Extension Factory Builder

Mahamat-Saleh Haroun, de l'exil au tapis rouge

19/05/2010 à 14:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le cinéaste tchadien, le 14 mai à Paris. Le cinéaste tchadien, le 14 mai à Paris. © Jacques Torregano pour J.A.

Son dernier film, "Un homme qui crie", est en compétition pour la Palme d'or au Festival de Cannes. Portrait d'un cinéaste rigoureux, passionné et acharné.

Imaginez un réalisateur d’un État africain très pauvre de 11 millions d’habitants totalement dépourvu de salles et sans aucune tradition cinématographique. Ce cinéaste partira a priori avec de sérieux handicaps pour se faire une place dans le milieu terriblement concurrentiel du septième art. Après avoir signé quatre longs-métrages, voilà pourtant que le Tchadien Mahamat-Saleh Haroun, 49 ans, a déjà réussi à obtenir la plus belle des consécrations planétaires pour un metteur en scène : le 16 mai, il a gravi les marches conduisant au grand auditorium Louis-Lumière du Palais des festivals, à Cannes, pour présenter son dernier film, Un homme qui crie, en compétition pour la Palme d’or.

Bien que déjà récompensé à plusieurs reprises, notamment à la Mostra de Venise, et célébré par la critique pour la beauté de ses images et la rigueur de ses scénarios, Haroun est on ne peut plus conscient de l’importance de ce qui lui arrive. Impossible de ne pas l’être : la répercussion de cette sélection officielle pour le plus grand festival de cinéma de la planète, nous a-t-il confié, est énorme, unique. Les réactions sont immédiatement venues du monde entier. Il est vrai que l’absence des cinéastes africains dans la compétition cannoise depuis treize longues années confère à la projection d’Un homme qui crie la dimension d’un véritable événement. Le cinéaste s’est rendu compte qu’il devenait ainsi, bon gré mal gré, « un peu le porte-parole du continent ». D’autant qu’aujourd’hui « l’invisibilité de l’Afrique » sur le grand écran « fait qu’il y a un désir d’Afrique » et « une grande attente ». Ainsi, toujours passionné mais d’apparence plutôt calme derrière sa volumineuse moustache, Haroun est depuis trois semaines sous tranquillisants, car, avant l’épreuve de La Croisette, « il y a de quoi flipper ».

Ce qui a déclenché son amour du cinéma se produit très tôt, assure-t-il, lorsqu’il voit son premier film, au Tchad, à l’âge de 8 ans : le sourire d’une belle femme indienne face caméra en gros plan le tétanise… car il a cru sur l’instant qu’il lui était destiné. Autre influence, encore plus déterminante, celle de sa grand-mère paternelle, Kaltouna,­ une femme de caractère qui était « une formidable conteuse », avec un tel art du récit qu’il « voyait tout ce qu’elle disait en images ». Originaire d’Abéché, dans l’est du pays, près de la frontière avec le Soudan, il poursuit des études très classiques jusqu’en classe de première. C’est alors, à 17 ans, qu’il part pour un exil durable après avoir fait pour la première fois l’expérience de la guerre : touché par une balle perdue lors d’un épisode de l’interminable conflit qui secoue le pays depuis une quarantaine d’années, il est évacué sur une brouette vers le Cameroun. Après un court séjour à Pékin, où son père est diplomate, il s’installe en France, où, tout en faisant des petits boulots, il s’inscrit dans une école de cinéma, puis, car il faut bien vivre, dans une école de journalisme, à Bordeaux.

Il travaille donc pendant cinq ans dans la presse quotidienne de province, comme secrétaire de rédaction ou comme spécialiste des faits divers, une excellente formation dit-il, avant de réaliser enfin son rêve de passer derrière la caméra. Après un court-métrage très remarqué, Maral Tanié, en 1994, sur le drame des mariages arrangés, il entre par la grande porte dans l’univers des réalisateurs de longs-métrages en obtenant le prix du meilleur premier film au Festival de Venise pour Bye Bye Africa, une œuvre à mi-chemin entre la fiction et le documentaire, évoquant sous la forme d’une chronique la disparition du cinéma dans son pays. Ses deux films suivants, Abouna, l’histoire de deux enfants à la recherche de leur père, parti subitement, et Daratt, le superbe récit d’une tentative de vengeance qui invite à une réflexion humaniste sur les conséquences d’une guerre civile, l’installent définitivement parmi les grands du cinéma d’auteur. Le premier sera sélectionné à la principale manifestation « off » de Cannes, la Quinzaine des réalisateurs, et le second de nouveau à Venise, où il décroche le Prix spécial du jury. Il ne manquait plus, pour couronner le tout, que la compétition pour la Palme d’or. C’est chose faite. Avec un film qui tourne autour des deux thèmes essentiels du cinéma si exigeant de Mahamat-Saleh Haroun : les traumatismes de ceux qui subissent la guerre et les pères défaillants.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Noureddine Cherouati, redresseur d'image

Portrait précédent :
Jean Tigana

Réagir à cet article

Tchad

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Tchad : qui sont les sept complices de Hissène Habré condamnés à perpétuité ?

Le procès des années noires du régime Habré est entré mercredi dans une phase décisive avec le verdict rendu par la Cour criminelle spéciale de N’Djamena qui jugeait les[...]

Tchad : sept accusés condamnés à la perpétuité au procès de complices de l'ex-président Habré

Sept accusés ont été condamnés à la prison à perpétuité dans le cadre du procès des complices de l'ancien président Hissène Habré. Parmi eux[...]

Niger : plus de 200 combattants de Boko Haram tués en dix jours, selon l'armée

Dans un communiqué lu jeudi à la télévision nationale, l'armée nigérienne a affirmé avoir tué plus de 200 combattants du groupe islamiste Boko Haram au cours de l'offensive[...]

Tchad : onze policiers arrêtés après la répression d'une manifestation d'étudiants

La justice tchadienne a ouvert une enquête après la répression musclée des manifestations d’étudiants la semaine dernière. Une dizaine de policiers ont été[...]

Opposition tchadienne : contre Boko Haram, mais pas avec Déby...

En janvier, à l'Assemblée nationale, les députés de l'opposition ont approuvé l'engagement des troupes tchadiennes au Cameroun et au Nigeria. Mais, préviennent-ils, cela n'est pas[...]

Tchad : fermeture des écoles et universités après une manifestation étudiante meurtrière

Les autorités tchadiennes ont décidé de fermer les écoles et universités de N'Djamena "jusqu'à nouvel ordre" à la suite d'une manifestation violente d'étudiants[...]

Combien coûte au Tchad la guerre contre Boko Haram ?

La guerre contre Boko Haram au Nigeria coûte au Tchad moins cher que son intervention au Mali. Mais elle n'est pas donnée pour autant.[...]

Tchad : Idriss Déby Itno, le boss du Sahel

À la tête de la meilleure armée de l'Afrique francophone, le président tchadien, Idriss Déby Itno, fait plus que jamais figure de "parrain" du Sahel face à la menace[...]

Nigeria : offensive militaire "terrestre et aérienne" du Niger et du Tchad

Les armées du Niger et du Tchad ont lancé dimanche une offensive "terrestre et aérienne" d'envergure au Nigeria contre les islamistes de Boko Haram depuis le sud-est du Niger, frontalier, a-t-on[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers