Extension Factory Builder

Mamadou Dia : "240 milliards de F CFA ont été investis entre 1996 et 2008"

22/03/2010 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mamadou Dia. Mamadou Dia. © Vincent Fournier pour J.A

Directeur général de la Sénégalaise des Eaux (SDE). Egalement président de l’Association africaine de l’eau (AAE), qui tiendra son congrès à Kampala du 15 au 18 mars, il revient sur les grands enjeux sénégalais et africains.

Jeune Afrique : Depuis l’intégration de la SDE dans le groupe Finagestion, ce dernier a-t-il d’autres projets d’acquisition en vue ?

Mamadou Dia : Pour le moment, Finagestion n’est pas engagé dans des acquisitions, mais le fait d’avoir créé une direction du développement au sein du groupe signifie que c’est désormais dans le domaine du possible.

L’adossement à un groupe permet à des sociétés au départ à vocation nationale de sortir de leur « territoire ». Comment se positionne la SDE ?

À l’heure actuelle, en dehors du Sénégal, nous intervenons par exemple avec Saur à La Mecque, en Arabie saoudite, dans un projet d’amélioration des performances de la distribution d’eau. L’agence américaine Usaid, dans le cadre de l’initiative Sustainable Water and Sanitation, a par ailleurs retenu notre entreprise pour améliorer les performances de certaines sociétés d’eau en Afrique de l’Ouest. Les entreprises du continent ont acquis au fil des années de l’expertise et peuvent aujourd’hui rivaliser sur le terrain avec des multi­nationales occidentales. Mais, au-delà de l’installation d’une compagnie en dehors de son territoire naturel, ce qui est important c’est de pérenniser sa présence. Il faut par conséquent que le mouvement actuel s’inscrive dans la durée.

Quel rôle peuvent jouer les opérateurs privés dans le financement des infrastructures ?

Il faut mettre en place des schémas adaptés à chaque pays et permettant de combiner financements concessionnels et taux du marché. Les opérateurs doivent participer davantage à cet effort mais les États également, notamment à travers des fonds internationaux et des prêts concessionnels auxquels seuls les États peuvent avoir accès. Au Sénégal, par exemple, l’entreprise qui prend en charge les infrastructures est la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones), contrôlée par l’État. Entre 1996 et 2008, elle a investi 240 milliards de F CFA, financés par les bailleurs traditionnels que sont la Banque mondiale, l’Agence française de développement, la Banque européenne d’investissement, la KfW (Allemagne), ou encore l’Union européenne, et remboursés par une redevance de la SDE. Le bilan est positif, puisque la demande en eau est satisfaite dans notre pays, même s’il est nécessaire d’anticiper, de ne pas gérer des déficits.

Le prochain congrès de l’AAE traitera des enjeux climatiques. Comment préserver la ressource qui se raréfie ?

Il faut lutter contre le gaspillage de l’eau et faire en sorte qu’il y ait des périmètres de protection des eaux de surface et des eaux souterraines : le recours aux pesticides à proximité de ces périmètres doit être, par exemple, interdit. Il faut enfin systématiser la surveillance de la qualité des nappes phréatiques, mais aussi de l’eau du robinet. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Interview suivante :
Jean-Pierre Raffarin

Interview précédente :
Aboubacar Somparé

Réagir à cet article

Continental

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Inspirés par les réunions charitables d'artistes anglo-saxons dans les années 80, les chanteurs africains s’égosillent de plus en plus en groupes. Autour de causes[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces