Extension Factory Builder

Issayas Afewerki, le Staline d'Asmara

17/03/2010 à 15:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Issayas Afewerki, un guerrier qui a du mal à se transformer en gouvernant Issayas Afewerki, un guerrier qui a du mal à se transformer en gouvernant © Helene C. Stikkel/US Department of Defense

Il avait tout pour plaire : un passé héroïque de vaillant combattant, une aura démesurée, un dédain affiché pour le luxe, de belles paroles sur le développement de l’Afrique par les Africains… Il n’a jamais caché son idéologie marxiste ; pourtant, même les Occidentaux étaient tombés sous le charme de ce moustachu à la silhouette longiligne. Jusqu’à la fin des années 1990, les capitales étrangères le voyaient, lui le chrétien d’obédience laïque, comme un rempart à l’extension de l’islamisme radical dans la région.

Aujourd’hui, Issayas Afewerki, né il y a soixante-quatre ans à Asmara, est rangé dans la même catégorie que Kim Jong-il, le despote nord-coréen. Gérard Prunier, spécialiste de la Corne de l’Afrique et chercheur au CNRS, qui le connaît bien pour avoir bataillé à ses côtés, le compare volontiers à Staline. « Il présente les mêmes caractéristiques : une grande habileté manœuvrière au sein d’un bureau politique et aucun retrait devant la violence. Il ne fera pas tuer des milliers de personnes sans raison, mais si on se met en travers de sa route… »

Enrôlé dans le FLE (Front de libération de l’Érythrée) dans les années 1960, après avoir fini ses études d’ingénieur à Addis-Abeba, Afewerki passe au début des années 1970 dans le camp marxiste. Il prendra la tête, en 1987, du FPLE (Front populaire de libération de l’Érythrée). Sa victoire sur l’Éthiopie en 1991 – qui a conduit à l’indépendance deux ans plus tard – lui a d’abord valu un véritable culte au pays. Mais comme le notait un diplomate en poste à Asmara bien avant la dérive du régime, « les guerriers ont du mal à se transformer en gouvernants » – même quand ils troquent le treillis contre un costume.

Afewerki voulait éviter « le nombre effrayant d’erreurs » de ses homologues africains. « Persuadé que tout le monde lui en veut à commencer par les Arabes et la CIA », selon Gérard Prunier, et « obsédé » par le voisin éthiopien, il a tracé sa propre voie – sourd à toutes les critiques, même à celles venant de son camp. « Je ne vais pas maquiller mon visage pour plaire à l’administration américaine », lançait-il en 2008 au sujet de l’absence de multipartisme en Érythrée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Tidjane Thiam

Portrait précédent :
Mahama Johnson Traoré

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Erythrée

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Vatican : Don Mussie Zerai, un prêtre aux côtés des réfugiés

De par son expérience, ce prêtre érythréen, tente d’apporter des solutions sociales et politiques en faveur aux migrants en Italie et ailleurs. Il est devenu l’ange gardien du respect des[...]

Cyclisme : ces Érythréens qui mouillent le maillot

Leur pays, l'Érythrée, ressemble à une prison. Et pourtant, ils sont une demi-douzaine de coureurs cyclistes professionnels à se distinguer sur les tours africains et européens.[...]

Cyclisme : Natnael Berhane remporte la Tropicale Amissa Bongo

Le cycliste érythréen Natnael Berhane a remporté dimanche la Tropicale Amissa Bongo, à Libreville, au Gabon. Il devient le premier coureur africain noir à s'imposer sur une course à[...]

Bisrat Negasi : en noir et wax

D'origine érythréenne, cette styliste vend ses créations dans des boutiques éphémères à travers l'Europe. Une vision sombre ? Pas vraiment.[...]

Meron Estefanos, SOS Érythrée

Depuis la Suède, Meron Estefanos consacre son temps à aider les migrants érythréens retenus en otages dans le Sinaï par des trafiquants jusqu'au paiement des rançons.[...]

Carte interactive : ces chefs d'État africains qui s'accrochent (ou pas) au pouvoir

C'est souvent la règle du "j'y suis, j'y reste" qui s'applique au sommet de la plupart des États africains. Une fois au pouvoir, les présidents excluent toute éventualité de retraite.[...]

Érythrée : Biniam Simon, si loin, si proche

Depuis Paris, cet Érythréen nargue le gouvernement d'Asmara en enregistrant des bulletins de nouvelles pour Radio Erena, unique radio indépendante du pays.[...]

Érythrée : à Asmara, les mutins auraient quitté le ministère de l'Information

Le calme serait déjà revenu dans la capitale de l’Érythrée, Asmara. Les soldats mutins derrière la prise d’otages au ministère de l’Information, le 21 janvier, auraient[...]

Érythrée : des soldats mutins à l'assaut de la télévision d'État et du ministère de l'Information

Une mutinerie de l’armée aurait été lancée lundi 21 janvier à Asmara, capitale de l’Érythrée. Quelque 200 soldats auraient envahi le ministère de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces