses publiques ; et l’autre, à notre grande satisfaction, concerne l’entreprise.

Le seul bémol, si l’on veut polémiquer, c’est la capacité des pouvoirs publics à exécuter un programme aussi ambitieux en faisant presque abstraction de la nécessité d’un dialogue avec le monde des affaires. Par ailleurs, le retard accusé par l’administration et le système bancaire dans leurs programmes de réformes et de mise à niveau pourrait être un facteur handicapant.

Les opérateurs économiques se plaignent de lourdeurs bureaucratiques. Est-ce un vrai handicap ?

Oui, ces lourdeurs existent. Elles sont pénibles, trop souvent inutiles, mais pas insurmontables. Ce qu’il faut souligner, et c’est beaucoup plus grave, c’est que ces lourdeurs rendent de facto notre économie non compétitive. Elles sont dues à l’absence d’un management clair et non contradictoire des pouvoirs publics sur le rôle de l’entreprise et la liberté d’entreprendre, et sont le symptôme évident d’une économie de rente.

Le pays est revenu au protectionnisme. Est-ce la bonne solution pour relancer son économie ?

Tout en étant opposé à une politique économique fortement protectionniste, je dois dire que ce passage qui nous a été imposé a été rendu nécessaire par le retard accusé dans la mise à niveau de l’entreprise algérienne. Cependant, j’ose espérer que ces mesures sont transitoires et ne seront pas prolongées au-delà de vingt-quatre à trente-six mois.

Il faut être vigilant, ne pas négliger les conséquences inflationnistes de ces mesures et leurs répercussions sur la productivité totale des facteurs capital et travail. Une autre voie est à prendre sérieusement en compte : celle de l’intégration maghrébine, qui peine à se concrétiser. Cette intégration, via des partenariats public-public, public-privé et privé-privé, contribuera inéluctablement à décrisper les pouvoirs publics et donnera à l’économie algérienne un nouveau souffle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest à une autre session. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

L'Algérien Issad Rebrab nommé CEO africain de l'année

Issad Rebrab, fondateur du groupe Cévital, et le Kényan Chris Kirubi ont été nommés dirigeants africains de l'année au cours du Africa CEO Forum. Danone, Equity Bank, Helios et IHS ont[...]

France : à Béziers, Robert Ménard entretient la nostalgie de l'Algérie française

En rebaptisant une rue célébrant la signature des accords d’Évian (17 mars 1962) par le nom d’un ancien officier impliqué dans des affaires de torture en Algérie, le maire de[...]

Faire du ski en Afrique ? Oui, c'est possible !

Profiter de la poudreuse en Afrique, une envie originale mais qui peut facilement devenir réalité dans l'une des six stations de ski africaines.Tour d'horizon. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers