Extension Factory Builder

Khaled Bichara : "Nous ne craignons pas les combats"

20/01/2010 à 14:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Khaled Bichara Khaled Bichara © REA

Fraîchement nommé à la tête d’Orascom Telecom, le jeune PDG prend ses fonctions à un moment où les activités de l’opérateur sont malmenées en Algérie et en Égypte.

Propulsé à 38 ans à la tête d’Orascom Telecom Holding (OTH), dans un pays où il est rare d’occuper de telles fonctions aussi jeune, Khaled Bichara incarne la relève. Il a en effet été nommé comme PDG à la mi-novembre 2009 par Naguib Sawiris, lui-même président exécutif. Nouveau bras droit du fils du fondateur de l’empire Orascom, le jeune dirigeant fête de belle manière le dixième anniversaire de son entrée dans le groupe. Cofondatrice de Linkdotnet, le fournisseur d’accès à Internet (FAI) devenu le plus important FAI privé du Moyen-Orient, son entreprise a été rachetée par le géant égyptien en 1999. À 23 ans, Khaled Bichara, formé sur les bancs de l’université américaine du Caire, avait déjà une première société dans le développement de logiciels, Labs Micro.

Pourquoi une telle promotion, réalisée à la faveur de la restructuration d’OTH qu’a menée Sawiris fin 2009 ? Khaled Bichara est chargé d’affûter la stratégie de développement et de croissance du groupe – sous la coupe rapprochée du grand patron, bien sûr. En tant que président exécutif du groupe, Naguib Sawiris se concentrera sur les acquisitions et éventuelles fusions stratégiques. Et ce dernier de saluer les prouesses de son poulain, qui compte à son actif le redressement spectaculaire de Wind Telecomunicazioni, opérateur italien de télécommunications (téléphonie fixe, sans fil, Internet), dont Weather Investments, la maison mère d’OTH, détient la majorité depuis 2005. En trois ans, Bichara a dopé son chiffre d’affaires de plus de 30 %.

À peine nommé dans ses nouvelles fonctions, le jeune PDG a fort à faire avec deux dossiers épineux sur son bureau. D’abord, le raidissement du litige qui oppose depuis 2007 OTH à Orange-France Télécom au sujet du contrôle de Mobinil, avec respectivement 28,75 % et 71,25 % du capital du leader du mobile en Égypte. Le 4 janvier, Orascom a fait appel de l’autorisation accordée à Orange par l’autorité de marché égyptienne pour le rachat de ses parts. Dommage collatéral, OTH a suspendu, le 28 décembre 2009, les tractations entamées sur la vente de Linkdotnet à… Mobinil.

Autre litige, cette fois en Algérie, où Orascom opère sous la marque Djezzy, qui pèse pour près de 40 % de son chiffre d’affaires. Fin décembre, le groupe a annoncé faire appel du redressement fiscal de 596,6 millions de dollars qui lui a été infligé mi-novembre par le fisc algérien, et pour lequel il a déjà versé 120 millions. Tant que l’affaire n’est pas réglée, Orascom se voit bloquer le transfert de ses dividendes, empêtré dans une situation délicate, le tout sur fond de rivalités et de violences liées… aux qualifications à la Coupe du monde de football. Du coup, le groupe s’est vu contraint de procéder à une augmentation de capital – 800 millions de dollars – pour consolider sa trésorerie.

Khaled Bichara se dit confiant : « Nous ne craignons pas les combats. » « Nous » ? Sur ces deux dossiers chauds, il n’est pas sûr que Naguib Sawiris lui laisse la main d’entrée. Khaled Bichara ne sera-t-il qu’un « technicien », comme le murmurent ses détracteurs ? En tout cas, il devra batailler pour exister auprès du « grand patron ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Bibi Junior, l'autre Bourguiba

Portrait précédent :
Claudia Tagbo fait sa comédie

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : pour les Frères musulmans, c'est le moment de compter ses amis

Égypte : pour les Frères musulmans, c'est le moment de compter ses amis

Condamné à mort avec 106 coaccusés, l'ex-président Morsi verra-t-il sa peine commuée ? En attendant, dans le monde arabe, les partis islamistes proches des Frères musulmans sont pl[...]

Conflit en Libye : des chefs de tribus libyennes en réunion au Caire

Une centaine de chefs de tribus libyennes est réunie au Caire depuis lundi afin de trouver des solutions pour mettre un terme à la guerre en Libye. Cette réunion de quatre jours est organisée par[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de "guerre totale" contre les Frères musulmans

La condamnation à mort samedi de l’ancien président Mohamed Morsi, du prédicateur Youssef Al-Qaradawi et la pendaison de six détenus islamistes montrent la détermination du régime[...]

Égypte : deux juges, un procureur tués par balle dans le Sinaï

Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité, a[...]

L'Égypte pend six militants islamistes

Six militants islamistes reconnus coupables d’avoir mené des attaques pour le compte du groupe armé Ansar Beit al-Maqdess ont été pendus, ont annoncé dimanche des responsables de la police[...]

Égypte - Condamnation à mort de Morsi : Washington profondément préoccupé

Les États-Unis ont exprimé dimanche leur profonde préoccupation après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi et de plus de 100 autres Égyptiens, a[...]

Égypte : l'ex-président Mohamed Morsi condamné à mort

Poursuivi pour espionnage et des violences durant la révolte de 2011, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, a été condamné samedi à mort. Un[...]

Égypte : sept morts, dont trois civils, dans deux attaques dans le Sinaï

Quatre militaires et trois civils ont été tués mercredi dans deux attaques à la bombe dans le Sinaï.[...]

Égypte : démission du ministre de la Justice, pour qui un enfant d'éboueur "ne peut devenir juge"

Le ministre égyptien de la Justice, Mahfouz Saber, a démissionné lundi suite au tollé provoqué par ses déclarations lors d’une interview télévisée dimanche soir.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers