Extension Factory Builder

Mamadou Dia : "240 milliards de F CFA ont été investis entre 1996 et 2008"

22/03/2010 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mamadou Dia. Mamadou Dia. © Vincent Fournier pour J.A

Directeur général de la Sénégalaise des Eaux (SDE). Egalement président de l’Association africaine de l’eau (AAE), qui tiendra son congrès à Kampala du 15 au 18 mars, il revient sur les grands enjeux sénégalais et africains.

Jeune Afrique : Depuis l’intégration de la SDE dans le groupe Finagestion, ce dernier a-t-il d’autres projets d’acquisition en vue ?

Mamadou Dia : Pour le moment, Finagestion n’est pas engagé dans des acquisitions, mais le fait d’avoir créé une direction du développement au sein du groupe signifie que c’est désormais dans le domaine du possible.

L’adossement à un groupe permet à des sociétés au départ à vocation nationale de sortir de leur « territoire ». Comment se positionne la SDE ?

À l’heure actuelle, en dehors du Sénégal, nous intervenons par exemple avec Saur à La Mecque, en Arabie saoudite, dans un projet d’amélioration des performances de la distribution d’eau. L’agence américaine Usaid, dans le cadre de l’initiative Sustainable Water and Sanitation, a par ailleurs retenu notre entreprise pour améliorer les performances de certaines sociétés d’eau en Afrique de l’Ouest. Les entreprises du continent ont acquis au fil des années de l’expertise et peuvent aujourd’hui rivaliser sur le terrain avec des multi­nationales occidentales. Mais, au-delà de l’installation d’une compagnie en dehors de son territoire naturel, ce qui est important c’est de pérenniser sa présence. Il faut par conséquent que le mouvement actuel s’inscrive dans la durée.

Quel rôle peuvent jouer les opérateurs privés dans le financement des infrastructures ?

Il faut mettre en place des schémas adaptés à chaque pays et permettant de combiner financements concessionnels et taux du marché. Les opérateurs doivent participer davantage à cet effort mais les États également, notamment à travers des fonds internationaux et des prêts concessionnels auxquels seuls les États peuvent avoir accès. Au Sénégal, par exemple, l’entreprise qui prend en charge les infrastructures est la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones), contrôlée par l’État. Entre 1996 et 2008, elle a investi 240 milliards de F CFA, financés par les bailleurs traditionnels que sont la Banque mondiale, l’Agence française de développement, la Banque européenne d’investissement, la KfW (Allemagne), ou encore l’Union européenne, et remboursés par une redevance de la SDE. Le bilan est positif, puisque la demande en eau est satisfaite dans notre pays, même s’il est nécessaire d’anticiper, de ne pas gérer des déficits.

Le prochain congrès de l’AAE traitera des enjeux climatiques. Comment préserver la ressource qui se raréfie ?

Il faut lutter contre le gaspillage de l’eau et faire en sorte qu’il y ait des périmètres de protection des eaux de surface et des eaux souterraines : le recours aux pesticides à proximité de ces périmètres doit être, par exemple, interdit. Il faut enfin systématiser la surveillance de la qualité des nappes phréatiques, mais aussi de l’eau du robinet. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Interview suivante :
Jean-Pierre Raffarin

Interview précédente :
Aboubacar Somparé

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers