Extension Factory Builder

Stéphane Eholié : "Devenir une firme internationale"

27/05/2010 à 11:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Stéphane Eholié, PDG de la Simat. Stéphane Eholié, PDG de la Simat. © Falonne pour J.A.

Première entreprise 100 % africaine cotée à Paris, depuis le 21 décembre 2007, la Simat affiche une croissance à deux chiffres. Son patron détaille ses ambitions pour 2010, dont celle d’entrer à la Bourse d’Abidjan.

Jeune Afrique : L’année 2009 a vu l’activité portuaire mondiale se dégrader. Comment avez-vous surmonté ce contexte difficile ?

Stéphane Eholié : Le marché africain a globalement résisté à la crise. Le taux du fret n’a pas chuté et il y a de plus en plus d’armateurs. De fait, notre chiffre d’affaires a continué de progresser : en 2009, il est de 18 millions d’euros, soit une croissance de 63 % [11 millions d’euros en 2008, NDLR], et nous visons 20 millions d’euros en 2010.

Vous avez introduit 20 % du capital sur le marché libre de la Bourse de Paris en 2007. Vous envisagez maintenant de le faire sur la Bourse d’Abidjan. Quel est le bilan de cette première introduction et pourquoi vous tourner désormais vers la place ivoirienne ?

Notre métier a une forte intensité capitalistique, et notre problème, en tant qu’entreprise africaine, est d’accéder à l’argent. Il faut donc avoir la confiance des banques, car, soyons clairs, ce sont elles qui financent le commerce international. Or la Bourse est un moyen d’augmenter notre visibilité auprès des établissements financiers internationaux. Grâce à l’introduction sur la place parisienne, notre activité a enregistré une hausse de 30 % ! Nous cherchons de nouveau à accroître notre capital de 3 à 4 millions d’euros. La Bourse d’Abidjan peut nous le permettre. Notre ambition en 2010 est de transformer le « ivoirienne » de Simat en « internationale ».

La prochaine étape ne pourrait-elle pas être le développement dans d’autres pays africains ?

Nous n’excluons pas la possibilité d’une croissance ex nihilo ou par le rachat d’une entreprise sur le continent. Mais il y a plusieurs entraves. D’abord, créer une ligne maritime sur un autre port africain n’est pas évident : les problèmes de nationalité et les ego prennent souvent le dessus. De plus, les multinationales du Nord sont perçues comme plus sérieuses et plus solides que les entreprises du Sud. Et pour avoir des clients, il faut la confiance des armateurs. La différence avec des groupes comme celui de Bolloré, c’est qu’ils ont une présence historique et une structure financière importante. Ce n’est pas évident de trouver sa place et de recréer la même chose.

En outre, la lourdeur administrative pèse sur la fluidité des opérations : le domaine portuaire est un domaine industrialisé, nous devons travailler en flux tendu. Les barrières sont aussi financières et logistiques. Tous les magasins étant acquis, il faut soit en créer, soit en racheter. Enfin, tout cela dépend de la croissance économique du pays et de la volonté politique. Car, lorsque l’on regarde les pays émergents, on constate que c’est la volonté politique qui a permis à des entreprises locales de se développer. 

Quels sont donc vos principaux projets cette année ?

Nous avons décidé de renforcer notre présence à San Pedro [dans le sud-ouest du pays, NDLR] avec l’installation d’une agence et l’implantation d’une usine de reconditionnement de café et de cacao d’une capacité de 25 000 à 30 000 tonnes par an, mais aussi avec l’augmentation de nos surfaces d’entreposage, qui seront accrues de 10 000 m2. Notre programme d’investissement se monte à 10 millions d’euros pour 2010.

Pour conclure, qu’est-ce qui, selon vous, explique la bonne tenue du secteur en Afrique, au regard du contexte mondial­ ?

L’Afrique est une niche pour nombre d’armateurs. Les meilleures marges sont ici. Même si les volumes n’influent pas encore de manière significative sur les comptes d’exploitation des grandes multinationales, le transport maritime ne peut qu’être croissant sur le continent.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara, qui savourait fin août ses derniers jours de vacances à Mougins, dans le sud de la France, la rentrée s'annonce chargée avec un voyage en Co[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex