Extension Factory Builder

Terreblanche, le bien nommé

19/04/2010 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Son parti avait pour emblème une croix rappelant l'insigne nazi. Son parti avait pour emblème une croix rappelant l'insigne nazi. © AFP

Il y a longtemps que le chef du mouvement de résistance afrikaner (AWB) ne faisait plus peur à personne. Die Leier, le « guide » en afrikaans, équivalent d’un führer allemand ou d’un duce italien, n’avait quasi plus de troupes et aucune influence politique.

Eugène Terreblanche, 69 ans, assassiné le 3 avril, a défendu toute sa vie l’idée d’une suprématie blanche si extrême qu’il en est arrivé à démissionner de la police, déçu de la mollesse du Premier ministre d’alors, John Voster, dont il était l’un des gardes du corps. Retourné à la terre, ce descendant de huguenots français fonde alors l’AWB (en afrikaans, Afrikaner Weerstandsbeweging) avec quelques amis. Nous sommes en 1973, l’apartheid est à son apogée.

Le signe de ralliement de l’AWB est une croix noire, formée de trois 7 – chiffre symbolique de la Bible – sur fond blanc et rouge. Toute ressemblance avec l’insigne nazi n’est évidemment pas fortuite. Vêtus de noir ou de kaki, avec des carrures de rugbymen ventripotents, ses partisans sont déterminés et disciplinés.

Leur première action publique, en 1979, ressemble à une mauvaise blague. La cible est un professeur d’université, Floors van Jaarsveld, enduit de goudron et de plumes parce qu’il défendait l’idée d’un patrimoine historique commun aux Blancs et aux Noirs du pays.

Ils s’en prendront ensuite à Frederick de Klerk, le « traître » qui a libéré Mandela. En 1991, à Ventersdorp, le fief de Terreblanche, l’AWB tente d’empêcher un meeting du Premier ministre. Bilan : au moins trois morts et une cinquantaine de blessés.

Ses partisans firent aussi une entrée remarquée à bord d’un véhicule blindé, dans le World Trade Center, dans la banlieue de Johannesburg, le bâtiment qui abritait les négociations sur la nouvelle Constitution, fracassant les baies vitrées du bâtiment et paradant drapeau au vent avant d’être neutralisés. Accompagnés de quelques autres extrémistes, ils tentèrent une dernière excursion rocambolesque au Bophuthatswana, une République noire « indépendante » et dirigée par une marionnette de l’apartheid. Ils voulaient en faire leur État, leur Volkstaat, où ils auraient vécu loin de la nation Arc-en-Ciel. L’assaut se termina en pitoyable déroute avec cinq morts chez les assaillants.

Terreblanche ne revint dans l’actualité qu’après sa condamnation en 2001 à six ans de prison pour avoir agressé l’un de ses anciens employés à coup de barre de fer. À sa sortie, en 2004, après une remise de peine, il semblait vieux et fatigué, se hissant avec difficulté sur le cheval qui l’attendait devant la prison, résigné à vivre dans cette « nouvelle Afrique du Sud » qu’il détestait tant.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Sékouba Konaté : "Je ne protégerai personne"

Portrait précédent :
Thaksin Shinawatra

1 réaction(s)

1.
pompidou - 25/04/2010 à 20h:04

QU`IL REPOSE EN GUERRE CE CON DE RACISTE[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Afrique du sud

Nadine Gordimer l'Africaine

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une oeuvr[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Afrique du Sud : premier "Mandela Day" sans Madiba

67 minutes. C’est le temps que chaque Sud-Africain, et de nombreux autres citoyens du monde, doit consacrer pour aider son prochain à l’occasion du "Mandela Day", une journée en l’honneur[...]

Praemium Imperiale : le Nobel des arts pour le Sud-Africain Athol Fugard et la Fondation Zinsou

Les lauréats 2014 du Praemium Imperiale - qui se veut le "Nobel des arts" -  ont été présentés le 16 juillet, à Paris. Pour la première fois un artiste du continent[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers