Extension Factory Builder
08/03/2010 à 15:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wade revendique la propriété intellectuelle du monument de la Renaissance africaine Wade revendique la propriété intellectuelle du monument de la Renaissance africaine © AFP

Le chef de l’État sénégalais, Abdoulaye Wade, et son Monument de la renaissance africaine, haut de 50 mètres, sont, depuis quelques semaines, sous le feu nourri des médias occidentaux. Journaux et télévisions rivalisent de formules assassines, de titres chocs et de reportages au vitriol pour fustiger l’érection de la statue.

Après « Les colosses de Dakar » (Libération), « Wade, un artiste incompris » (L’Express), « Ivresse du pouvoir et folie des grandeurs » (France 2), « Les délires du président Abdoulaye Wade » (Canal+), c’était au tour, cette semaine, de l’hebdo britannique The Economist d’entrer dans la danse avec un article corrosif titré « Statuesque ou grotesque » ? Tous dépeignent Wade comme un vieillard gâteux, rongé par la vanité du pouvoir au point de bâtir un monument de 26 millions d’euros alors que ses compatriotes vivent pour la plupart en dessous du seuil de pauvreté.

S’il y a des raisons de critiquer le projet, celles-ci ne sont pas les bonnes. La vanité peut être source de progrès, tout comme la volonté d’un dirigeant de graver dans la pierre la trace de son passage aux affaires. Dénier aux Africains le droit à des symboles parce qu’ils sont pauvres procède d’une cécité historique. Le château de Versailles, dont la France est si fière, avec ses ors, dorures et lambris, ses 67 000 m² de superficie, ses 2 000 pièces, ses 92 hectares de jardin… a été bâti au XVIIe siècle par Louis XIV à une époque où une bonne partie de ses sujets était en proie à la famine.

Comme ce château qui abrite aujourd’hui les cérémonials les plus solennels du rituel républicain français, la basilique de Yamoussoukro n’aurait jamais existé si Félix Houphouët-Boigny avait plus écouté les sarcasmes que sa volonté d’imiter les bâtisseurs qui firent le rayonnement des empires.

L’Afrique a aussi le droit de voir les choses en grand. Comme François Mitterrand qui, en dépit de la fin des Trente Glorieuses et de l’explosion du chômage de masse dans son pays pendant les années 1980, a entrepris la construction du quartier de la Défense, symbole de luxe et de démesure, avec son arche, ses immeubles en verre, ses tours triomphantes… The Economist n’a pas besoin d’aller plus loin que les palais de la couronne britannique pour voir la même démesure dans une forme rarement égalée.

Si le Monument de la renaissance africaine peut donner lieu à de vraies critiques (financement par une transaction foncière douteuse, réclamation par Wade de 35 % de droits d’auteur sur les fruits de l’édifice, recours à des architectes et sculpteurs extérieurs au continent…), le principe de sa construction se défend. D’autant que la renaissance africaine est une revendication d’identité et de progrès portée par de grandes figures : Marcus Garvey, Malcolm X, Patrice Lumumba, Gamal Abdel Nasser… Dans l’intimité de son bureau, un jour d’avril 2004, devant la maquette de ce qui n’était pas encore devenu le Monument de la renaissance africaine, Abdoulaye Wade m’a expliqué le sens de son projet : « À l’instar de ces personnages qui émergent de la montagne et s’élancent vers le ciel, l’Afrique doit sortir de sa torpeur. Mais le simple symbole ne suffit pas. Ce monument est conçu comme un projet culturel et touristique rentable. » Après tout, il y a longtemps que la tour Eiffel, à Paris, et la statue de la Liberté, à New York, sont devenues des œuvres commercialisées. Qui s’en offusque ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article précédent :
Berlusconi, ce machiste

Réagir à cet article

Sénégal

La grande mosquée Massalikoul Djinane de Dakar sort de terre

La grande mosquée Massalikoul Djinane de Dakar sort de terre

Ce sera la plus grande mosquée du pays et sans doute d'Afrique de l'Ouest. Un chantier colossal, des mensurations qui donnent le tournis... Le tout grâce à la générosité des mouride[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade accuse Macky Sall de corruption

Lors d'une réunion du comité directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS), mardi à Dakar, l'ancien président Abdoulaye Wade a accusé le chef de l'État, Macky[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Les raisons de l'étrange abandon de Makhtar Diop

L'économiste Makhtar Diop devait être le candidat de Dakar à la présidence de la Banque africaine de développement. Mais alors qu'il avait de grandes chances de l'emporter, il a[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Sénégal - Macky Sall : "Mes principaux adversaires ne sont pas Wade et consorts, ce sont les inégalités sociales"

Réformes, Wade père et fils, procès Habré, Ebola, diplomatie... Macky Sall, le chef de l'État sénégalais répond à toutes nos questions, et défend son [...]

Sénégal : pas de production pétrolière avant 2020

Le Sénégal espère produire son premier baril d'or noir en 2019-2020 à la suite de la récente découverte de pétrole au large de ses côtes, a affirmé le 15 octobre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers