Extension Factory Builder
22/04/2010 à 11:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alexis Musanganya Alexis Musanganya © Jean-François Leblanc / Agence Stock Photo pour J.A.

À 36 ans, ce Canadien d’origine rwandaise est devenu le porte-drapeau du combat contre l’homophobie au sein de la communauté africaine du Québec.

Alexis Musanganya a 4 ans. Il s’imagine que sa mère, journaliste à la radio, est miniaturisée à l’intérieur du poste. D’où sa dévotion pour l’objet. Des années plus tard, quand il entend le chanteur français Michel Sardou entonner dans cet objet magique « Est-ce une maladie ordinaire ? Un garçon qui aime un garçon… », il saisit l’occasion pour interroger sa maman sur cette question mystérieuse. « Ne t’en fais pas, lui répond-elle. C’est une affaire de Blancs. Chez nous, ça n’existe pas. »

« Ça. » Parce qu’il n’y a pas de mot, dans la plupart des langues africaines, pour dire « homosexualité ». Pourtant, en cette année 1990, dans le milieu intellectuel de Kigali, où il est né et a grandi, Alexis Musanganya sait déjà qu’il a « une orientation sexuelle différente ». C’est pour cela qu’il a choisi le petit séminaire. « La seule possibilité de rester respecté dans la société, sans me marier, était la prêtrise », explique l’homme au sourire facile dont l’allure et les mots sont toujours soignés.

Mais avant d’arriver au Québec, en 1998, avant de devenir le premier Québécois d’origine africaine à s’engager pour la cause des gays et des lesbiennes noirs, avant d’avoir un CV de militant aussi long qu’un hiver canadien, Alexis Musanganya était persuadé que les démons s’étaient emparés de son corps. Au séminaire de Kigali, ce cinquième enfant d’une fratrie de sept s’est confié aux prêtres. Ils lui ont conseillé de réciter un rosaire. « J’en ai dit 1 000. Au bout du compte, j’étais toujours le même », raconte-t-il.

En 1994, alors que la guerre éclate au Rwanda, il a définitivement compris qu’il ne pouvait pas devenir un autre. Depuis six mois, il fréquente l’université de Butare, en sciences appliquées. La fac est jumelée à celle de Sherbrooke (Canada), la ville québécoise où vient de s’installer sa sœur. Il se prend à rêver à cet eldorado, « cet ailleurs où vivent les malades qui [lui] ressemblent. »

« J’imaginais les homosexuels comme des gens dépravés »

Quatre ans plus tard, grâce à sa sœur, Alexis Musanganya a été exaucé. Il est dans une cabine téléphonique publique du centre de Sherbrooke. Il appelle anonymement le centre d’aide pour les homosexuels Gai Écoute. « Ils m’ont aidé à me découvrir, comme un bébé qui apprend à marcher. » Le jour où il pousse la porte du bar gay de la ville, il est aussi soulagé que tremblant. « Je pensais saluer le diable assis sur un trône. En bon Africain, j’imaginais les homosexuels comme des gens dépravés. » En fait de créatures démoniaques, il rencontre des gens à l’aise, dans un pays qui les respecte. Le paradis ?

À Sherbrooke, il étudie l’informatique. « Même si je n’avais jamais touché un ordinateur de ma vie », plaisante celui qui travaille désormais comme webmestre à l’Office de consultation publique de Montréal. Aussi volontaire qu’apparemment désinvolte, Alexis Musanganya n’est pas peu fier. En 2002, il a mis à profit ses nouvelles compétences pour cofonder le site internet gayafrique.com, premier site francophone gay traitant des problématiques homosexuelles. Par un Africain et pour les Africains. « On y a diffusé des témoignages et des informations. Je voulais montrer aux gays d’Afrique qu’on n’a pas besoin d’émigrer pour vivre son homosexualité. »

Vraiment ? Sur un continent où les homosexuels risquent la prison et parfois la peine de mort ? « Il faut donner du temps à l’Afrique, qui croit encore que la colonisation lui a apporté l’homosexualité, alors qu’elle lui a apporté l’homophobie, relativise-t-il. Je crois en l’influence qu’aura un jour le coming out de certaines personnalités. C’est la clé. Si l’on veut que les mentalités changent, nous devons commencer par bien nous accepter nous-mêmes. Regardez-moi : j’étais timide et gay, j’ai transformé ma faiblesse en force. » Dès sa création, le site enregistre des centaines de milliers de visites. « La section rencontres a permis à beaucoup de gays d’Afrique de sortir de leur isolement et de créer des associations », se réjouit le militant.

Lorsqu’il emménage à Montréal, Musanganya fréquente le Village, le quartier homo de la ville. Des couleurs sur des drapeaux arc-en-ciel, il y en a. Mais des Noirs dans les rues, non… « Même ici, les gays d’origine africaine ont du mal à s’assumer, car leur communauté les rejette. » En 2004, désormais attaché à ce Canada qui lui a tout donné, le Rwandais fonde Arc-en-Ciel d’Afrique, un organisme pour les gays et lesbiennes d’origine africaine vivant au Québec. Discussions, conférences, informations santé visent à faire respecter l’homosexualité. Quoi qu’il arrive, il fonce. Comme si c’était hier, il se souvient des réflexions lancées par de nouveaux immigrants, lors de séances de démystification de l’homosexualité organisées par le Groupe de recherche et d’intervention sociale (Gris) de Montréal. « Tu es la honte du continent ! » « Plus je serai loin d’un homo, mieux je me porterai ! » Des discours « feu de paille », assure-t-il. « Je les interroge : comment réagiras-tu le jour où ton enfant, né ici, t’annoncera son homosexualité ? Mon rôle ce n’est pas seulement de mettre les gays à l’aise, mais d’aider les Africains à s’intégrer culturellement, à comprendre que, ici, ils ne pourront pas traiter un homosexuel de tous les noms ! »

Un combat mené à 100 à l'heure

« Alexis mène un combat difficile, estime Stephan Giroux, responsable du comité de diversité culturelle au Gris. Mais c’est un rassembleur, qui crée des liens et agit avec diplomatie et détermination. Il a décloisonné notre Gris, un peu trop québéco-blanc. »

Contribuer à ce que l’Afrique ne soit plus le continent qui manque sur la scène gay, il dit le faire « tout doucement ». En réalité, c’est à 100 à l’heure et sur son temps libre. Il piste tous les colloques et toutes les conférences sur le sujet, s’est démené pour qu’une délégation africaine participe aux défis sportifs Outgames de Montréal, copréside le regroupement des organismes gays ethnoculturels, est membre d’Action Séro-Zéro…

Qu’est-ce qui le fait courir ? Dire qu’il a expérimenté la fragilité de la vie serait un euphémisme. Lui qui aime pourtant raconter et se mettre en scène évoque difficilement les quatre années qui ont suivi le génocide. Des centaines de kilomètres parcourus à pied, de Kigali et Butare vers le Zaïre, puis la Zambie. Le désespoir et la mort fréquentés de trop près. « Cela a été le vide de ma vie ! Ce qui m’a fait comprendre qu’on n’a pas de temps à perdre pour être soi et agir selon ses convictions. » Lui qui semble toujours léger se raidit. « Mon ami a été accueilli dans ma famille, au Rwanda. Moi, je ne veux plus y retourner. Je veux oublier. Quand je suis arrivé ici, j’ai cessé d’être rwandais pour devenir africain. Tant mieux ! Les Canadiens m’ont donné tout le continent pour moi ! Mais n’en parlons plus. Ça brouille mon message. Moi, j’ai choisi de m’engager pour une autre cause. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Rim Mezghani

Parcours précédent :
Karim Natouri

Réagir à cet article

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces