Extension Factory Builder

Confidences de... Kadoura Fares

19/01/2010 à 13:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kadoura Fares Kadoura Fares © AFP

Conseiller de Marwane Barghouti.

Ancien ministre d’Arafat, Kadoura Fares, 46 ans, est aussi l’une des figures de la jeune garde du Fatah. Cet homme de l’ombre, proche de Marwane Barghouti, nous livre sa vision de la situation intérieure palestinienne.

Jeune afrique : Le processus de paix israélo-palestinien semble au point mort. Comment expliquez-vous cette impasse ?

Kadoura Fares : Le processus entamé à Madrid en 1991 et qui avait abouti aux accords d’Oslo de 1993 s’est effondré. La paix demeure tout au plus un concept. La décision de Mahmoud Abbas de ne pas se représenter à l’élection présidentielle est révélatrice. Elle signifie qu’il n’y a pas de partenaire côté israélien, et qu’il n’est donc pas possible de revenir à la table des négociations.

Pour quelle raison ?

Israël fait tout pour torpiller le camp des Palestiniens modérés. Par leur politique, les Israéliens ont réussi à convaincre la majorité des Palestiniens que le processus de paix n’avait aucune valeur à leurs yeux. Cette situation ne peut durer indéfiniment. Même si nous restons sagement assis à notre place, nous sommes exposés aux attaques des colons et aux incursions de Tsahal. La frustration est grande, et la situation est devenue extrêmement sensible. Si un changement n’intervient pas très vite, l’embrasement sera inévitable.

Cette situation est-elle nouvelle ?

Oui, car jusqu’à la fin du gouvernement d’Ehoud Olmert, un espoir subsistait. Les responsables israéliens et palestiniens entretenaient une dynamique qui laissait penser qu’un accord pouvait intervenir à tout moment. Beaucoup ont cru que la conférence d’Annapolis, en novembre 2007, allait donner un nouveau souffle au processus de paix. L’élection de Benyamin Netanyahou a refroidi toutes les ardeurs. Avec son programme d’extension des colonies, sa mainmise sur Jérusalem-Est et son mépris affiché envers les dirigeants de l’Autorité palestinienne, comment peut-il nous inviter à négocier comme si de rien n’était ?

L’Autorité palestienne semble assez inerte, à l’instar du Fatah. Pourtant, les élections législatives palestiniennes se profilent…

Elles n’auront pas lieu sans accord préalable entre le Fatah et le Hamas. Nous devons donc concentrer tous nos efforts pour parvenir à une réconciliation rapide. Ensuite, le Fatah ira aux élections. Pour l’emporter, il devra présenter un candidat influent et respecté de tous. Marwane Barghouti est le seul capable de nous mener à la victoire. Les sondages le confirment. Mais il est toujours emprisonné et, pour l’heure, aucun accord n’a été conclu entre Israël et le Hamas pour sa libération.

La date de ces élections dépend donc du sort de Marwane Barghouti ?

Non, une date sera fixée lorsque le Hamas et le Fatah seront arrivés à s’entendre. Le problème, c’est que la confiance n’est toujours pas totalement rétablie. Pour l’instant, le Hamas refuse de signer le document égyptien qui propose d’unifier les forces de sécurité palestiniennes et de mettre sur pied un comité conjoint chargé de gouverner Gaza et la Cisjordanie. Les élections ne pourront se dérouler sereinement qu’à cette condition.

Selon vous, Marwane Barghouti est le mieux placé pour y contribuer ?

Sa grande force est d’être un homme du peuple. Il est apprécié pour son intégrité et son habileté à débloquer des situations complexes. Son programme prévoit d’intégrer toutes les factions palestiniennes. Nous souhaitons avant tout l’unité nationale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

État islamique : que font les États voisins de la Syrie et de l'Irak ?

État islamique : que font les États voisins de la Syrie et de l'Irak ?

De la Turquie à l'Iran, au Moyen-Orient, le degré d'engagement contre l'État islamique reste très variable. Explications.[...]

États-Unis : Obama contre le Califat

Pour annihiler les jihadistes de l'État islamique, en Irak comme en Syrie, le président américain, Barack Obama, doit s'appuyer sur une large coalition internationale. Pas évident, car les[...]

Naufrage en Méditerranée : premiers témoignages de rescapés

Les premiers témoignages - poignants - de rescapés du naufrage qui pourrait avoir fait 500 victimes en Méditerranée, le 10 septembre, commencent à être rendus publics. Les causes de la[...]

Naufrage en Méditerranée : des dizaines de migrants gazaouis parmi les victimes

Des dizaines de Gazaouis figurent parmi les victimes du naufrage d'une embarcation en Méditerranée, mercredi 10 septembre. Si le bilan d'environ 500 victimes était confirmé, il s'agirait de l'un des[...]

#BurnISISFlagChallenge : pourquoi la flamme s'est éteinte

Largement relayé dans les médias, le #BurnISISFlagChallenge - qui consiste, sur le principe du #IceBucketChallenge, à brûler un drapeau de l’État islamique (ISIS en anglais) en[...]

L'ONU annonce un accord tripartite pour la reconstruction de Gaza

Israël et Palestiniens se sont mis d'accord sur un mécanisme provisoire pour accélérer, sous la surveillance de l’ONU, la reconstruction de Gaza, tout en s'assurant que les matériaux de [...]

Jihadistes de tous les pays...

En trois ans, au moins 12 000 étrangers, originaires de 81 États, ont rejoint les rangs des islamistes radicaux. Radiographie de la nouvelle internationale des fous d'Allah.[...]

Méditerranée : selon l'OIM, un naufrage pourrait avoir causé la mort de 500 migrants

Jusqu'à 500 migrants sont portés disparus depuis le naufrage de leur embarcation de fortune, la semaine dernière, au large de l'île de Malte.[...]

François Hollande à Bagdad pour exprimer son soutien au gouvernement irakien

Le président français François Hollande est arrivé vendredi à Bagdad, accompagné du chef de la diplomatie Laurent Fabius et du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, pour[...]

Dix pays arabes rallient la coalition contre les jihadistes de l'État islamique

En visite jeudi à Jeddah, en Arabie saoudite, le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a réussi à convaincre dix pays arabes de s'engager dans l'offensive contre l'État islamique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex