Extension Factory Builder

Khalid Naciri : 'les juges ont eu la main très lourde" contre certains journalistes

26/04/2010 à 14:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Khalid Naciri, ministre marocain de la communication. Khalid Naciri, ministre marocain de la communication. © DR

Khalid Naciri, ministre marocain de la Communication, revient sur les rapports entre les médias indépendants et le pouvoir.

Jeune Afrique : Pourquoi aujourd’hui un débat sur les médias ?

Khalid Naciri : Le monde journalistique traverse une crise, et ses rapports avec les pouvoirs publics se sont détériorés. Il y a un an et demi déjà, j’avais proposé de lancer un débat pour lutter contre le climat délétère qui commençait à s’installer. Depuis quelques mois, le gouvernement a été mis en accusation, de façon souvent disproportionnée, mais j’ai choisi d’aller au-devant des revendications et des doléances des journalistes en participant au débat qui se tient actuellement au Parlement.

Il faut couper court aux faux débats, à ceux qui affirment que la liberté de la presse est en recul ou que le Maroc veut jeter une chape de plomb sur la presse. Nous devons dissiper les malentendus et dire haut et fort que le Maroc est plus que jamais engagé sur la voie de la démocratie et attaché au principe de la liberté de la presse. Cela ne doit pas autoriser pour autant les journalistes à contrevenir aux règles de la déontologie et à la loi. L’éthique n’est pas l’antidote de la liberté, mais son pendant.

Les journalistes eux-mêmes reconnaissent leurs erreurs. Mais les peines infligées à leurs confrères ne sont-elles pas disproportionnées par rapport aux délits ?

Il est vrai que les journalistes ont été très courageux et qu’ils ont, avec réalisme, dénoncé certaines dérives. Moi-même, je me permets de dire que, dans certains cas, les juges ont eu la main très lourde. Driss Chahtane, le journaliste emprisonné, a reconnu sa faute, et j’espère que son cas trouvera rapidement une issue. Mais la justice est indépendante, et je respecte ce principe fondamental de la démocratie.

La justice ne doit-elle pas justement être mieux formée sur les questions de délit de presse ?

C’est évident. Je suis d’ailleurs pour la création de chambres spécialisées et je suis soutenu sur ce point par le ministre de la Justice. Je pense qu’il faudrait par ailleurs créer une instance d’autorégulation, qui soit une sorte de conseil de l’ordre des journalistes. Elle pourrait prononcer des sanctions morales, ce qui permettrait de décongestionner les prétoires. Il y a encore des désaccords sur cette question, car les journalistes estiment que cette instance ne doit pas sanctionner, mais seulement émettre des opinions.

Comment réagissez-vous aux critiques adressées au Maroc par l’Union européenne, notamment au sommet de Grenade, ou par des ONG comme Reporters sans frontières (RSF) ?

Pour ce qui est du sommet de Grenade, je regrette que les médias se soient focalisés sur les critiques, en passant sous silence tous les points sur lesquels les efforts du Maroc ont été salués. Nous sommes en voie de démocratisation et avons le courage de reconnaître que nous ne sommes pas encore arrivés à destination. Mais de là à décrire le Maroc comme une dictature, comme le fait RSF, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a &e[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Mohammed VI : mosquées marocaines sous surveillance

En interdisant aux imams toute activité politique ou syndicale, le roi du Maroc Mohammed VI renforce son ascendant sur les lieux de culte. Un processus entamé il y a plus de dix ans.[...]

Les secrets du succès des Chaabi

Il y a le père, Miloud, berger devenu milliardaire. Et ses enfants, qui règnent avec lui sur Ynna Holding, groupe présent de l'immobilier à la grande distribution. Visite d'un empire[...]

Maroc : au 23 morts dans l'effondrement d'immeubles à Casablanca

Après trois jours de recherches, les autorités marocaines ont annoncé, dimanche soir, qu'au moins 23 personnes sont mortes dans l'effondrement d'immeubles d'habitation à Casablanca le 12 juillet.[...]

Maroc : Espagnols cherchent travail

Fuyant le chômage et la crise, de nombreux Ibériques - toutes catégories sociales confondues - tentent leur chance au Maroc. Avec des fortunes diverses.[...]

Maroc : au moins 8 morts dans l'effondrement d'immeubles à Casablanca

Au moins huit personnes sont mortes dans l'effondrement de trois immeubles survenus dans la nuit de jeudi à vendredi à Casablanca, la capitale économique du Maroc, selon un nouveau bilan provisoire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers