Extension Factory Builder

« Coup d'Etat démocratique »

30/03/2010 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C’est par cette expression audacieuse, alliance de deux concepts antinomiques, que l’on pourrait désigner les putschs perpétrés au cours de ces dernières années en Afrique de l’Ouest. Orchestré officiellement pour mettre fin à une situation de péril pour la démocratie, le « coup d’État démocratique » marque un nouveau départ, suivi d’une remise à niveau de la Constitution, de l’organisation d’élections équitables et de la remise du pouvoir à un civil élu. Amadou Toumani Touré en a donné un premier et parfait exemple au Mali, en 1992.

Si elles ne le reconnaissent pas, l’Union africaine (UA) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), en principe opposées à « toute forme de transmission du pouvoir en dehors des urnes », le tolèrent peu ou prou. Comme en atteste leur attitude au lendemain du renversement, le 18 février dernier, du chef de l’État nigérien, Mamadou Tandja, qui s’était mué en véritable autocrate. La junte qui l’a déposé n’a eu aucun mal à justifier son geste par la nécessité de restaurer la démocratie bafouée et de sauver le pays d’une crise politique majeure qui risquait de le faire basculer dans la violence.

Si pareils arguments sont recevables, ils ne doivent pas faire perdre de vue qu’il y a loin de la coupe aux lèvres, et que le contact avec le pouvoir peut tourner la tête à un putschiste bien intentionné au départ.

À preuve, un autre coup d’État qui se disait démocratique, perpétré le 23 décembre 2008 en Guinée, au lendemain de la mort du président Lansana Conté. Propulsé au pouvoir avec le soutien de la population et de la classe politique, et la complicité passive de la communauté internationale, Moussa Dadis Camara, chef de la junte, a mal tourné. Décidé à confisquer le pouvoir, il a plongé le pays qu’il était censé ramener à la démocratie dans la désolation et le chaos : la répression d’une marche pacifique de l’opposition a fait au moins 150 morts et des viols à grande échelle.

Il a fallu un autre « coup d’État démocratique », mené en douceur contre « Dadis » par son ministre de la Défense, Sékouba Konaté, à travers l’accord de Ouagadougou du 15 janvier 2010, pour que la Guinée s’engage sur le chemin de la démocratie avec un gouvernement d’union nationale dirigé par un Premier ministre issu de l’opposition, un Conseil national de transition, et la renonciation publique des militaires à se présenter à la future présidentielle fixée au 27 juin prochain.

Il y a du bon, comme du mauvais, dans « le coup d’État démocratique ». Autant le renversement de Maaouiya Ould Taya, le 3 août 2005, par Ely Ould Mohamed Vall, a été salutaire, autant celui de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi – élu à l’issue du processus démocratique initié par Vall –, orchestré le 6 août 2008 par Mohamed Ould Abdelaziz, marque un regrettable retour en arrière.

La démocratie a bon dos pour justifier des aventures quelquefois dictées par de triviales ambitions personnelles. Rempart contre la dictature, forme d’exercice du droit de résistance à l’oppression, le « coup d’État démocratique » est à manier avec une grande prudence. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Berlusconi, ce machiste

POST-Sriptum Article précédent :
Entre la justice et mon cousin...

Réagir à cet article

Continental

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Inspirés par les réunions charitables d'artistes anglo-saxons dans les années 80, les chanteurs africains s’égosillent de plus en plus en groupes. Autour de causes désespéré[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces