Extension Factory Builder

Mamadou Dia : "240 milliards de F CFA ont été investis entre 1996 et 2008"

22/03/2010 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mamadou Dia. Mamadou Dia. © Vincent Fournier pour J.A

Directeur général de la Sénégalaise des Eaux (SDE). Egalement président de l’Association africaine de l’eau (AAE), qui tiendra son congrès à Kampala du 15 au 18 mars, il revient sur les grands enjeux sénégalais et africains.

Jeune Afrique : Depuis l’intégration de la SDE dans le groupe Finagestion, ce dernier a-t-il d’autres projets d’acquisition en vue ?

Mamadou Dia : Pour le moment, Finagestion n’est pas engagé dans des acquisitions, mais le fait d’avoir créé une direction du développement au sein du groupe signifie que c’est désormais dans le domaine du possible.

L’adossement à un groupe permet à des sociétés au départ à vocation nationale de sortir de leur « territoire ». Comment se positionne la SDE ?

À l’heure actuelle, en dehors du Sénégal, nous intervenons par exemple avec Saur à La Mecque, en Arabie saoudite, dans un projet d’amélioration des performances de la distribution d’eau. L’agence américaine Usaid, dans le cadre de l’initiative Sustainable Water and Sanitation, a par ailleurs retenu notre entreprise pour améliorer les performances de certaines sociétés d’eau en Afrique de l’Ouest. Les entreprises du continent ont acquis au fil des années de l’expertise et peuvent aujourd’hui rivaliser sur le terrain avec des multi­nationales occidentales. Mais, au-delà de l’installation d’une compagnie en dehors de son territoire naturel, ce qui est important c’est de pérenniser sa présence. Il faut par conséquent que le mouvement actuel s’inscrive dans la durée.

Quel rôle peuvent jouer les opérateurs privés dans le financement des infrastructures ?

Il faut mettre en place des schémas adaptés à chaque pays et permettant de combiner financements concessionnels et taux du marché. Les opérateurs doivent participer davantage à cet effort mais les États également, notamment à travers des fonds internationaux et des prêts concessionnels auxquels seuls les États peuvent avoir accès. Au Sénégal, par exemple, l’entreprise qui prend en charge les infrastructures est la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones), contrôlée par l’État. Entre 1996 et 2008, elle a investi 240 milliards de F CFA, financés par les bailleurs traditionnels que sont la Banque mondiale, l’Agence française de développement, la Banque européenne d’investissement, la KfW (Allemagne), ou encore l’Union européenne, et remboursés par une redevance de la SDE. Le bilan est positif, puisque la demande en eau est satisfaite dans notre pays, même s’il est nécessaire d’anticiper, de ne pas gérer des déficits.

Le prochain congrès de l’AAE traitera des enjeux climatiques. Comment préserver la ressource qui se raréfie ?

Il faut lutter contre le gaspillage de l’eau et faire en sorte qu’il y ait des périmètres de protection des eaux de surface et des eaux souterraines : le recours aux pesticides à proximité de ces périmètres doit être, par exemple, interdit. Il faut enfin systématiser la surveillance de la qualité des nappes phréatiques, mais aussi de l’eau du robinet. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Interview suivante :
Jean-Pierre Raffarin

Interview précédente :
Aboubacar Somparé

Réagir à cet article

Continental

Célibataires africaines et fières de l'être !

Célibataires africaines et fières de l'être !

Rencontre avec des femmes qui, malgré la pression de sociétés globalement conservatrices, ont décidé que mieux valait être seule que mal accompagnée.[...]

Plus de 3400 migrants secourus en Méditerranée

Un total de 3427 migrants ont été secourus samedi en mer Méditerranée, après une série de naufrages meurtriers en avril. Les opérations de sauvetage se sont principalement[...]

Jean-Pierre Bat : "Houphouët-Boigny était la tête de pont du système" de la Françafrique

Les archives de Jacques Foccart, le premier "Monsieur Afrique" de la Ve République livrent leurs secrets. Entretien avec le chercheur qui a la charge de ce fonds d'une richesse exceptionnelle.[...]

En Égypte, c'est "la restauration"

Peu d'entre vous le savent : les États-Unis ont tranquillement repris, il y a un mois, leur aide militaire de 1,3 milliard de dollars par an à l'Égypte.[...]

Lettre à mon frère sud-africain

Akere Muna est avocat camerounais, militant de la lutte pour les droits de l'homme.[...]

Immigration : un naufrage africain

Mohammed Ali Malek a 27 ans, il est tunisien, et, pour les quelque 800 victimes du naufrage de son chalutier, le 19 avril, ce commandant qui les regardait sombrer avec un sourire narquois avait le visage du [...]

Les mystères de la Corsafrique

Feliciaggi, Tomi, Pasqua, Foccart, Bongo Ondimba, Sassou Nguesso, IBK... Bienvenue en Corsafrique ! Dans son numéro double, "Jeune Afrique" consacre une enquête à l'ascension des Corses en Afrique,[...]

Cour de justice de l'Uemoa : y a-t-il un pilote à la barre ?

Que se passe-t-il à la Cour de justice de l'Union économique et monétaire d'Afrique de l'Ouest (UEMOA) ?[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Xénophobies africaines

Je donne ma main à couper si je me trompe. Chaque fois que rien ne marche sur notre continent, chaque fois que ceux qui rêvent debout voient leurs desseins contrariés, une phrase, une seule, revient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces