Extension Factory Builder
18/03/2010 à 13:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
A Cannes, en 1975. A Cannes, en 1975. © Collection ATM

Le réalisateur sénégalais fut l’un des fondateurs du Fespaco. Il est mort le 8 mars à l’âge de 68 ans.

Sa filmographie est riche d’une dizaine d’œuvres, telles que Diankha-bi, Diègue-bi, Lambaay, Njangaan… Il était de ceux qui, en 1969, ont lancé au Burkina la Semaine du cinéma africain, l’ancêtre du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). Considéré comme l’un des meilleurs cinéastes de son pays, le réalisateur sénégalais Mahama Johnson Traoré est décédé le 8 mars, à Paris, où il vivait depuis quelques années pour des raisons de santé. Il avait 68 ans. « Mon premier sentiment c’est un constat d’hécatombe dans le cinéma sénégalais : cela fait six réalisateurs qui disparaissent en quelques années. Mahama Johnson Traoré est resté passionné de cinéma toute sa vie. Il y a apporté une dimension militante », commente le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako.

Natif de Dakar, Mahama Johnson Traoré aurait pu devenir ingénieur électronicien, comme le souhaitait son père. Mais c’est le septième art qui l’attire. Le voilà au Conservatoire libre du cinéma français, à Paris. Il en sort diplômé, dans la promotion 1965. Revenu au Sénégal vers la fin des années 1960, il réalise son premier film, Diankha-bi, en 1968. Cheikh Ngaïdo Bâ, président de l’Association des cinéastes sénégalais, a été pendant une dizaine d’années son premier assistant-réalisateur. Il se souvient : « Mahama Johnson Traoré appartenait à la deuxième génération des réalisateurs, celle qui est venue juste après les Sembène Ousmane. Exigeant, rigoureux, excellent photographe, il avait le sens de l’image et savait ce qu’il voulait. Son art était basé sur la satire sociale. Il ne parlait pas de “cinéma africain”, mais de “cinémas d’Afrique”. »

Cinéma social et militant dans sa thématique, avec, au centre, la femme, l’œuvre de Mahama Johnson Traoré connaît un certain succès auprès du public, surtout après la sortie de Lambaay, en 1972. Mais cet homme aux idées de gauche, dont les photos de Marx, Lénine et Engels ornent les murs du salon et qui n’est pas toujours d’accord avec la vision du pouvoir, dérange. « Révolutionnaire sur les bords, il avait une conscience politique et appartenait à des cercles de réflexion, affirme Baba Diop, journaliste sénégalais spécialisé dans le cinéma. En plus du fait de porter un regard caustique sur la société, son engagement social et politique lui a attiré les foudres de la censure. »

Ces dernières années, Traoré vivait en France pour soigner son insuffisance rénale (il a reçu une greffe en 2008). Mais il se rendait partout où il était question de cinéma. Son dernier projet, un film sur un épisode de l’histoire des femmes de son pays en 1820, devait être réalisé avec des partenaires algériens, le producteur Boualem Aïssaoui et la scénariste Meriem Hamidat. Il ne verra peut-être jamais le jour.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Issayas Afewerki, le Staline d'Asmara

Portrait précédent :
Madame égalité

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola (SE OK MER 25/3)

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

"Gospel Journey" : Faada Freddy à la folie

Sans instruments, armé de sa seule voix et de son corps, le chanteur du groupe Daara-J ose un premier album solo percutant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers