Extension Factory Builder

Claudia Tagbo fait sa comédie

21/01/2010 à 09:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Claudia Tagbo fait sa comédie Claudia Tagbo fait sa comédie © Bruno Coutier/Nouvelobs/Sipa

Révélée par Jamel Debbouze, connue du grand public pour son rôle dans RIS police scientifique, une série de TF1, l’Ivoirienne monte sur scène avec Claudia Comedy Gospel. Un premier one-woman show énergique et désopilant.

« J’assume complètement ma taille 36. Un 36 congolais ! » jure-t-elle sur les planches du Théâtre du temple (Paris) en exhibant fièrement ses formes généreuses. Elle, c’est Claudia Tagbo, l’humoriste mise en lumière par Jamel Debbouze et qui se lance seule sur scène avec son premier one-woman show, Claudia Comedy Gospel. « C’est un spectacle vivant, sans artifices », confie-t-elle en se réchauffant autour d’un thé à la menthe.

Mise en scène par Fabrice Eboué, son acolyte du Jamel Comedy Club, elle décrypte avec un humour décapant les relations de couple et n’hésite pas à livrer des anecdotes sur les Noirs. Elle explique pourquoi les shampoings lissants ne tiennent pas leurs promesses sur ses cheveux afros, elle donne des conseils aux « filles de 2010 » pour prendre le pouvoir sur les hommes, ces « doudous » indélicats, pour oublier la taille mannequin et assumer ses rondeurs. Elle titille une France métissée, mais encore conservatrice, et passe au crible toutes les communautés. Et ça fait mouche. Le public, largement mis à contribution, est conquis. Et rit avec elle de ses propres petits travers. 

« La valse des gros derrières »

Pendant une heure, elle chante, danse, mime, fait des claquettes, en déployant une incroyable énergie. Comment fait-elle pour tenir le rythme ? « J’observe la vie de tous les jours et m’inspire des histoires de mes copines. À l’image de celle qui, sous la pluie et le manteau sur la tête, préférait avoir froid plutôt que de voir son brushing retomber ! » lance-t-elle dans un grand éclat de rire.

D’Abidjan, où elle est née, au Théâtre du temple, où elle se produit actuellement, il n’y a qu’un pas, pour celle qui, arrivée dans le sud de la France à l’âge de 13 ans, a grandi entourée de toute sa famille à Alès (Gard), avant de faire ses valises pour la banlieue parisienne. Elle fréquente alors les bancs de l’université Paris VIII (Saint-Denis), où elle obtient sa licence d’arts du spectacle. L’une de ses professeurs, Claude Buchvald, lui propose de monter sur scène avec Appel à poète, de Paul Éluard, et L’Opérette imaginaire, de Valère Novarina. « Mon succès ? C’est 80 % de travail et 20 % de chance », reconnaît aujourd’hui celle qui a débuté à la télévision dans Fatou la Malienne, de Daniel Vigne.

Tout s’est enchaîné très vite, reconnaît-elle, même si elle avoue avoir rencontré des difficultés. « Quand on est une femme, ce n’est pas toujours facile de réussir à s’imposer ! » Elle décroche ses premiers rôles principaux d’abord dans La Dictée, un court-métrage de la Franco-Congolaise Meiji U Tum’si, puis en 2003 dans La Valse des gros derrières du réalisateur béninois Jean Odoutan, et en 2005 dans Congorama, de Philippe Falardeau, aux côtés de Jean-Pierre Cassel. Mais c’est en tant qu’humoriste qu’elle se révèle. Elle est d’abord programmée en première partie de Tomer Sisley avant de rejoindre la troupe de stand-up du Jamel Comedy Club avec laquelle elle acquiert une certaine notoriété. « Le nom de mon spectacle, Claudia Comedy Gospel, y fait d’ailleurs référence. » 

Lieutenant homosexuel

Sur le petit écran aussi, elle assure, Claudia. Elle incarne Martine Forest, le lieutenant homosexuel de RIS police scientifique, le feuilleton phare de TF1, inspiré de la célèbre série américaine Les Experts. La fiction, rendez-vous hebdomadaire pour des millions de Français, en est déjà à sa cinquième saison. Et elle l’a fait connaître au grand public. « L’homosexualité est taboue en Afrique, c’est aussi pour cela que j’ai accepté le rôle », explique-t-elle. Un engagement que l’on retrouve dans sa participation à Toi-même tu sais, une mini-série de prévention consacrée à la santé des Africains vivant en France. « Le travail de sensibilisation est extrêmement important. Le programme est maintenant diffusé sur TV5 Monde, ce qui lui permet d’avoir une large visibilité. J’essaie ainsi d’apporter ma pierre à l’édifice. »

Sa performance lui vaut d’être surnommée « l’Ivoirienne de TF1 » par la presse du continent. Ce à quoi elle répond, amusée, qu’elle n’a à son grand regret jamais tourné en Afrique. « Ma grand-mère, touchée par ma prestation dans Toi-même tu sais, m’a spécialement appelée de Côte d’Ivoire pour me féliciter. De tous mes rôles, c’est celui qui m’a le plus marquée. » Elle avoue garder un lien fort avec son pays natal, même si aujourd’hui sa famille est dispersée entre Abidjan, Paris, Londres, les États-Unis, le Danemark et le Canada. « Le côté africain est ancré en moi, même si je me sens avant tout citoyenne du monde. J’ai toujours avancé sans me préoccuper de la couleur de ma peau. J’ai rencontré davantage de problèmes avec mes rondeurs ! »

 Soutien à Ni putes ni soumises

Engagée, elle soutient également l’association Ni putes ni soumises et a dispensé des conseils sur le couple à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre. Pétillante, Claudia Tagbo revendique une féminité assumée jusqu’au bout des ongles, sans féminisme outrancier. « Il y a clairement une domination masculine dans notre société. C’est plus facile si l’on est un homme. Mais ce sont nous, les femmes, qui les choisissons et non l’inverse ! »

La suite ? Son spectacle affiche complet encore pour quelques semaines. Celle qui fait ce métier pour « partager avant tout » et considère la scène « comme un cadeau » se demande chaque matin à qui elle va bien pouvoir souhaiter l’anniversaire. Oui, elle est comme ça, Claudia Tagbo, tout simplement généreuse. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de dév[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex