Extension Factory Builder

Football et politique



08/03/2010 à 14:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il ne reste qu’une petite centaine de jours avant cette Coupe du monde sud-africaine attendue par tout un continent. Oui, l’Afrique est fière d’organiser, pour la première fois de son histoire, la compétition la plus populaire et la plus médiatique de la planète. Se montrera-t-elle à la hauteur ? L’Afrique du Sud n’est pas l’Angola et la Fifa n’est pas la CAF. Il n’y a donc aucune raison de projeter sur le pays de Nelson Mandela les inquiétudes (en matière d’organisation, de sécurité et d’accueil) suscitées par la dernière CAN.

Jusqu’à présent, les dirigeants sud-africains ont tenu leurs engagements : leur pays est prêt, autant qu’on peut l’être, à accueillir, un mois durant, les trente-deux équipes et leurs supporteurs, mais aussi des milliers de journalistes et de dirigeants. « Pourquoi toujours exprimer des doutes sur la capacité de l’Afrique du Sud à organiser ce Mondial ? » s’est agacé, début mars, Joseph Blatter, le président de la Fifa.

Accueillir la Coupe du monde, c’est bien, y faire bonne figure, c’est mieux. Sur le plan sportif, que peut espérer l’Afrique ? Aucune certitude, si ce n’est que ses joueurs comptent parmi les meilleurs du monde, qu’ils jouent dans les clubs les plus prestigieux et devraient, en toute logique, faire trembler leurs adversaires. C’est un lieu commun du football, mais il ne suffit pas de compter Drogba, Eto’o, Essien ou Ziani dans ses rangs pour briller. Organisation, préparation, travail tactique, relations humaines… La litanie des lacunes africaines est, hélas ! toujours d’actualité. Et nos dirigeants ne font vraiment rien pour y remédier.

Les rapports incestueux entre football et politique expliquent en grande partie ce mal jusqu’ici incurable. Raison, sérieux, sérénité, long terme… Autant de notions bannies du lexique usuel du sport roi. Experts en calculs politiciens, ministères des Sports et responsables fédéraux se préoccupent avant tout des conséquences pour eux-mêmes et leurs suprêmes employeurs d’une éventuelle défaite. L’essentiel est de sauver son poste et de préserver ses privilèges. Il suffit de consulter les CV de la plupart d’entre eux pour s’apercevoir que leur expérience en matière de football se limite le plus souvent aux matchs regardés à la télé, une bière ou un soda à la main.

Dernier exemple en date de cet art de la navigation à vue, deux cadors subsahariens ont soudainement changé d’entraîneurs. Le Bosniaque Vahid Halilhodzic vient ainsi d’être limogé par la fédération ivoirienne. Il n’avait pourtant perdu qu’une seule rencontre en vingt-trois matchs, en quart de finale de la dernière CAN, contre l’Algérie. Idem au Nigeria, où Shaibu Amodu, l’un des (trop) rares entraîneurs africains en poste, a été remplacé par le Suédois Lars Lagerbäck. Motif de son éviction ? Son équipe a perdu, excusez du peu, en demi-finale de la CAN contre le Ghana (1-0) ! Quand le football africain arrêtera de marcher sur la tête, il pourra rêver des victoires les plus folles.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial précédent :
Togoleries

Réagir à cet article

Continental

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Inspirés par les réunions charitables d'artistes anglo-saxons dans les années 80, les chanteurs africains s’égosillent de plus en plus en groupes. Autour de causes[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces