Extension Factory Builder

Terreblanche, le bien nommé

19/04/2010 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Son parti avait pour emblème une croix rappelant l'insigne nazi. Son parti avait pour emblème une croix rappelant l'insigne nazi. © AFP

Il y a longtemps que le chef du mouvement de résistance afrikaner (AWB) ne faisait plus peur à personne. Die Leier, le « guide » en afrikaans, équivalent d’un führer allemand ou d’un duce italien, n’avait quasi plus de troupes et aucune influence politique.

Eugène Terreblanche, 69 ans, assassiné le 3 avril, a défendu toute sa vie l’idée d’une suprématie blanche si extrême qu’il en est arrivé à démissionner de la police, déçu de la mollesse du Premier ministre d’alors, John Voster, dont il était l’un des gardes du corps. Retourné à la terre, ce descendant de huguenots français fonde alors l’AWB (en afrikaans, Afrikaner Weerstandsbeweging) avec quelques amis. Nous sommes en 1973, l’apartheid est à son apogée.

Le signe de ralliement de l’AWB est une croix noire, formée de trois 7 – chiffre symbolique de la Bible – sur fond blanc et rouge. Toute ressemblance avec l’insigne nazi n’est évidemment pas fortuite. Vêtus de noir ou de kaki, avec des carrures de rugbymen ventripotents, ses partisans sont déterminés et disciplinés.

Leur première action publique, en 1979, ressemble à une mauvaise blague. La cible est un professeur d’université, Floors van Jaarsveld, enduit de goudron et de plumes parce qu’il défendait l’idée d’un patrimoine historique commun aux Blancs et aux Noirs du pays.

Ils s’en prendront ensuite à Frederick de Klerk, le « traître » qui a libéré Mandela. En 1991, à Ventersdorp, le fief de Terreblanche, l’AWB tente d’empêcher un meeting du Premier ministre. Bilan : au moins trois morts et une cinquantaine de blessés.

Ses partisans firent aussi une entrée remarquée à bord d’un véhicule blindé, dans le World Trade Center, dans la banlieue de Johannesburg, le bâtiment qui abritait les négociations sur la nouvelle Constitution, fracassant les baies vitrées du bâtiment et paradant drapeau au vent avant d’être neutralisés. Accompagnés de quelques autres extrémistes, ils tentèrent une dernière excursion rocambolesque au Bophuthatswana, une République noire « indépendante » et dirigée par une marionnette de l’apartheid. Ils voulaient en faire leur État, leur Volkstaat, où ils auraient vécu loin de la nation Arc-en-Ciel. L’assaut se termina en pitoyable déroute avec cinq morts chez les assaillants.

Terreblanche ne revint dans l’actualité qu’après sa condamnation en 2001 à six ans de prison pour avoir agressé l’un de ses anciens employés à coup de barre de fer. À sa sortie, en 2004, après une remise de peine, il semblait vieux et fatigué, se hissant avec difficulté sur le cheval qui l’attendait devant la prison, résigné à vivre dans cette « nouvelle Afrique du Sud » qu’il détestait tant.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Sékouba Konaté : "Je ne protégerai personne"

Portrait précédent :
Thaksin Shinawatra

1 réaction(s)

1.
pompidou - 25/04/2010 à 20h:04

QU`IL REPOSE EN GUERRE CE CON DE RACISTE[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : nu au Parlement, l'étonnante menace de Julius Malema

Afrique du Sud : nu au Parlement, l'étonnante menace de Julius Malema

Dans le numéro du quotidien "The Star" de ce lundi, Julius Malema, ancien enfant terrible de l'ANC, menace de siéger nu au Parlement si le nouveau règlement intérieur de l'hymicycle sud-africa[...]

CAN 2015 : Le Sénégal arrache un point précieux

Le Sénégal a été tenu en échec par les Bafana Bafana (1-1) vendredi 23 janvier à Mongomo lors de la deuxième journée de la phase de poule. Menés au score dès le[...]

CAN 2015 : le retour des Bafana Bafana sur le devant de la scène

Au sommet du football continental à la fin des années 90, la sélection sud-africaine revient doucement sur le devant de la scène après une traversée du désert de 10 ans.[...]

Afrique du Sud : violences xénophobes, que se passe-t-il à Soweto ?

La nation Arc-en-Ciel revit les douloureux souvenirs des émeutes des sombres heures de l’Apartheid dans le township populaire de Soweto. Depuis lundi des boutiques tenues par des commerçants étrangers[...]

CAN 2015 : L'Algérie brise la malédiction

Les Fennecs ont dominé l'Afrique du Sud lundi soir (3-1) dans le deuxième match du groupe C. C'est la première fois que l'Algérie remporte son match d'ouverture de la CAN depuis 1990, et la[...]

Afrique du Sud : sur Twitter, l'ancienne assistante de Mandela attaque Jacob Zuma et dérape

Zelda la Grange, ancienne assistante personnelle de Nelson Mandela, a dû s’excuser après avoir dit sur Twitter qu’elle sentait que les Blancs n’étaient pas les bienvenus en Afrique du Sud.[...]

Foot : le top 10 des joueurs à suivre pendant la CAN 2015

Déjà connus ou en quête de reconnaissance, certains joueurs vont profiter de la CAN 2015 pour tenter de frapper les esprits. Jeune Afrique en a sélectionnés dix, toutes nationalités[...]

Testament de Madiba : Winnie Madikizela-Mandela perd une manche

La justice a débouté mardi Winnie Madikizela-Mandela de sa plainte visant à interdire la tenue d’une réunion de la famille Mandela, vendredi, dans la propriété familiale de Qunu.[...]

UA - Afrique du Sud : Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente un jour...

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Conquête spatiale : l'Afrique veut décrocher la lune

Avec "Africa2Moon", la Fondation pour le développement spatial, basée au Cap, s’est lancée dans un projet ambitieux pour le continent: l'envoi sur la lune d'un engin spatial entièrement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces