Extension Factory Builder
07/04/2010 à 10:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelaziz Belkhadem (à dr.) avec l'ancien président Chadli Bendjedid. Abdelaziz Belkhadem (à dr.) avec l'ancien président Chadli Bendjedid. © Louafi Larbi / Reuters

Reconduit à la tête du Front de libération nationale (FLN) lors des assises de ce dernier à Alger du 19 au 21 mars, Abdelaziz Belkhadem reste au coeur de l'appareil d'Etat. Sans doute plus grâce à la bénédiction du président Abdelaziz Bouteflika qu'en vertu des résultats électoraux de l'ancien parti unique, qu'il dirige depuis 2004. Parcours.

Au début des années 1990, la carrière politique d’Abdelaziz Belkhadem semblait compromise. Un accident de l’Histoire avait fait de ce militant incarnant le courant ultraconservateur chez les nationalistes de la deuxième génération le titulaire du perchoir - lequel est appelé à assurer l’intérim du chef de l’État en cas de vacance du pouvoir.

Pour éviter que Belkhadem n’accède, à titre intérimaire, à la fonction suprême après la « démission » de Chadli Bendjedid, le 11 janvier 1992, l’état-major de l’armée obtient du démissionnaire un dernier acte : la dissolution du Parlement. Diabolisé par une partie de la hiérarchie militaire, accusé d’intelligence avec l’Iran au profit des islamistes du FIS, Belkhadem était, croyait-on alors, « carbonisé ». Vingt ans plus tard, l’homme est toujours au cœur du pouvoir, ministre d’État et patron de la première force politique du pays.

Poulain de Boumédiène

Né en 1945, à Aflou, à 450 km au sud-ouest d’Alger, une région connue pour ses parcours de transhumance agropastorale et la qualité de sa laine et de ses tapis, Belkhadem n’a que 17 ans quand l’Algérie accède à l’indépendance. Malgré ses origines modestes et les conditions imposées par la guerre de libération, il poursuit une scolarité correcte. Son passage à l’école coranique contribue à affermir l’éducation religieuse que lui a donnée son père. Son adolescence est rythmée par les maoussem, ces cérémonies festives organisées par les confréries religieuses.

En 1964, le jeune Belkhadem réussit un concours d’entrée à l’Inspection des finances, à Tiaret. Auréolé d’un statut de fonctionnaire à 19 ans, il est la fierté de sa famille. Mais lui ne se contente pas de cette « réussite » et aspire à une carrière d’enseignant. Normalien, il décroche un diplôme de lettres arabes et devient professeur.

Il entre en politique comme l’on entre dans une zaouïa. Sa plume lui vaut l’intérêt de Houari Boumédiène, qui le ramène à Alger après une visite officielle dans la région de Tiaret. Son nouveau bureau à El-Mouradia lui permet de se constituer un solide carnet d’adresses. Il côtoie l’élite politique du pays, les officiers les plus en vue et, sans renier ses sympathies islamistes, il entame, en 1977, une carrière de député qui accélère son ascension dans les structures du FLN. La cohérence de sa démarche et ses positions en faveur de la réconciliation nationale lui valent l’amitié et la confiance d’Abdelaziz Bouteflika. Cela tombe bien, ce dernier est le patron de l’Algérie depuis une décennie. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Madame égalité

Portrait précédent :
Sékouba Konaté : "Je ne protégerai personne"

Réagir à cet article

Algérie

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africa[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord de paix peut être signé au Mali dans moins de six mois"

Présent à Addis-Abeba pour le Sommet de l'Union africaine, le ministre algérien des Affaires étrangères et médiateur en chef des négociations de paix au Mali, Ramtane Lamamra, se[...]

CAN 2015 : l'Algérie retrouve son jeu et son statut de favori

Après deux matchs médiocres dans le jeu, les Fennecs ont dominé le Sénégal techniquement sur le gazon de Malabo (2-0). Les hommes de Christian Gourcuff ont enfin endossé leur costume de[...]

CAN 2015 : L'Algérie et le Ghana arrachent leur ticket pour les quarts

L'Algérie, très vite devant au score face au Sénégal, n'a jamais tremblé et assume son statut de favori grâce à son succès (2-0). Les Sénégalais d'Alain Giresse,[...]

Algérie : l'illégitime défense des "auxiliaires" pendant la décennie noire

Pour la première fois, deux anciens miliciens antijihadistes vont être jugés en France pour des faits datant de la décennie noire. Enquête sur des auxiliaires aux méthodes[...]

France : le corps d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, rapatrié à Paris

Le corps du Français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité en septembre par des jihadistes algériens, a été rapatrié en France, onze jours après sa[...]

Le corps du Français Hervé Gourdel, décapité en Algérie, sera rapatrié lundi

Le corps du touriste français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, doit être transféré lundi vers la France, douze jours[...]

CAN 2015 : le Ghana renverse l'Algérie au bout du temps additionnel !

Dans un match fermé, les Black Stars ont surpris l'Algérie à la dernière seconde grâce à leur attaquant vedette Asamoah Gyan. Grâce à ce succès, le Ghana passe devant[...]

Algérie - CAN 2015 : M'Bolhi, la solitude du gardien de but

Malgré sa remarquable prestation lors du dernier Mondial au Brésil, Raïs M'Bolhi, le portier de l'équipe nationale de football, demeure méconnu et sous-coté. Mais une belle CAN avec[...]

Omar Belhouchet : "Nous n'excluons pas un retour des violences contre les journalistes algériens"

Omar Belhouchet est directeur du quotidien francophone "El Watan". Dans les années 1990, il a fait l’objet de deux tentatives d’assassinat de la part des groupes islamiques armés. Dans cet[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers