Extension Factory Builder
22/03/2010 à 15:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aboubacar Somparé. Aboubacar Somparé. © Reuters

Ancien président de l’Assemblée nationale de Guinée

Jeune Afrique : Serez-vous le candidat du Parti de l’unité et du progrès [PUP, ancien parti au pouvoir] à la présidentielle du 27 juin prochain ?

Aboubacar Somparé : Je souhaite être investi. En Guinée, les priorités sont les mêmes pour tous. J’ai la connaissance du terrain, et le PUP est le parti le mieux implanté à travers le pays. Moi, si j’étais président, je travaillerais à unir le peuple. La classe politique doit oublier ses intérêts égoïstes et personnels pour privilégier la Guinée.

Vous étiez le dauphin constitutionnel du président Lansana Conté, décédé le 22 décembre 2008, mais vous n’avez jamais assuré son intérim. Que s’est-il passé ?

Le 22 décembre vers 20 heures, j’ai été informé du décès du président Conté par son médecin personnel. J’ai appelé le Premier ministre, le chef d’état-major des armées et le président de la Cour suprême. Ce dernier était injoignable. Nous nous sommes retrouvés, avec les autres, à mon bureau au Palais du peuple et j’ai envoyé des gens le chercher. Il est arrivé à minuit, mais n’a pas voulu proclamer la vacance du pouvoir, sous prétexte qu’il fallait attendre le lendemain pour organiser une cérémonie. Et, vers 4 heures du matin, j’ai appris que les militaires avaient pris le pouvoir.

Depuis l’instauration du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD, junte), vous ne vous êtes jamais prononcé publiquement sur la situation de la Guinée. Pourquoi ?

Quand j’ai compris que les partis politiques, qui prétendent se battre pour la démocratie et l’instauration d’un État de droit, ont fait allégeance immédiate aux putschistes malgré la Constitution prévoyant un dauphin, j’ai préféré me taire. Les événements m’ont donné raison. Si l’Assemblée [dissoute depuis juin 2007, NDLR] avait assuré la transition, il n’y aurait pas eu de « 28 septembre ». Nous serions restés un an tout au plus. On a perdu beaucoup de temps.

On se souvient quand même que la classe politique ne vous faisait pas confiance car, du vivant du président Conté, vous étiez réticent à organiser rapidement des législatives…

Ma personne dérange car je connais bien le pays. J’ai occupé de hautes fonctions sous la Ire et sous la IIe République. Je peux faire mal à l’opposition. En fait, elle était pressée juste pour mettre fin à ce qu’elle appelait la domination du PUP. Nous sommes un parti national et c’est normal qu’on gagne toujours. Les gens nous accusaient de fraude, mais ils disent toujours ça quand le pouvoir gagne.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : le co-découvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Ebola : le co-découvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Ebola : une ambassadrice américaine en tournée en Afrique de l'Ouest

L'ambassadrice des États-Unis auprès de l'ONU est arrivée dimanche en Guinée, première étape d'une tournée en Afrique de l'Ouest touchée par le virus Ebola. Samantha Power[...]

Quand Sékouba Konaté se lâche

On le croyait taiseux, encore empreint d'une rigueur très militaire. Mais ça, c'était avant : l'ancien président de la transition est aujourd'hui décidé à régler ses[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Naufrage d'une pirogue en Guinée : 10 morts, des dizaines de disparus

Au moins dix personnes ont péri et plusieurs dizaines étaient portées disparues en Guinée après le naufrage d'une pirogue surchargée vendredi dans le sud du pays, a-t-on appris de[...]

Ebola : le FMI "prêt à faire plus" pour la Guinée durement touchée

Le Fonds monétaire international (FMI) est "prêt à faire plus si nécessaire" pour la Guinée, l'un des trois pays africains les plus affectés par l'épidémie[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Ebola : contrôles renforcés aux aéroports des États-Unis et du Canada

Après la mort mercredi du patient atteint d'Ebola au Texas, Washington et Ottawa ont annoncé le renforcement du contrôle des voyageurs en provenance de tous les pays africains touchés par le virus.[...]

Banque mondiale : Ebola pourrait coûter 32,6 milliards de dollars

Selon un rapport de la Banque mondiale sur "l'impact économique d'Ebola" en Afrique de l'Ouest, le pire pourrait être à venir pour les pays touchés si une "réponse[...]

Ebola : la Guinée malade de ses voisins

Moins touché que le Liberia et le Sierra Leone, le pays espère maîtriser l'épidémie d'Ebola. Un objectif que ses frontières poreuses et son territoire mal contrôlé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers