Extension Factory Builder
28/05/2010 à 11:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Autoportrait. Autoportrait. © Youssef Nabil

Ce photographe égyptien établi à New York et passionné de cinéma navigue entre journal intime et portraits d’artistes. Sa principale ambition ? L’immortalité.

Omar Sharif, Rossy de Palma, Natacha Atlas, Sting, David Lynch, Faten Hamama… Voilà quelques-unes des célébrités que l’objectif de Youssef Nabil a immortalisées. Sa démarche de portraitiste n’a jamais varié. Qu’il photographie ses amis, comme à ses débuts, des stars, ou encore lui-même, comme aujourd’hui, il commence d’abord par mettre son sujet en scène avant de prendre une photo, puis de la tirer en noir et blanc et de la coloriser à la main. Le résultat ? Ses modèles ont cet air glamour suranné qui n’est pas sans rappeler l’atmosphère des films classiques égyptiens auxquels il a été biberonné. Ce sont d’ailleurs ces chefs-d’œuvre du patrimoine cinématographique de son pays qui sont à l’origine de sa vocation d’artiste. « Je devais avoir tout juste 5 ans quand j’ai réalisé qu’en fait les acteurs “jouaient” des personnages. Il ne s’agissait pas de leur vraie vie, mais d’une sorte de “jeu” auquel ils avaient recours pour nous raconter une histoire qui n’avait rien de “réel” », confie-t-il. Ayant pris conscience de la différence entre fiction et réalité, Nabil demande à sa mère : « Mais où sont-ils, maintenant, ces acteurs ? » Et le plus souvent, elle répond : « Ils sont morts. » « C’était une réponse choquante. J’étais amoureux de tous ces gens beaux et morts. Plus tard, j’ai eu envie de rencontrer les stars que j’aimais et de les photographier avant qu’elles meurent ou que je meure », poursuit ce jeune homme qui a grandi à ­Héliopolis, une coquette banlieue du Caire.

Issu d’un milieu modeste, Youssef Nabil dilapide son maigre argent de poche aux puces, où il achète des revues d’art européennes. Il y apprend l’anglais, s’informe sur les pratiques artistiques… Puis il découpe les articles qui l’intéressent et, avec le reste, réalise des collages. S’il s’imagine bien étudiant en art, ses parents, plutôt modestes, préféreraient qu’il suive une filière moins précaire. « Mes proches ne comprenaient pas ce que je voulais faire. Ils s’inquiétaient pour moi. Ils voulaient que j’aille à l’université. Ce que j’ai fait puisque, de toute manière, aucune école des beaux-arts où j’avais postulé ne voulait de moi. J’ai décroché une maîtrise de littérature française à l’université d’Ain Shams, au Caire, mais je ne me souviens pas de ce que j’y ai étudié… »

À partir de 1992, avec un appareil photo emprunté, il réalise ses premiers clichés. Des amis viennent poser dans sa chambre. Il commence le journal intime qu’il poursuit encore aujourd’hui. Et c’est en cherchant à faire tirer ses photos qu’a lieu la première rencontre décisive : le photographe arménien Van Leo, célèbre pour ses portraits hollywoodiens, qui avait son studio au Caire. « Van Leo m’a encouragé. Il m’a expliqué beaucoup de choses sur la photographie. On passait énormément de temps à parler de la vie, de l’art, des gens… Il était très généreux, et il me manque énormément aujourd’hui », reconnaît le jeune artiste. À la mort de Van Leo, en 2002, Youssef Nabil n’est plus un inconnu. Il a eu l’occasion de travailler à New York comme assistant d’un autre photographe, David LaChapelle, rencontré en Égypte par le plus grand des hasards. « Je photographiais une amie dans un ancien hôtel du Caire quand LaChapelle m’a abordé… Il réalisait un reportage et avait besoin d’une aide logistique. J’ai un peu travaillé pour lui, et on est resté en contact. De retour à New York, il m’a proposé de le rejoindre… et en mars 1993 j’ai débarqué aux États-Unis, et je suis devenu son assistant », explique-t-il.

Après avoir travaillé quelques années avec LaChapelle, Nabil collabore avec Mario Testino, autre coqueluche du milieu de la mode. En 1998, il cesse d’assister les autres pour se consacrer entièrement à son propre travail. Il rentre (provisoirement) au pays et se lance dans une série de portraits de personnalités artistiques du monde arabe, dont les chanteurs Amr Diab et Cheb Khaled ou le réalisateur Youssef Chahine. En 1999, il expose pour la première fois ses travaux en Égypte. Deux ans plus tard, sa première exposition individuelle à l’étranger a lieu au Mexique. Il y voit un signe, lui qui se sent des affinités avec la peintre Frida Kahlo. Sa carrière internationale est lancée. En 2003, il est invité à la Cité internationale des arts, à Paris. Il quitte l’Égypte en sachant qu’il ne s’y réinstallera pas de sitôt. « En partant, je savais que je ne voulais pas revenir. Je sentais venir une forme d’autocensure. Pour l’éviter, j’ai eu besoin de partir », dit-il. Qu’en est-il sept ans plus tard ? « Je pourrais revivre à Héliopolis, le quartier où j’ai grandi, ou, pourquoi pas, dans le désert… » Pourquoi, alors, avoir quitté Paris pour New York, en 2006 ? « C’était l’un de mes rêves. J’ai toujours entendu parler des artistes vivant à New York comme Jean-Michel Basquiat, Keith Haring, Andy Warhol… ».

Aujourd’hui, il peut s’enorgueillir d’une reconnaissance internationale. Ses nombreuses publications (I Live Within You, chez Scad, ou I Won’t Let You Die, chez Hatje Cantz) mais aussi les galeries (The Third Line à Dubaï, Volker Diehl à Berlin), les institutions (Villa Médicis, Institut du monde arabe) et les manifestations (Biennale de Venise, Rencontres africaines de la photographie) où il expose en témoignent. Son œuvre, ponctuée d’autoportraits, est une sorte de journal intime pudique où il est question d’amour, de sexe et de solitude. Pour Nathalie Obadia, sa galeriste à Paris, Youssef Nabil est « un artiste romantique qui sait montrer l’intime avec grâce ». Elle le compare aux grands portraitistes que sont Ingres, Gainsborough, Renoir et, plus près de nous, David Hockney. « C’est un coloriste hors pair qui trouve toute l’âme des sujets dans les palettes utilisées. Youssef­ Nabil est un peintre de la photographie, son œuvre est unique et n’a pas besoin de formats spectaculaires pour s’exprimer », poursuit-elle.

Pour Youssef Nabil, « photographier est une sorte d’union ; et le travail qui naît, après, un acte d’amour, qui est le fruit de cette rencontre ». À qui rêve-t-il de s’unir aujourd’hui ? « Néfertiti… de son vivant », répond-il sans hésitation. Mais quand on lui demande de se limiter aux personnes encore de ce monde, il répond « Elizabeth Taylor et Sophia Loren ». En attendant de les immortaliser, il est en train de concrétiser un autre rêve, qui n’étonnera personne vu l’admiration qu’il voue au cinéma : troquer son appareil photo contre une caméra.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Djemila Benhabib

Parcours précédent :
Leïla Menchari

Réagir à cet article

Egypte

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord lundi soir sur la prolongation de vingt-quatre heures du cessez-le-feu en vigueur à Gaza. Cette décision adoptée in extremis, peu avant l'expiration de la[...]

Égypte : trois morts dans des heurts en marge de manifestations pro-Morsi

Trois personnes ont péri vendredi en Égypte dans des heurts en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi, a affirmé un responsable de la sécurité, au[...]

Égypte : trois morts dans la répression de la commémoration des massacres de 2013

Au moins trois personnes ont été tuées jeudi au Caire en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi qui ont peiné à mobiliser à l'occasion du[...]

Fatma, survivante de Rabaa : "Il y avait du sang partout"

Il y a un an, les autorités égyptiennes dispersaient dans le sang deux sit-ins en soutien à Mohamed Morsi, sur les places Nahda et Rabaa. Une répression d’une rare violence que HRW a[...]

Sissi et le massacre de Rabaa al-Adawiya, le Tian'anmen égyptien

Selon l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, la tuerie de Rabaa al-Adawiya, perpétrée il y a tout juste un an contre des partisans des Frères musulmans, est[...]

Gaza : prolongation de la trêve pendant cinq jours

Après de nouveaux raids aériens sur Gaza en riposte à des tirs de roquettes, l'Égypte a annoncé mercredi soir la prolongation pour une durée de cinq jours de la trêve entre[...]

Égypte : un an après, Sissi veut tourner la page des massacres d'août 2013

Le 14 août 2013, une répression terrible s’est abattue sur les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Un an après, le maréchal au pouvoir, Abdel Fattah al-Sissi, veut[...]

Répression des Frères musulmans : deux dirigeants de HRW interdits de séjour en Égypte

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a annoncé lundi que deux de ses directeurs ont été interdits d'entrer en Égypte où ils devaient présenter un rapport sur la sanglante répression[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

L'Égypte finit d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique

L'Égypte a achevé samedi d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique en prononçant la dissolution de leur branche politique plus d'un an après que l'armée a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers