Extension Factory Builder

Entre la justice et mon cousin...

08/04/2010 à 17:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

En visitant l’exposition « Crime et châtiment », qui se tient actuellement au Musée d’Orsay, à Paris, j’ai appris que la dernière personne condamnée à mort et guillotinée en France fut… un Tunisien. Plus encore. Un « 08 », comme on dit en Tunisie, en référence à l’indicatif téléphonique de la région nord-ouest dont les Romains avaient fait jadis leur pays de cocagne et qui se mit, au XXe siècle, à exporter ses enfants, lorsque le blé ne fut plus engrangé et que l’émigration devint le parcours du pauvre.

Il se trouve que c’est aussi la région dont votre serviteur est issu (c’est quoi le féminin de serviteur ?). Non, je ne vais pas vous gratifier d’une plaidoirie post-mortem pour mon compatriote, ni céder au réflexe de la tribu en clamant, à la manière d’Albert Camus, « entre la guillotine et mon cousin djendoubien »… L’homme avait commis un crime atroce. Mais on lui doit l’arrêt définitif de la machine à tuer : au moment où sa tête roula sur le bitume, ce 10 septembre 1977 très exactement, le débat qui secouait la France depuis le XVIIIe siècle fut tranché, et la guillotine vouée à l’oubli. Pour une fois qu’un Arabe rend service aux Français, fût-ce au péril de sa vie, si je puis me permettre, et subit le même sort que le roi de France, il fallait le rappeler.

Voici l’histoire de Hamida, « un patronyme de fille », affirmaient les journaux de l’époque, car il ne se trouvait pas alors d’arabisants férus pour leur répondre que le « a » était en trop et que « Hmida » était le vrai prénom du garçon. Né en 1949, Djedoubi était venu, à l’âge de 20 ans, travailler à Marseille comme manutentionnaire. À la suite d’un accident du travail, il fut amputé d’une jambe. Il sombra dans l’alcool, devint violent et prostitua sa maîtresse, Élisabeth Bousquet, qui le livra à la police et dont il jura de se venger. Deux mois plus tard, dans une cabane abandonnée, des enfants découvraient le corps sans vie et atrocement torturé de la jeune femme. Hamida fut jugé et exécuté dans la cour de la prison des Baumettes, à Marseille.

Maintenant, n’allez pas trop ébruiter cette histoire. L’extrême droite et les tenants de « l’identité nationale » y trouveraient un argument supplémentaire pour leurs thèses anti-immigrés. Tiens ! À ce propos, j’ai oublié un détail : on raconte qu’au moment d’être guillotiné, à 4 h 40 précises, Hamida avait mis sa prothèse pour descendre jusqu’à la guillotine. Il n’avait pas eu le moindre geste de protestation ni une parole déplacée. Il avait seulement demandé à fumer. Une première cigarette. Puis une deuxième. Et un témoin de relater : « Il aurait aimé tirer encore quelques bouffées, mais un haut fonctionnaire a dit : “Ah, non, cela suffit ! Nous avons été assez conciliants !” » On aurait dit Éric Zemmour qui parle…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
« Coup d'Etat démocratique »

POST-Sriptum Article précédent :
Détruire, disent-ils

Réagir à cet article

International

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil d'administratio[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Depuis dix ans, les ventes de camions chinois explosent. Pour répondre à la demande, les constructeurs commencent à implanter des usines d'assemblage. Les marques européennes contre-attaquent en[...]

France : Patrick Balkany rattrapé par ses pratiques douteuses en Afrique

Patrick Balkany, député et maire de Levallois-Perret, en banlieue parisienne, a été mis en examen, mardi, pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de[...]

Le foot n'est pas la guerre, vous êtes sûr ?

Il n'y a pas qu'en Afrique que les questions politiques font irruption sur les terrains de football.[...]

RDC : le docteur Mukwege, lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Cinéma : "Bande de filles", quatre ados dans le vent

Porté par des actrices non professionnelles, le film de Céline Sciamma "Bande de filles" pose un regard plein de fraîcheur sur les banlieues françaises.[...]

France : Christophe de Margerie l'Africain

Surnommé "Big moustache", le dirigeant de Total Christophe Margerie, mort dans le crash de son jet à l'aéroport de Moscou, a su faire fructifier l'héritage africain du groupe français.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers