Extension Factory Builder

Barack Obama, un an plus tard

08/03/2010 à 15:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Il y a un peu plus d'un an, Barack Obama prenait la tête de la première puissance mondiale. Il y a un peu plus d'un an, Barack Obama prenait la tête de la première puissance mondiale. © Reuters

« Celui qui arrive au pouvoir par trop d’espoirs ne peut que décevoir. Celui qui arrive au pouvoir par trop de promesses connaîtra la bérézina. » La déception est le corollaire de l’espoir. Lorsqu’on attend trop d’une personne, celle-ci ne peut répondre aux attentes démesurées et, très vite, ceux qui la veille l’ont adulée la décrient le lendemain.

C’est peut-être ce qui arrive aujourd’hui au 44e président des États-Unis. Un an à peine après son élection, sa cote de popularité est en baisse, tant aux États-Unis que dans le reste du monde. Ce verdict des sondages me paraît particulièrement mal fondé. Certes, Barack Obama était porteur d’espoir, mais il ne fallait pas attendre de lui des miracles. Dès lors, il n’a pas déçu les personnes sensées et réalistes, car il reste fidèle à son image. Il a été élu dans l’enthousiasme par la majorité des Américains, un enthousiasme partagé par de très nombreux citoyens du monde, qui aspiraient à vivre l’avènement d’une « nouvelle Amérique », une Amérique qu’ils pouvaient, à nouveau, respecter et aimer. Il n’est pas un messie des temps modernes, il ne s’est d’ailleurs jamais présenté comme tel, comme il n’a jamais prétendu être le seul détenteur de la vérité.

Obama a simplement proposé au peuple américain une autre vision de la gestion de son pays, tant sur le plan intérieur qu’extérieur. Pour ce qu’il a déjà prouvé, c’est un homme qui croit profondément en des valeurs fondamentales, telles que la démocratie, la justice, la solidarité, la liberté de pensée et de religion, la tolérance… Sur ce plan, il n’a pas déçu, même si les obstacles sont énormes et que les résultats concrets de ses actions se font encore attendre. Il a réussi à changer la vision de l’Amérique sur le monde et, par ricochet, la vision du monde sur l’Amérique. En politique intérieure, il a osé mener le difficile combat pour une société plus solidaire et mieux régulée, là où c’est nécessaire, notamment dans les domaines de la santé et du contrôle du très puissant monde financier. Il n’a pas encore réussi, ses adversaires étant tenaces, mais il ne baisse pas les bras. Nous espérons qu’il parviendra à faire passer son projet sur la réforme du système de santé et contribuera à une meilleure maîtrise du monde de la finance, responsable de la crise profonde qui touche tous les pays de la planète. Les sommes énormes que les États riches ont injectées dans le secteur bancaire, aux frais du contribuable, justifient amplement une telle approche, partagée d’ailleurs par les plus grands défenseurs du capitalisme à travers le monde. Quant à la politique étrangère, personne ne peut nier que le style ait changé, même si, dans ce domaine aussi, les résultats tardent à se concrétiser. Apprécions par exemple que, pour la première fois, l’administration américaine ait reconnu les effets nocifs des gaz à effet de serre, ce qui a permis, sans conteste, une avancée au sommet de Copenhague, bien qu’elle soit ténue.

Jusqu’à preuve du contraire, le candidat Obama n’a pas fait de fausses promesses. Mais sans doute a-t-il suscité trop d’espoirs d’un changement trop rapide. Rappelons aux déçus qu’il n’a jamais dit : « I can ! » Il a toujours soutenu : « Yes, we can ! » Qu’il ne perde pas la confiance de ceux qui l’ont élu sur cette base et que ceux-ci ne baissent pas les bras. Dans ce cas, tout sera du domaine du possible. Que les Américains, avec leur président, méditent ces sages paroles de Mandela : « Après avoir gravi une haute colline, tout ce qu’on découvre, c’est qu’il reste beaucoup d’autres collines à gravir. Je me suis arrêté un instant pour me reposer, pour contempler l’admirable paysage qui m’entoure, pour regarder derrière moi la longue route que j’ai parcourue. Mais je ne peux me reposer qu’un instant ; avec la liberté viennent les responsabilités, et je n’ose m’attarder car je ne suis pas arrivé au terme de mon long chemin. » 

*Jacques Baudin est l'ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

"Black Panther" : Chadwick Boseman, premier super-héros noir en solo au cinéma chez Marvel

Marvel a enfin dévoilé mardi soir les neufs productions de la "phase 3" de son univers cinématographique pour les cinq prochaines années. Une nouveauté : l'Africain-Américain[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers