Extension Factory Builder

Entre la justice et mon cousin...

08/04/2010 à 17:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

En visitant l’exposition « Crime et châtiment », qui se tient actuellement au Musée d’Orsay, à Paris, j’ai appris que la dernière personne condamnée à mort et guillotinée en France fut… un Tunisien. Plus encore. Un « 08 », comme on dit en Tunisie, en référence à l’indicatif téléphonique de la région nord-ouest dont les Romains avaient fait jadis leur pays de cocagne et qui se mit, au XXe siècle, à exporter ses enfants, lorsque le blé ne fut plus engrangé et que l’émigration devint le parcours du pauvre.

Il se trouve que c’est aussi la région dont votre serviteur est issu (c’est quoi le féminin de serviteur ?). Non, je ne vais pas vous gratifier d’une plaidoirie post-mortem pour mon compatriote, ni céder au réflexe de la tribu en clamant, à la manière d’Albert Camus, « entre la guillotine et mon cousin djendoubien »… L’homme avait commis un crime atroce. Mais on lui doit l’arrêt définitif de la machine à tuer : au moment où sa tête roula sur le bitume, ce 10 septembre 1977 très exactement, le débat qui secouait la France depuis le XVIIIe siècle fut tranché, et la guillotine vouée à l’oubli. Pour une fois qu’un Arabe rend service aux Français, fût-ce au péril de sa vie, si je puis me permettre, et subit le même sort que le roi de France, il fallait le rappeler.

Voici l’histoire de Hamida, « un patronyme de fille », affirmaient les journaux de l’époque, car il ne se trouvait pas alors d’arabisants férus pour leur répondre que le « a » était en trop et que « Hmida » était le vrai prénom du garçon. Né en 1949, Djedoubi était venu, à l’âge de 20 ans, travailler à Marseille comme manutentionnaire. À la suite d’un accident du travail, il fut amputé d’une jambe. Il sombra dans l’alcool, devint violent et prostitua sa maîtresse, Élisabeth Bousquet, qui le livra à la police et dont il jura de se venger. Deux mois plus tard, dans une cabane abandonnée, des enfants découvraient le corps sans vie et atrocement torturé de la jeune femme. Hamida fut jugé et exécuté dans la cour de la prison des Baumettes, à Marseille.

Maintenant, n’allez pas trop ébruiter cette histoire. L’extrême droite et les tenants de « l’identité nationale » y trouveraient un argument supplémentaire pour leurs thèses anti-immigrés. Tiens ! À ce propos, j’ai oublié un détail : on raconte qu’au moment d’être guillotiné, à 4 h 40 précises, Hamida avait mis sa prothèse pour descendre jusqu’à la guillotine. Il n’avait pas eu le moindre geste de protestation ni une parole déplacée. Il avait seulement demandé à fumer. Une première cigarette. Puis une deuxième. Et un témoin de relater : « Il aurait aimé tirer encore quelques bouffées, mais un haut fonctionnaire a dit : “Ah, non, cela suffit ! Nous avons été assez conciliants !” » On aurait dit Éric Zemmour qui parle…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
« Coup d'Etat démocratique »

POST-Sriptum Article précédent :
Détruire, disent-ils

Réagir à cet article

International

Vidéo : Barack Obama prend cher en resquillant dans un restaurant du Texas

Vidéo : Barack Obama prend cher en resquillant dans un restaurant du Texas

Après avoir doublé une famille dans la queue d'un restaurant, Barack Obama propose de payer l’addition de cette dernière… sans se douter qu'elle va bien en profiter.[...]

Sarkozy et le "bunga bunga" judiciaire

À l'exception sans doute d'Alassane Ouattara, ami de longue date, les chefs d'État africains n'aimaient pas Sarkozy président : ils le supportaient. Son arrogance, ses leçons, la[...]

Venezuela : Rafael Ramírez, chaviste soft

Patron de PDVSA, le groupe pétrolier public, il est aussi ministre du Pétrole et des Mines. Face à la gauche militaro-nationaliste, il est le chef de file des modérés. Son ascension[...]

Le Mondial ou la vie !

Cette année, je me suis mise au foot. C'était ça ou errer comme une âme en peine, privée de conversation, de bisous et de bons films sur la chaîne de télévision[...]

Les sons de la semaine #11 : Tony Allen et Damon Albarn, Wired For Song, Les Ambassadeurs, Lincoln Olivetti, Bobby Womack...

Un single envoûtant de Tony Allen co-composé avec Damon Albarn, le retour du légendaire big band de Bamako, Les Ambassadeurs, 80 minutes de funk brésilien en hommage à Lincoln Olivetti ou encore[...]

Sida : annoncée guérie, une fillette américaine est finalement séropositive

La petite Américaine née séropositive, que des chercheurs pensaient avoir guéri avec un intense traitement aux antirétroviraux juste après sa naissance, est de nouveau touchée par[...]

Cérémonie du 14 Juillet en France : les Algériens sur les Champs, polémique au tournant

Le président François Hollande souhaite associer les Algériens au défilé du 14 Juillet à l'occasion du centenaire de la Grande Guerre. Tollé de part et d'autre de la[...]

L'exemple à ne pas suivre

Il y a l'écume : ces nouvelles d'inégale importance relayées jour après jour et même heure après heure par les médias écrits ou audiovisuels. Il arrive qu'elles nous[...]

Mondial 2014 : l'Argentine en finale contre l'Allemagne, un cauchemar pour le Brésil

Les Brésiliens pensaient avoir touché le fond avec la déroute historique de la Seleção mardi face à l'Allemagne (1-7). Leur "cauchemar" n'a fait qu'empirer avec la[...]

Défilé du 14 Juillet en France : les Champs-Élysées seront-ils algériens ?

Qu'ils soient supporters ou militaires, les Algériens qui veulent fouler le bitume parisien suscitent la polémique. De fait, des deux côtés de la Méditerranée, des dents grincent à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces