Extension Factory Builder
18/03/2010 à 13:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
A Cannes, en 1975. A Cannes, en 1975. © Collection ATM

Le réalisateur sénégalais fut l’un des fondateurs du Fespaco. Il est mort le 8 mars à l’âge de 68 ans.

Sa filmographie est riche d’une dizaine d’œuvres, telles que Diankha-bi, Diègue-bi, Lambaay, Njangaan… Il était de ceux qui, en 1969, ont lancé au Burkina la Semaine du cinéma africain, l’ancêtre du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). Considéré comme l’un des meilleurs cinéastes de son pays, le réalisateur sénégalais Mahama Johnson Traoré est décédé le 8 mars, à Paris, où il vivait depuis quelques années pour des raisons de santé. Il avait 68 ans. « Mon premier sentiment c’est un constat d’hécatombe dans le cinéma sénégalais : cela fait six réalisateurs qui disparaissent en quelques années. Mahama Johnson Traoré est resté passionné de cinéma toute sa vie. Il y a apporté une dimension militante », commente le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako.

Natif de Dakar, Mahama Johnson Traoré aurait pu devenir ingénieur électronicien, comme le souhaitait son père. Mais c’est le septième art qui l’attire. Le voilà au Conservatoire libre du cinéma français, à Paris. Il en sort diplômé, dans la promotion 1965. Revenu au Sénégal vers la fin des années 1960, il réalise son premier film, Diankha-bi, en 1968. Cheikh Ngaïdo Bâ, président de l’Association des cinéastes sénégalais, a été pendant une dizaine d’années son premier assistant-réalisateur. Il se souvient : « Mahama Johnson Traoré appartenait à la deuxième génération des réalisateurs, celle qui est venue juste après les Sembène Ousmane. Exigeant, rigoureux, excellent photographe, il avait le sens de l’image et savait ce qu’il voulait. Son art était basé sur la satire sociale. Il ne parlait pas de “cinéma africain”, mais de “cinémas d’Afrique”. »

Cinéma social et militant dans sa thématique, avec, au centre, la femme, l’œuvre de Mahama Johnson Traoré connaît un certain succès auprès du public, surtout après la sortie de Lambaay, en 1972. Mais cet homme aux idées de gauche, dont les photos de Marx, Lénine et Engels ornent les murs du salon et qui n’est pas toujours d’accord avec la vision du pouvoir, dérange. « Révolutionnaire sur les bords, il avait une conscience politique et appartenait à des cercles de réflexion, affirme Baba Diop, journaliste sénégalais spécialisé dans le cinéma. En plus du fait de porter un regard caustique sur la société, son engagement social et politique lui a attiré les foudres de la censure. »

Ces dernières années, Traoré vivait en France pour soigner son insuffisance rénale (il a reçu une greffe en 2008). Mais il se rendait partout où il était question de cinéma. Son dernier projet, un film sur un épisode de l’histoire des femmes de son pays en 1820, devait être réalisé avec des partenaires algériens, le producteur Boualem Aïssaoui et la scénariste Meriem Hamidat. Il ne verra peut-être jamais le jour.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Issayas Afewerki, le Staline d'Asmara

Portrait précédent :
Madame égalité

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Le Sénégal a réussi le plus grand exploit de son histoire en battant la Croatie (77-75), l'un des candidats au podium, à la Coupe du monde messieurs de basket, lundi à Séville.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Le Liberia doit lever samedi matin la quarantaine d'un quartier de la capitale, 10 jours après avoir imposé son isolement face à la progression de l'épidémie d'Ebola, qui touche désormais[...]

Sénégal : Mamadou Jean-Charles Tall, une mosquée et un manifeste

"La mosquée de Donaye (dans la vallée du fleuve Sénégal) doit être une sorte de manifeste. Au-delà de son caractère religieux, de l'impératif fonctionnel, elle[...]

Ebola : premier cas officiellement confirmé au Sénégal

La ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, a officiellement confirmé au cours d'une conférence de presse, vendredi, le premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex