Extension Factory Builder

Khalid Naciri : 'les juges ont eu la main très lourde" contre certains journalistes

26/04/2010 à 14:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Khalid Naciri, ministre marocain de la communication. Khalid Naciri, ministre marocain de la communication. © DR

Khalid Naciri, ministre marocain de la Communication, revient sur les rapports entre les médias indépendants et le pouvoir.

Jeune Afrique : Pourquoi aujourd’hui un débat sur les médias ?

Khalid Naciri : Le monde journalistique traverse une crise, et ses rapports avec les pouvoirs publics se sont détériorés. Il y a un an et demi déjà, j’avais proposé de lancer un débat pour lutter contre le climat délétère qui commençait à s’installer. Depuis quelques mois, le gouvernement a été mis en accusation, de façon souvent disproportionnée, mais j’ai choisi d’aller au-devant des revendications et des doléances des journalistes en participant au débat qui se tient actuellement au Parlement.

Il faut couper court aux faux débats, à ceux qui affirment que la liberté de la presse est en recul ou que le Maroc veut jeter une chape de plomb sur la presse. Nous devons dissiper les malentendus et dire haut et fort que le Maroc est plus que jamais engagé sur la voie de la démocratie et attaché au principe de la liberté de la presse. Cela ne doit pas autoriser pour autant les journalistes à contrevenir aux règles de la déontologie et à la loi. L’éthique n’est pas l’antidote de la liberté, mais son pendant.

Les journalistes eux-mêmes reconnaissent leurs erreurs. Mais les peines infligées à leurs confrères ne sont-elles pas disproportionnées par rapport aux délits ?

Il est vrai que les journalistes ont été très courageux et qu’ils ont, avec réalisme, dénoncé certaines dérives. Moi-même, je me permets de dire que, dans certains cas, les juges ont eu la main très lourde. Driss Chahtane, le journaliste emprisonné, a reconnu sa faute, et j’espère que son cas trouvera rapidement une issue. Mais la justice est indépendante, et je respecte ce principe fondamental de la démocratie.

La justice ne doit-elle pas justement être mieux formée sur les questions de délit de presse ?

C’est évident. Je suis d’ailleurs pour la création de chambres spécialisées et je suis soutenu sur ce point par le ministre de la Justice. Je pense qu’il faudrait par ailleurs créer une instance d’autorégulation, qui soit une sorte de conseil de l’ordre des journalistes. Elle pourrait prononcer des sanctions morales, ce qui permettrait de décongestionner les prétoires. Il y a encore des désaccords sur cette question, car les journalistes estiment que cette instance ne doit pas sanctionner, mais seulement émettre des opinions.

Comment réagissez-vous aux critiques adressées au Maroc par l’Union européenne, notamment au sommet de Grenade, ou par des ONG comme Reporters sans frontières (RSF) ?

Pour ce qui est du sommet de Grenade, je regrette que les médias se soient focalisés sur les critiques, en passant sous silence tous les points sur lesquels les efforts du Maroc ont été salués. Nous sommes en voie de démocratisation et avons le courage de reconnaître que nous ne sommes pas encore arrivés à destination. Mais de là à décrire le Maroc comme une dictature, comme le fait RSF, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

SOS Fifa

Fifa : un sigle qui sent de plus en plus le soufre. Principale institution sportive mondiale, avec le Comité international olympique (CIO), la Fédération internationale de football association gè[...]

Maroc : Baha, l'irremplaçable stratège de Benkirane

La mort accidentelle de son bras droit Abdellah Baha prive le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane, d'un confident, d'un conseiller et d'un stratège. Amputé de son éminence grise, il[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers