Extension Factory Builder
18/03/2010 à 13:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin L'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin © Facelly/Sipa

Ancien Premier ministre français, représentant personnel du président Nicolas Sarkozy auprès du Conseil permanent de la Francophonie depuis octobre 2009.

Jeune Afrique : La Francophonie n’est-elle pas un combat d’arrière-garde ?

Jean-Pierre Raffarin : Elle le serait si elle était hors de son temps. Or elle s’affirme comme un espace de débats politiques et culturels en prise sur le siècle. Les pays qui la composent possèdent en commun un certain nombre de valeurs républicaines : la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité ; mais aussi une valeur neuve et tout aussi universelle : la diversité. La Francophonie est le forum pertinent pour débattre de cette égalité et de cette diversité, qui ont parfois du mal à cohabiter. Je constate aussi que plus de la moitié des soldats engagés dans des opérations de maintien de la paix le sont dans des pays francophones, alors que seuls 15 % d’entre eux parlent le français. Ce n’est pas idéal pour l’efficacité de ces opérations !

N’est-il pas trop tard pour stopper le déclin du français ?

Je m’élève contre cette idée de déclin du français. Aux J.O. de Pékin, j’ai constaté que les Chinois respectaient à la lettre la charte olympique de Pierre de Coubertin : les délégations qui entraient dans le stade étaient d’abord annoncées en français, puis en anglais, puis en chinois.

En fait, si déclin il y a, c’est celui de « l’offre ». Quand on ouvre un lycée ou un collège français à l’étranger, on le remplit très vite. Même les pays qui, comme la Tunisie, en comptent déjà deux en veulent un troisième. J’estime qu’on n’a pas assez utilisé le grand emprunt [35 milliards d’euros destinés à doper la croissance, NDLR] au profit de la promotion du français, alors que c’est l’un des investissements les plus efficaces qui soit.

L’anglais ne s’est-il pas définitivement imposé dans les relations internationales ?

Nous devons renforcer l’exigence francophone. À Bruxelles, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, respectivement présidents de l’Union et de la Commission, qui sont l’un et l’autre francophones, s’expriment en anglais. À New York, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, en fait de même, bien qu’il prenne des cours de français. J’ai dit aux uns et aux autres qu’il fallait qu’on entende davantage parler français dans ces enceintes. Est-il normal que les journalistes qui couvrent ces institutions soulèvent des murmures quand, dans une conférence de presse, ils posent des questions en français ?

Comment convaincre les dirigeants français des institutions internationales de renoncer, au moins de temps en temps, à l’anglais ?

L’anglais n’est pas un ennemi : je le parle moi-même. Ce qui est choquant, c’est qu’un responsable francophone puisse faire du français un usage subalterne par rapport à l’anglais. C’est le cas de Dominique Strauss-Kahn au FMI, de Pascal Lamy à l’OMC, de Luc Guyau à la FAO ou de Jean-Claude Trichet à la Banque centrale européenne. Je vais donc me montrer plus intransigeant sur ce point. Nous mobilisons tout le monde. Nos ambassadeurs à Washington, Bruxelles et Vienne réunissent périodiquement les ambassadeurs des autres pays francophones pour les sensibiliser à la valorisation de notre langue. En ce qui me concerne, je vais me rendre notamment à Genève, à Vienne et à Addis-Abeba pour y rappeler l’exigence francophone. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Racisme : Richard Trinquier, un maire en guerre contre les femmes voilées

Racisme : Richard Trinquier, un maire en guerre contre les femmes voilées

Richard Trinquier, élu UMP de l'Essonne, n'aime pas trop les musulmans. Son dernier fait d'armes : l'interdiction d'une base de loisirs à deux femmes voilées, début juillet. Un geste qui devrait lui [...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Russie : Poutine, paria en Europe... latin lover en Amérique du Sud

Après le crash du vol MH17 en Ukraine, Vladimir Poutine est en passe de devenir un paria en Europe... mais pas en Amérique du Sud. De La Havane à Brasília, le maître du Kremlin fait[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers