Extension Factory Builder

Khalid Naciri : 'les juges ont eu la main très lourde" contre certains journalistes

26/04/2010 à 14:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Khalid Naciri, ministre marocain de la communication. Khalid Naciri, ministre marocain de la communication. © DR

Khalid Naciri, ministre marocain de la Communication, revient sur les rapports entre les médias indépendants et le pouvoir.

Jeune Afrique : Pourquoi aujourd’hui un débat sur les médias ?

Khalid Naciri : Le monde journalistique traverse une crise, et ses rapports avec les pouvoirs publics se sont détériorés. Il y a un an et demi déjà, j’avais proposé de lancer un débat pour lutter contre le climat délétère qui commençait à s’installer. Depuis quelques mois, le gouvernement a été mis en accusation, de façon souvent disproportionnée, mais j’ai choisi d’aller au-devant des revendications et des doléances des journalistes en participant au débat qui se tient actuellement au Parlement.

Il faut couper court aux faux débats, à ceux qui affirment que la liberté de la presse est en recul ou que le Maroc veut jeter une chape de plomb sur la presse. Nous devons dissiper les malentendus et dire haut et fort que le Maroc est plus que jamais engagé sur la voie de la démocratie et attaché au principe de la liberté de la presse. Cela ne doit pas autoriser pour autant les journalistes à contrevenir aux règles de la déontologie et à la loi. L’éthique n’est pas l’antidote de la liberté, mais son pendant.

Les journalistes eux-mêmes reconnaissent leurs erreurs. Mais les peines infligées à leurs confrères ne sont-elles pas disproportionnées par rapport aux délits ?

Il est vrai que les journalistes ont été très courageux et qu’ils ont, avec réalisme, dénoncé certaines dérives. Moi-même, je me permets de dire que, dans certains cas, les juges ont eu la main très lourde. Driss Chahtane, le journaliste emprisonné, a reconnu sa faute, et j’espère que son cas trouvera rapidement une issue. Mais la justice est indépendante, et je respecte ce principe fondamental de la démocratie.

La justice ne doit-elle pas justement être mieux formée sur les questions de délit de presse ?

C’est évident. Je suis d’ailleurs pour la création de chambres spécialisées et je suis soutenu sur ce point par le ministre de la Justice. Je pense qu’il faudrait par ailleurs créer une instance d’autorégulation, qui soit une sorte de conseil de l’ordre des journalistes. Elle pourrait prononcer des sanctions morales, ce qui permettrait de décongestionner les prétoires. Il y a encore des désaccords sur cette question, car les journalistes estiment que cette instance ne doit pas sanctionner, mais seulement émettre des opinions.

Comment réagissez-vous aux critiques adressées au Maroc par l’Union européenne, notamment au sommet de Grenade, ou par des ONG comme Reporters sans frontières (RSF) ?

Pour ce qui est du sommet de Grenade, je regrette que les médias se soient focalisés sur les critiques, en passant sous silence tous les points sur lesquels les efforts du Maroc ont été salués. Nous sommes en voie de démocratisation et avons le courage de reconnaître que nous ne sommes pas encore arrivés à destination. Mais de là à décrire le Maroc comme une dictature, comme le fait RSF, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers