Extension Factory Builder

Terreblanche, le bien nommé

19/04/2010 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Son parti avait pour emblème une croix rappelant l'insigne nazi. Son parti avait pour emblème une croix rappelant l'insigne nazi. © AFP

Il y a longtemps que le chef du mouvement de résistance afrikaner (AWB) ne faisait plus peur à personne. Die Leier, le « guide » en afrikaans, équivalent d’un führer allemand ou d’un duce italien, n’avait quasi plus de troupes et aucune influence politique.

Eugène Terreblanche, 69 ans, assassiné le 3 avril, a défendu toute sa vie l’idée d’une suprématie blanche si extrême qu’il en est arrivé à démissionner de la police, déçu de la mollesse du Premier ministre d’alors, John Voster, dont il était l’un des gardes du corps. Retourné à la terre, ce descendant de huguenots français fonde alors l’AWB (en afrikaans, Afrikaner Weerstandsbeweging) avec quelques amis. Nous sommes en 1973, l’apartheid est à son apogée.

Le signe de ralliement de l’AWB est une croix noire, formée de trois 7 – chiffre symbolique de la Bible – sur fond blanc et rouge. Toute ressemblance avec l’insigne nazi n’est évidemment pas fortuite. Vêtus de noir ou de kaki, avec des carrures de rugbymen ventripotents, ses partisans sont déterminés et disciplinés.

Leur première action publique, en 1979, ressemble à une mauvaise blague. La cible est un professeur d’université, Floors van Jaarsveld, enduit de goudron et de plumes parce qu’il défendait l’idée d’un patrimoine historique commun aux Blancs et aux Noirs du pays.

Ils s’en prendront ensuite à Frederick de Klerk, le « traître » qui a libéré Mandela. En 1991, à Ventersdorp, le fief de Terreblanche, l’AWB tente d’empêcher un meeting du Premier ministre. Bilan : au moins trois morts et une cinquantaine de blessés.

Ses partisans firent aussi une entrée remarquée à bord d’un véhicule blindé, dans le World Trade Center, dans la banlieue de Johannesburg, le bâtiment qui abritait les négociations sur la nouvelle Constitution, fracassant les baies vitrées du bâtiment et paradant drapeau au vent avant d’être neutralisés. Accompagnés de quelques autres extrémistes, ils tentèrent une dernière excursion rocambolesque au Bophuthatswana, une République noire « indépendante » et dirigée par une marionnette de l’apartheid. Ils voulaient en faire leur État, leur Volkstaat, où ils auraient vécu loin de la nation Arc-en-Ciel. L’assaut se termina en pitoyable déroute avec cinq morts chez les assaillants.

Terreblanche ne revint dans l’actualité qu’après sa condamnation en 2001 à six ans de prison pour avoir agressé l’un de ses anciens employés à coup de barre de fer. À sa sortie, en 2004, après une remise de peine, il semblait vieux et fatigué, se hissant avec difficulté sur le cheval qui l’attendait devant la prison, résigné à vivre dans cette « nouvelle Afrique du Sud » qu’il détestait tant.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Sékouba Konaté : "Je ne protégerai personne"

Portrait précédent :
Thaksin Shinawatra

1 réaction(s)

1.
pompidou - 25/04/2010 à 20h:04

QU`IL REPOSE EN GUERRE CE CON DE RACISTE[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Jacob Zuma blanchi pour les travaux dans sa luxueuse villa

Afrique du Sud : Jacob Zuma blanchi pour les travaux dans sa luxueuse villa

Jacob Zuma, accusé d'avoir agrandi sa luxueuse résidence privée aux frais des contribuables, a finalement été blanchi jeudi par son propre ministre de la Police. Le président sud-africain [...]

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption "sans fondement"

La Fédération sud-africaine de football s’est exprimée jeudi au sujet des accusations de corruption dans l’attribution de la Coupe du monde 2010. Une affaire dans laquelle sont inculpés des[...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et de partenaires de la Fifa. La[...]

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers