Extension Factory Builder

Football et politique



08/03/2010 à 14:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il ne reste qu’une petite centaine de jours avant cette Coupe du monde sud-africaine attendue par tout un continent. Oui, l’Afrique est fière d’organiser, pour la première fois de son histoire, la compétition la plus populaire et la plus médiatique de la planète. Se montrera-t-elle à la hauteur ? L’Afrique du Sud n’est pas l’Angola et la Fifa n’est pas la CAF. Il n’y a donc aucune raison de projeter sur le pays de Nelson Mandela les inquiétudes (en matière d’organisation, de sécurité et d’accueil) suscitées par la dernière CAN.

Jusqu’à présent, les dirigeants sud-africains ont tenu leurs engagements : leur pays est prêt, autant qu’on peut l’être, à accueillir, un mois durant, les trente-deux équipes et leurs supporteurs, mais aussi des milliers de journalistes et de dirigeants. « Pourquoi toujours exprimer des doutes sur la capacité de l’Afrique du Sud à organiser ce Mondial ? » s’est agacé, début mars, Joseph Blatter, le président de la Fifa.

Accueillir la Coupe du monde, c’est bien, y faire bonne figure, c’est mieux. Sur le plan sportif, que peut espérer l’Afrique ? Aucune certitude, si ce n’est que ses joueurs comptent parmi les meilleurs du monde, qu’ils jouent dans les clubs les plus prestigieux et devraient, en toute logique, faire trembler leurs adversaires. C’est un lieu commun du football, mais il ne suffit pas de compter Drogba, Eto’o, Essien ou Ziani dans ses rangs pour briller. Organisation, préparation, travail tactique, relations humaines… La litanie des lacunes africaines est, hélas ! toujours d’actualité. Et nos dirigeants ne font vraiment rien pour y remédier.

Les rapports incestueux entre football et politique expliquent en grande partie ce mal jusqu’ici incurable. Raison, sérieux, sérénité, long terme… Autant de notions bannies du lexique usuel du sport roi. Experts en calculs politiciens, ministères des Sports et responsables fédéraux se préoccupent avant tout des conséquences pour eux-mêmes et leurs suprêmes employeurs d’une éventuelle défaite. L’essentiel est de sauver son poste et de préserver ses privilèges. Il suffit de consulter les CV de la plupart d’entre eux pour s’apercevoir que leur expérience en matière de football se limite le plus souvent aux matchs regardés à la télé, une bière ou un soda à la main.

Dernier exemple en date de cet art de la navigation à vue, deux cadors subsahariens ont soudainement changé d’entraîneurs. Le Bosniaque Vahid Halilhodzic vient ainsi d’être limogé par la fédération ivoirienne. Il n’avait pourtant perdu qu’une seule rencontre en vingt-trois matchs, en quart de finale de la dernière CAN, contre l’Algérie. Idem au Nigeria, où Shaibu Amodu, l’un des (trop) rares entraîneurs africains en poste, a été remplacé par le Suédois Lars Lagerbäck. Motif de son éviction ? Son équipe a perdu, excusez du peu, en demi-finale de la CAN contre le Ghana (1-0) ! Quand le football africain arrêtera de marcher sur la tête, il pourra rêver des victoires les plus folles.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial précédent :
Togoleries

Réagir à cet article

Continental

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : 'Boko Haram nous concerne tous'

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant qu’[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

CAN 2015 : en Guinée Équatoriale, des couacs mais pas le chaos redouté

La catastrophe redoutée a, pour l'instant, été évitée en Guinée Équatoriale, qui n'a eu que 50 jours pour se préparer à l'organisation de la CAN-2015 après la[...]

Ebola : la situation reste "extrêmement préoccupante"

Malgré une nette baisse du nombre de personnes affectées par le virus Ebola, la situation reste "extrêmement préoccupante" en Afrique de l'ouest, a prévenu vendredi l'Organisation[...]

Diaporama : les plus grandes (et belles) églises d'Afrique

Le christianisme est la religion dominante en Afrique avec une part de fidèles estimée à plus de 60% en 2014. Jeune Afrique revisite pour vous la richesse architecturale de lieux de culte chrétiens sur[...]

Escrocs et charlatans

Chaque année, rituellement, je consacre mon premier "PS" aux voyantes, aux soi-disant extralucides, aux horoscopes, à tous ces escrocs et charlatans qui prétendent pouvoir prévoir[...]

Quatre-vingts ans de négritude

Au mois de mai prochain, le mouvement de la négritude aura 80 ans. Le mot est en effet apparu en 1935 sous la plume d'Aimé Césaire dans " L'Étudiant noir", journal mensuel de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces