Extension Factory Builder

Football et politique



08/03/2010 à 14:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il ne reste qu’une petite centaine de jours avant cette Coupe du monde sud-africaine attendue par tout un continent. Oui, l’Afrique est fière d’organiser, pour la première fois de son histoire, la compétition la plus populaire et la plus médiatique de la planète. Se montrera-t-elle à la hauteur ? L’Afrique du Sud n’est pas l’Angola et la Fifa n’est pas la CAF. Il n’y a donc aucune raison de projeter sur le pays de Nelson Mandela les inquiétudes (en matière d’organisation, de sécurité et d’accueil) suscitées par la dernière CAN.

Jusqu’à présent, les dirigeants sud-africains ont tenu leurs engagements : leur pays est prêt, autant qu’on peut l’être, à accueillir, un mois durant, les trente-deux équipes et leurs supporteurs, mais aussi des milliers de journalistes et de dirigeants. « Pourquoi toujours exprimer des doutes sur la capacité de l’Afrique du Sud à organiser ce Mondial ? » s’est agacé, début mars, Joseph Blatter, le président de la Fifa.

Accueillir la Coupe du monde, c’est bien, y faire bonne figure, c’est mieux. Sur le plan sportif, que peut espérer l’Afrique ? Aucune certitude, si ce n’est que ses joueurs comptent parmi les meilleurs du monde, qu’ils jouent dans les clubs les plus prestigieux et devraient, en toute logique, faire trembler leurs adversaires. C’est un lieu commun du football, mais il ne suffit pas de compter Drogba, Eto’o, Essien ou Ziani dans ses rangs pour briller. Organisation, préparation, travail tactique, relations humaines… La litanie des lacunes africaines est, hélas ! toujours d’actualité. Et nos dirigeants ne font vraiment rien pour y remédier.

Les rapports incestueux entre football et politique expliquent en grande partie ce mal jusqu’ici incurable. Raison, sérieux, sérénité, long terme… Autant de notions bannies du lexique usuel du sport roi. Experts en calculs politiciens, ministères des Sports et responsables fédéraux se préoccupent avant tout des conséquences pour eux-mêmes et leurs suprêmes employeurs d’une éventuelle défaite. L’essentiel est de sauver son poste et de préserver ses privilèges. Il suffit de consulter les CV de la plupart d’entre eux pour s’apercevoir que leur expérience en matière de football se limite le plus souvent aux matchs regardés à la télé, une bière ou un soda à la main.

Dernier exemple en date de cet art de la navigation à vue, deux cadors subsahariens ont soudainement changé d’entraîneurs. Le Bosniaque Vahid Halilhodzic vient ainsi d’être limogé par la fédération ivoirienne. Il n’avait pourtant perdu qu’une seule rencontre en vingt-trois matchs, en quart de finale de la dernière CAN, contre l’Algérie. Idem au Nigeria, où Shaibu Amodu, l’un des (trop) rares entraîneurs africains en poste, a été remplacé par le Suédois Lars Lagerbäck. Motif de son éviction ? Son équipe a perdu, excusez du peu, en demi-finale de la CAN contre le Ghana (1-0) ! Quand le football africain arrêtera de marcher sur la tête, il pourra rêver des victoires les plus folles.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial précédent :
Togoleries

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers