Extension Factory Builder

« Coup d'Etat démocratique »

30/03/2010 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C’est par cette expression audacieuse, alliance de deux concepts antinomiques, que l’on pourrait désigner les putschs perpétrés au cours de ces dernières années en Afrique de l’Ouest. Orchestré officiellement pour mettre fin à une situation de péril pour la démocratie, le « coup d’État démocratique » marque un nouveau départ, suivi d’une remise à niveau de la Constitution, de l’organisation d’élections équitables et de la remise du pouvoir à un civil élu. Amadou Toumani Touré en a donné un premier et parfait exemple au Mali, en 1992.

Si elles ne le reconnaissent pas, l’Union africaine (UA) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), en principe opposées à « toute forme de transmission du pouvoir en dehors des urnes », le tolèrent peu ou prou. Comme en atteste leur attitude au lendemain du renversement, le 18 février dernier, du chef de l’État nigérien, Mamadou Tandja, qui s’était mué en véritable autocrate. La junte qui l’a déposé n’a eu aucun mal à justifier son geste par la nécessité de restaurer la démocratie bafouée et de sauver le pays d’une crise politique majeure qui risquait de le faire basculer dans la violence.

Si pareils arguments sont recevables, ils ne doivent pas faire perdre de vue qu’il y a loin de la coupe aux lèvres, et que le contact avec le pouvoir peut tourner la tête à un putschiste bien intentionné au départ.

À preuve, un autre coup d’État qui se disait démocratique, perpétré le 23 décembre 2008 en Guinée, au lendemain de la mort du président Lansana Conté. Propulsé au pouvoir avec le soutien de la population et de la classe politique, et la complicité passive de la communauté internationale, Moussa Dadis Camara, chef de la junte, a mal tourné. Décidé à confisquer le pouvoir, il a plongé le pays qu’il était censé ramener à la démocratie dans la désolation et le chaos : la répression d’une marche pacifique de l’opposition a fait au moins 150 morts et des viols à grande échelle.

Il a fallu un autre « coup d’État démocratique », mené en douceur contre « Dadis » par son ministre de la Défense, Sékouba Konaté, à travers l’accord de Ouagadougou du 15 janvier 2010, pour que la Guinée s’engage sur le chemin de la démocratie avec un gouvernement d’union nationale dirigé par un Premier ministre issu de l’opposition, un Conseil national de transition, et la renonciation publique des militaires à se présenter à la future présidentielle fixée au 27 juin prochain.

Il y a du bon, comme du mauvais, dans « le coup d’État démocratique ». Autant le renversement de Maaouiya Ould Taya, le 3 août 2005, par Ely Ould Mohamed Vall, a été salutaire, autant celui de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi – élu à l’issue du processus démocratique initié par Vall –, orchestré le 6 août 2008 par Mohamed Ould Abdelaziz, marque un regrettable retour en arrière.

La démocratie a bon dos pour justifier des aventures quelquefois dictées par de triviales ambitions personnelles. Rempart contre la dictature, forme d’exercice du droit de résistance à l’oppression, le « coup d’État démocratique » est à manier avec une grande prudence. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Berlusconi, ce machiste

POST-Sriptum Article précédent :
Entre la justice et mon cousin...

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers