Extension Factory Builder
22/03/2010 à 15:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aboubacar Somparé. Aboubacar Somparé. © Reuters

Ancien président de l’Assemblée nationale de Guinée

Jeune Afrique : Serez-vous le candidat du Parti de l’unité et du progrès [PUP, ancien parti au pouvoir] à la présidentielle du 27 juin prochain ?

Aboubacar Somparé : Je souhaite être investi. En Guinée, les priorités sont les mêmes pour tous. J’ai la connaissance du terrain, et le PUP est le parti le mieux implanté à travers le pays. Moi, si j’étais président, je travaillerais à unir le peuple. La classe politique doit oublier ses intérêts égoïstes et personnels pour privilégier la Guinée.

Vous étiez le dauphin constitutionnel du président Lansana Conté, décédé le 22 décembre 2008, mais vous n’avez jamais assuré son intérim. Que s’est-il passé ?

Le 22 décembre vers 20 heures, j’ai été informé du décès du président Conté par son médecin personnel. J’ai appelé le Premier ministre, le chef d’état-major des armées et le président de la Cour suprême. Ce dernier était injoignable. Nous nous sommes retrouvés, avec les autres, à mon bureau au Palais du peuple et j’ai envoyé des gens le chercher. Il est arrivé à minuit, mais n’a pas voulu proclamer la vacance du pouvoir, sous prétexte qu’il fallait attendre le lendemain pour organiser une cérémonie. Et, vers 4 heures du matin, j’ai appris que les militaires avaient pris le pouvoir.

Depuis l’instauration du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD, junte), vous ne vous êtes jamais prononcé publiquement sur la situation de la Guinée. Pourquoi ?

Quand j’ai compris que les partis politiques, qui prétendent se battre pour la démocratie et l’instauration d’un État de droit, ont fait allégeance immédiate aux putschistes malgré la Constitution prévoyant un dauphin, j’ai préféré me taire. Les événements m’ont donné raison. Si l’Assemblée [dissoute depuis juin 2007, NDLR] avait assuré la transition, il n’y aurait pas eu de « 28 septembre ». Nous serions restés un an tout au plus. On a perdu beaucoup de temps.

On se souvient quand même que la classe politique ne vous faisait pas confiance car, du vivant du président Conté, vous étiez réticent à organiser rapidement des législatives…

Ma personne dérange car je connais bien le pays. J’ai occupé de hautes fonctions sous la Ire et sous la IIe République. Je peux faire mal à l’opposition. En fait, elle était pressée juste pour mettre fin à ce qu’elle appelait la domination du PUP. Nous sommes un parti national et c’est normal qu’on gagne toujours. Les gens nous accusaient de fraude, mais ils disent toujours ça quand le pouvoir gagne.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : à Bruxelles, les pays touchés demandent un 'plan Marshall' pour se relever

Ebola : à Bruxelles, les pays touchés demandent un "plan Marshall" pour se relever

Alors que l'épidémie d'Ebola s'éternise en Afrique de l'Ouest, une conférence des acteurs de la lutte contre le virus se tient ce mardi à Bruxelles. Les trois pays les plus touchés appelle[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Guinée : un imam jugé pour violences sur un agent de la lutte contre Ebola

Les soignants d'Ebola sont de plus en plus victimes d’actes de violences commis par les populations en Guinée. Le procès d’un imam inculpé pour coups et blessures sur un agent s’ouvre ce[...]

Lettre ouverte à tous les Guinéens

Béa Diallo est élu au Parlement belge et échevin d'Ixelles. Oui, Depuis plusieurs années déjà, notre pays est confronté à un défi immense : il doit atteindre de[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Sondage : votez pour le meilleur joueur de la CAN 2015 !

La CAN 2015 s'est achevée dimanche avec la victoire in extremis de la Côte d'Ivoire en finale face au Ghana (9-8 au t.a.b.). Quel joueur vous a le plus marqué depuis le début de la compétition, le[...]

Cellou Dalein Diallo : "L'opposition guinéenne n'a plus que la rue comme recours"

À l’approche de la présidentielle guinéenne – qui devrait se dérouler avant la fin de l’année – l’opposition durcit le ton et réclame plus de dialogue avec[...]

Guinée : un ancien ministre tué par balles en pleine rue à Conakry

Thierno Aliou Diaouné, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports du gouvernement de transition de 2010, a été abattu par des inconnus vendredi soir à Conakry. Les motifs du crime ne sont pas encore[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces