Extension Factory Builder

Mostafa Terrab : "Réduire nos coûts de 30 % à 40 %"

20/05/2010 à 12:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mostafa Terrab, directeur général du Groupe OCP. Mostafa Terrab, directeur général du Groupe OCP. © Delphine Warin pour J.A.

À la tête du numéro un mondial du phosphate, Mostafa Terrab, 54 ans, souhaite augmenter les capacités de production du groupe tout en diversifiant ses activités.

Jeune Afrique : Quel bilan tirez-vous de vos quatre premières années à la tête de l’Office chérifien des phosphates (OCP) ?

Mostafa Terrab : Le Groupe OCP a vécu plusieurs transformations majeures. D’abord une mutation juridique, puisque l’Office chérifien des phosphates, initialement public, est devenu en 2008 une société anonyme, Groupe OCP. Notre situation financière s’est améliorée, et nous avons mis en place une nouvelle stratégie destinée à augmenter notre capacité de production dans les mines, la chimie et les engrais. D’ici à sept ans, nous passerons de 30 millions à 50 millions de tonnes de capacité d’extraction de phosphate par an. Et nous avons lancé un appel d’offres pour la construction de deux usines d’engrais à Jorf Lasfar [port marocain à partir duquel l’OCP exporte son phosphate, NDLR], pour lequel nous avons déjà une quinzaine de candidats.

La chasse aux coûts n’est-elle pas aussi l’une de vos priorités ?

Avec l’amélioration de la ­productivité, l’utilisation de nouvelles techniques d’extraction et de nouveaux process de fabrication d’engrais, nous envisageons de réduire nos coûts de 30 % à 40 %. Notre objectif est d’arriver à moins de 10 dollars la tonne de phosphate, nous n’en sommes plus loin. Ces projets représentent des centaines de millions de dollars d’investissements.

Vous allez presque doubler votre capacité de production. N’est-ce pas trop risqué sur des marchés de matières premières aux cours très volatils ?

Nous allons ajuster notre stratégie de vente au marché du phosphate, car ce dernier est cyclique (la demande en engrais étant dépendante, par exemple, du climat ou de la culture des biocarburants). De temps en temps, il y a des pics de demande et il faut être réactif. Mais la stratégie qui consiste à utiliser toute notre capacité de production et à tout vendre est contre-productive car, parfois, la demande n’est pas au rendez-vous. À l’inverse, la flambée des prix de 2008 était due à un déséquilibre fondamental entre la demande et l’offre : ce déséquilibre venait d’un sous-investissement des producteurs depuis vingt ans, auquel nous souhaitons remédier.

Où en est votre superprojet de pipeline pour le transport du minerai des mines jusqu'au port de Jorf Lasfar ?

Les appels d’offres ont été lancés il y a quelques semaines. La mise en route du pipeline est prévue pour juin 2012. Il sera enfoui pour ne pas empêcher l’exploitation des terres agricoles en surface. En plein appel d'offres, il serait contre-productif d’indiquer l’enveloppe réservée à ce projet. Ce que je peux dire, c’est que l’on attend un retour sur investissement sur trois ou quatre ans.

Allez-vous privilégier les entrepreneurs marocains ?

Même en tant que plus grande entreprise du Maroc, nous avons compris que notre compétitivité dépendait de celle des entreprises locales. Le Groupe OCP doit donc leur donner les moyens d’accroître leur propre productivité en leur offrant des opportunités sur les marchés de la construction, de la sous-traitance ou de l’ingénierie industrielle pour qu’elles affinent leur savoir-faire et leur compétitivité.

Vous avez un projet de parc éolien, n’est-ce pas surprenant ?

Nous sommes effectivement en train de discuter avec des entreprises marocaines du secteur de l’énergie éolienne. Nous n'écartons pas l'idée de devenir nous-mêmes producteurs et d’ouvrir une filiale « Utilities », qui regrouperait les secteurs eau, énergie et environnement. Ce ne serait qu’une opération juridique puisque nous sommes déjà producteurs d’énergie, avec la récupération des vapeurs de nos usines, et d’eau, avec une usine de dessalement à Laayoune et deux autres projets à l’étude à Safi et à Jorf Lasfar.

Y a-t-il d’autres filialisations envisagées ?

La construction d'un nouveau port, à Safi, pourrait être l'occasion d’une diversification dans les opérations portuaires, ou du moins d'y être associé. Pour l'instant, nous sommes en discussion avec les autorités.

Propos recueillis à Rabat par Michael Pauron

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex