Extension Factory Builder
11/06/2010 à 15:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jessy Matador attend d'être 'grandiose' avant de se rendre en RD Congo. Jessy Matador attend d'être "grandiose' avant de se rendre en RD Congo. © Hidéto Ogawa pour J.A

Candidat de la France au concours de l’Eurovision, cet artiste d’origine congolaise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : son deuxième album sort le 14 juin.

Oslo, 29 mai. Sur la scène du 55e concours de l’Eurovision, Jessy Matador, gilet blanc sur tee-shirt noir, tente de réveiller le public suédois avec des déhanchés endiablés sur le rythme de sa chanson Allez Ola Olé. Parmi les 24  autres participants, tous très convenus, de ce grand rendez-vous annuel de la chanson européenne, il dénote. Objectifs affichés : « mettre le feu » et, surtout, gagner. Il s’est finalement classé douzième, deuxième meilleur score pour la France depuis 2001. Jessy Matador, on l’avait rencontré quelques jours avant le concours, autour d’un thé fumant, dans une petite salle de sa maison de disques – Wagram Music. « Cette opportunité est immense dans la carrière d’un artiste, assurait-il d’une voix grave. Surtout en tant que jeune issu de l’immigration. »

Ce Franco-Congolais de 26 ans, au physique athlétique et au look soigneusement étudié – jean branché, tee-shirt largement échancré, sac de luxe –, se montre terriblement sérieux et économe de ses sourires. Ce qui frappe chez lui, c’est d’abord une détermination sans faille. « Je vais me donner à 120 % pour être à la hauteur » ; « Je veux laisser mon empreinte et réaliser de grandes choses », dit-il. Rien ne semble pouvoir l’ébranler, pas même la polémique qui a suivi l’annonce de sa sélection pour l’Eurovision, le 12 février dernier.

Ce jour-là, un flot de haine raciste avait déferlé sur les forums internet, tandis que la chanson qu’il proposait, jugée trop légère, était violemment fustigée. « C’est sans importance, lâche-t-il, agacé. Cela me motive davantage. » Falla Boy, son ami de toujours, confirme : « Il représente la mixité qui existe en France. Il sait accepter les critiques pour mieux avancer. » Le débat sur l’identité nationale, relancé sur certains sites ? « Je refuse d’en parler, c’est une question trop sensible. » Si les préjugés racistes ont jalonné son parcours, il s’est toujours battu, gardant coûte que coûte un « moral en béton » et la tête froide.

Inébranlable Jessy, qui nourrit ses ambitions depuis si longtemps. En 2001, il intègre le groupe Les Cœurs brisés comme danseur. Le musicien Dany Engobo, fondateur de ce collectif, se souvient de lui : « Il était très travailleur et doté d’une grande volonté. Il faisait tout pour obtenir ce qu’il désirait. » Le groupe avait déjà quatorze ans d’existence, mais Jessy Matador en est vite devenu un pilier. En quatre ans, au fil des représentations, il a fait le tour du monde (États-Unis, Congo, Grande-Bretagne, Italie et Canada). Quand il revient en France, c’est avec une idée en tête : créer son propre groupe de musique. Il crée donc La Selesao en 2005. Aujourd’hui, il produit toujours certains de ses quatorze membres.

C’est à la même époque que l’idée lui vient de créer son propre style musical. Il baptise « Afrikan New Style » cet étonnant mélange de musique africaine et de sonorités plus urbaines. « J’ai souhaité garder l’esprit festif de la musique congolaise tout en créant un nouvel univers, à mi-chemin entre l’Occident et l’Afrique », explique-t-il. Après avoir assuré la première partie du collectif ivoirien Magic System au Bataclan, une grande salle parisienne, il décide de se consacrer totalement à la musique. Mais quand il se produit à Dakar (Sénégal), en 2007, il se heurte à tant de difficultés, de « galères », qu’à son retour, il est contraint de revoir sa partition. Pour coller davantage à la mode musicale du moment ? « Non, explique-t-il. J’ai fait le choix, que j’assume entièrement, de sons plus actuels. Après une première version de Décalé Gwada assez communautaire, j’ai su faire évoluer ma musique. » Et ça marche plutôt bien, la nouvelle version de la chanson est un tube (14 millions de visites sur un célèbre site de partage de vidéos).

Au printemps 2008, Matador signe chez Wagram Music. Son premier album, Afrikan New Style, sort dans les bacs et Mini Kawoulé, le deuxième single, tournera en boucle sur les ondes. Son image et son discours, il les maîtrise très bien. Il sait mettre en avant sa nature calme, bien qu’impulsive, sa politesse, sa modestie (« Au paradis ou en enfer, on ne sera pas des VIP »), et il assure, philosophe, que « seuls les doutes font avancer, pas les certitudes ». Ce n’est que lorsqu’on évoque sa famille, qui représente « tout » pour lui, que Jessy Matador semble enfin céder la place à Jessy Kimbangi.

Peu après sa naissance à Paris, sa mère (originaire de RD Congo), qui « travaille dans l’immobilier », et son père (Congo-Brazzaville), « entrepreneur assureur », se séparent. De la figure paternelle, il gardera la discipline. Même s’il a été « séparé pendant très longtemps » de son père, parti travailler en Afrique en laissant derrière lui ses six enfants, dont l’aîné, Jessy. Celui-ci a grandi à Épinay-sur-Seine puis à Vanves, en région parisienne. Il confesse avoir été un adolescent turbulent et têtu, jamais en rade pour les petits larcins. C’est là la seule zone d’ombre que consent à éclairer Jessy Matador. Car sitôt le pater familias rentré, au début de son adolescence, ce passionné de football jure qu’il comptait parmi les meilleurs élèves de son collège (porte de Clignancourt, à Paris). « J’ai compris que quand on travaille bien, on arrive à tout, explique-t-il. C’est devenu ma priorité. » Après des études hôtelières au lycée Belliard de Paris, il obtient un baccalauréat professionnel avec, insiste-t-il, « la meilleure note du lycée ».

Mais c’est d’abord la musique qui compte pour celui qui confie nourrir une admiration sans borne pour l’artiste congolais Werrason, « le show-man d’Afrique ». À la maison, le ndombolo tournait en boucle, tout comme la musique chrétienne qu’écoutait sa mère. Matador rejoint un temps les cuisines d’un restaurant parisien sur les Champs-Élysées et c’est sous les encouragements de son patron qu’il prend la décision de se « lancer à fond dans la zik ». Aujourd’hui, il ne se considère pas comme un représentant de l’Afrique, mais comme « un soldat parmi tant d’autres ». « Dès qu’on entend les premières notes de ma musique, on sait que je suis congolais », assure-t-il. C’est en 2002 qu’il se rend pour la première fois sur le continent, lors d’un séjour scolaire au Mali. Il se souvient avec émotion du sentiment « indescriptible » ressenti lors de son arrivée à l’aéroport. Il rêve d’ailleurs de se rendre en RD Congo, mais pour cela, « l’enfant du pays » a besoin d’être « grandiose » et d’offrir une prestation de grande qualité, par respect pour ses parents. Pour l’heure, malgré la relative défaite de l’Eurovision, il attend avec impatience la sortie de son second album, Elektro Soukouss, le 14 juin. Loin d’Oslo et près de son fils de 4 mois, dont il évoque le futur anniversaire avec un grand sourire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Leïla Menchari

Parcours précédent :
Nadir Dendoune

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers