Extension Factory Builder
07/04/2010 à 10:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelaziz Belkhadem (à dr.) avec l'ancien président Chadli Bendjedid. Abdelaziz Belkhadem (à dr.) avec l'ancien président Chadli Bendjedid. © Louafi Larbi / Reuters

Reconduit à la tête du Front de libération nationale (FLN) lors des assises de ce dernier à Alger du 19 au 21 mars, Abdelaziz Belkhadem reste au coeur de l'appareil d'Etat. Sans doute plus grâce à la bénédiction du président Abdelaziz Bouteflika qu'en vertu des résultats électoraux de l'ancien parti unique, qu'il dirige depuis 2004. Parcours.

Au début des années 1990, la carrière politique d’Abdelaziz Belkhadem semblait compromise. Un accident de l’Histoire avait fait de ce militant incarnant le courant ultraconservateur chez les nationalistes de la deuxième génération le titulaire du perchoir - lequel est appelé à assurer l’intérim du chef de l’État en cas de vacance du pouvoir.

Pour éviter que Belkhadem n’accède, à titre intérimaire, à la fonction suprême après la « démission » de Chadli Bendjedid, le 11 janvier 1992, l’état-major de l’armée obtient du démissionnaire un dernier acte : la dissolution du Parlement. Diabolisé par une partie de la hiérarchie militaire, accusé d’intelligence avec l’Iran au profit des islamistes du FIS, Belkhadem était, croyait-on alors, « carbonisé ». Vingt ans plus tard, l’homme est toujours au cœur du pouvoir, ministre d’État et patron de la première force politique du pays.

Poulain de Boumédiène

Né en 1945, à Aflou, à 450 km au sud-ouest d’Alger, une région connue pour ses parcours de transhumance agropastorale et la qualité de sa laine et de ses tapis, Belkhadem n’a que 17 ans quand l’Algérie accède à l’indépendance. Malgré ses origines modestes et les conditions imposées par la guerre de libération, il poursuit une scolarité correcte. Son passage à l’école coranique contribue à affermir l’éducation religieuse que lui a donnée son père. Son adolescence est rythmée par les maoussem, ces cérémonies festives organisées par les confréries religieuses.

En 1964, le jeune Belkhadem réussit un concours d’entrée à l’Inspection des finances, à Tiaret. Auréolé d’un statut de fonctionnaire à 19 ans, il est la fierté de sa famille. Mais lui ne se contente pas de cette « réussite » et aspire à une carrière d’enseignant. Normalien, il décroche un diplôme de lettres arabes et devient professeur.

Il entre en politique comme l’on entre dans une zaouïa. Sa plume lui vaut l’intérêt de Houari Boumédiène, qui le ramène à Alger après une visite officielle dans la région de Tiaret. Son nouveau bureau à El-Mouradia lui permet de se constituer un solide carnet d’adresses. Il côtoie l’élite politique du pays, les officiers les plus en vue et, sans renier ses sympathies islamistes, il entame, en 1977, une carrière de député qui accélère son ascension dans les structures du FLN. La cohérence de sa démarche et ses positions en faveur de la réconciliation nationale lui valent l’amitié et la confiance d’Abdelaziz Bouteflika. Cela tombe bien, ce dernier est le patron de l’Algérie depuis une décennie. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Madame égalité

Portrait précédent :
Sékouba Konaté : "Je ne protégerai personne"

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : douze jihadistes en fuite condamnés à mort pour un attentat en 2008

Algérie : douze jihadistes en fuite condamnés à mort pour un attentat en 2008

Douze jihadistes ont été condamnés à mort mercredi en Algérie et deux autres à la prison à vie pour leur rôle dans un attentat à la bombe en 2008 qui a fait deux morts [...]

Algérie : camouflet pour Amar Saadani, le patron du FLN...

C'est une sacrée gifle que vient de recevoir Amar Saadani, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), déjà confronté à la contestation de plusieurs[...]

Affaire Sonatrach-Saipem : Bedjaoui face à la justice italienne

Impliqué dans une affaire de corruption internationale touchant les géants pétroliers Sonatrach et Saipem, l'homme d'affaires doit maintenant faire face à la justice italienne.[...]

Algérie : Amine Mazouzi prend ses fonctions à la tête de Sonatrach

Il succède à Saïd Sahnoun, désigné en juillet 2014 à titre intérimaire après le limogeage de son prédécesseur, Abdelhamid Zerguine.[...]

Ramtane Lamamra : il ne reste en Algérie "que des résidus de terrorisme"

Lors d’une déclaration à la presse, jeudi, Ramtane Lamamra, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a qualifié de "spectaculaire"[...]

Algérie : 23 jihadistes tués près de Bouira lors d'une opération de l'armée

L’armée populaire nationale algérienne a lancé mardi une importante opération contre des jihadistes dans les alentours de la capitale. Au moins 23 terroristes ont été[...]

Algérie : Tayeb Belaïz, c'est son coeur qui l'a lâché

Les problèmes de santé de Tayeb Belaïz, 67 ans, l'ont finalement contraint à quitter son poste de ministre de l'Intérieur le 14 mai. En guise de lot de consolation, il hérite du poste[...]

Le jihadiste algérien Belmokhtar dément l'allégeance de son groupe à l'EI

Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar a réaffirmé la loyauté de son groupe, Al-Mourabitoune, à Al-Qaïda et démenti l'allégeance à l'État islamique (EI) proclamée[...]

Algérie : 21 terroristes recherchés après l'assassinat de quatre agents de sûreté

Quatre retraités algériens ont été tués puis brûlés par des terroristes dans la région de Batna, (est) le 12 mai. Les unités algériennes de lutte contre le[...]

Farid Benstiti, l'homme qui a mené le PSG en finale de la Ligue des Champions

Jeudi soir, les joueuses du Paris SG se sont inclinées sans rougir à la dernière minute en finale de la Ligue des Champions, à Berlin, face au FFC Francfort (1-2). Farid Benstiti,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers