Extension Factory Builder

Busera Awel : un pilote chevronné à la tête d'Asky

27/01/2010 à 11:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Busera Awel : un pilote chevronné à la tête d'Asky Busera Awel : un pilote chevronné à la tête d'Asky © TNOEL/APA

Ancien directeur commercial d’Ethiopian Airlines, il dirige la nouvelle compagnie aérienne ouest-africaine, qui vient d’effectuer son premier vol.

Effervescence à l’état-major d’Asky Airlines, situé dans l’immeuble du Fonds de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), à Lomé, la capitale du Togo, en ce début de semaine du 11 janvier. Le premier vol commercial, plusieurs fois annoncé mais toujours reporté, de la nouvelle compagnie aérienne dont le projet de création a germé en 2005, a enfin eu lieu le vendredi 15. Il avait été précédé d’un autre, inaugural, le mercredi 13. Ces deux événements donnent définitivement naissance au transporteur sous-régional.

Au huitième étage de cette bâtisse du 128, boulevard du 13-Janvier, à Lomé, Busera Awel, le directeur général de la nouvelle compagnie, enchaîne dans son bureau réunion sur réunion. Objectif : mettre en place les derniers réglages avant le décollage. Au téléphone, l’homme à la moustache poivre et sel toujours bien taillée se veut serein et demande de le rappeler entre « deux petites séances ». Il y a quelques mois encore, cet Éthiopien sillonnait les pays d’Afrique mais aussi des autres continents pour recevoir des distinctions décernées à Ethiopian Airlines ou pour inaugurer de nouvelles destinations de cette compagnie devenue aujourd’hui l’une des plus rentables du continent.

25 ans au sein d’Ethiopian Airlines

Busera Awel est incontestablement l’un des artisans de cette success story. Il a passé au sein d’Ethiopian Airlines environ un quart de siècle. Avant le poste de directeur commercial qu’il a quitté pour prendre les rênes d’Asky Airlines, il y a occupé plusieurs fonctions à responsabilités. Il a notamment été directeur des opérations marketing et ventes à l’international et directeur pour les régions du Golfe et d’Europe centrale. Sa nomination en août dernier à la tête d’Asky Airlines est le fruit d’un accord de gestion conclu en janvier 2009 entre la nouvelle compagnie et Ethiopian Airlines. Ce compromis donne au transporteur éthiopien le droit de superviser pendant cinq ans la gestion d’Asky Airlines en détachant au sein de l’équipe managériale des administrateurs expérimentés. 

C’est donc en bon connaisseur du secteur et de ses enjeux que Busera Awel a endossé son nouveau costume avec pour mission d’aider la jeune compagnie à marcher dans les pas d’Ethiopian Airlines, son partenaire stratégique et actionnaire à hauteur de 25 % du capital (120 millions de dollars). Une mission délicate, d’autant plus que la conjoncture est loin d’être favorable pour les transporteurs africains. Selon l’Association internationale du transport aérien (Iata), ceux-ci devraient, faute de compétitivité, afficher des pertes pouvant atteindre 100 millions de dollars au cours de cette nouvelle année.

Rentable dans deux ans

Mais fin novembre à Maputo (Mozambique), lors de l’assemblée générale de l’Association des compagnies aériennes africaines (Afraa), Busera Awel expliquait à Jeune Afrique qu’« aucune période n’est facile pour démarrer une activité ». Son leitmotiv pour réussir en ces temps de crise : « Maîtriser les coûts d’exploitation. » Et cela, selon ses propres propos, devrait passer par une plus grande coopération avec les autres compagnies qui opèrent déjà dans la sous-région (Air Burkina, Air Mali, Air Ivoire), pour réaliser des économies d’échelle et éviter la concurrence frontale sur des destinations.

L’ancien directeur commercial d’Ethiopian Airlines affirme même que la compagnie « sera rentable dans deux ans ». Il indique qu’il y parviendra en construisant dans un premier temps un réseau solide en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Asky prévoit en effet une trentaine de vols hebdomadaires au départ de Lomé vers quinze destinations en Afrique, dès la première année d’exploitation. La compagnie pourrait ensuite se lancer vers des destinations internationales en Europe, aux États-Unis et en Asie. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique de l'Ouest

Nigeria : la Banque centrale dévalue le naira

Nigeria : la Banque centrale dévalue le naira

La Banque centrale du Nigeria a modifié la parité du naira avec le dollar américain. Cette dévaluation intervient alors que le pays subit de plein fouet l'impact de la baisse des cours du pétr[...]

Le Ghana va accueillir le plus grand "mall" d'Afrique de l'Ouest

Le Ghana, nouvel eldorado pour les marques internationales ? Ce pays, où le pouvoir d'achat des ménages ne cesse de croître, s'apprête à accueillir le plus grand mall d'Afrique de l'Ouest.[...]

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une partie de ces ressources pourrait servir à apurer la solde des militaires[...]

Le FMI demande et obtient l'arrêt des subventions pour Air Côte d'Ivoire

L'État ivoirien a répondu favorablement à une pression amicale du Fonds monétaire international, qui demandait avec insistance l'arrêt des appuis financiers au transporteur national Air Côte[...]

Air Côte d'Ivoire démarre ses vols domestiques, avec un coup de pouce de l'État

 Air Côte d'Ivoire a lancé son programme de dessertes des villes de l'intérieur du pays. Un démarrage facilité par l'investissement de 7 milliards de F CFA réalisé par[...]

En Côte d'Ivoire, la SIR pare au plus pressé

Manquant de fonds propres, la Société ivoirienne de raffinage retarde son plan d'extension. Elle espère lever 200 millions de dollars auprès des banques.[...]

Nigeria : les demi-aveux de Shell sur la pollution pétrolière de 2008

 Shell reconnaît que la pollution causée par deux fuites de pétrole en 2008 au Nigeria a été plus importante qu'indiqué jusqu'à présent. L'enquête initiale avait[...]

Pour la Banque mondiale, le niveau de pauvreté en Côte d'Ivoire reste "inquiétant"

 Malgré la forte croissance que connaît le pays, le niveau de pauvreté en Côte d'Ivoire reste inquiétant, souligne la Banque mondiale. Selon l'institution internationale, la mise en place d'un[...]

Nouvelle découverte de pétrole au large du Sénégal

Cairn Energy a annoncé une deuxième découverte de pétrole au large des côtes du Sénégal. Les réserves récupérables de ce puits sont estimées à 150[...]

Bloomfield va noter six filiales de Bank of Africa

L'agence de notation Bloomfield Investment a été désignée par le groupe Bank of Africa pour noter six de ses filiales au Sénégal, en côte d'Ivoire, au Bénin, au Mali, au Niger[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers