Extension Factory Builder

Confidences de... Kadoura Fares

19/01/2010 à 13:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kadoura Fares Kadoura Fares © AFP

Conseiller de Marwane Barghouti.

Ancien ministre d’Arafat, Kadoura Fares, 46 ans, est aussi l’une des figures de la jeune garde du Fatah. Cet homme de l’ombre, proche de Marwane Barghouti, nous livre sa vision de la situation intérieure palestinienne.

Jeune afrique : Le processus de paix israélo-palestinien semble au point mort. Comment expliquez-vous cette impasse ?

Kadoura Fares : Le processus entamé à Madrid en 1991 et qui avait abouti aux accords d’Oslo de 1993 s’est effondré. La paix demeure tout au plus un concept. La décision de Mahmoud Abbas de ne pas se représenter à l’élection présidentielle est révélatrice. Elle signifie qu’il n’y a pas de partenaire côté israélien, et qu’il n’est donc pas possible de revenir à la table des négociations.

Pour quelle raison ?

Israël fait tout pour torpiller le camp des Palestiniens modérés. Par leur politique, les Israéliens ont réussi à convaincre la majorité des Palestiniens que le processus de paix n’avait aucune valeur à leurs yeux. Cette situation ne peut durer indéfiniment. Même si nous restons sagement assis à notre place, nous sommes exposés aux attaques des colons et aux incursions de Tsahal. La frustration est grande, et la situation est devenue extrêmement sensible. Si un changement n’intervient pas très vite, l’embrasement sera inévitable.

Cette situation est-elle nouvelle ?

Oui, car jusqu’à la fin du gouvernement d’Ehoud Olmert, un espoir subsistait. Les responsables israéliens et palestiniens entretenaient une dynamique qui laissait penser qu’un accord pouvait intervenir à tout moment. Beaucoup ont cru que la conférence d’Annapolis, en novembre 2007, allait donner un nouveau souffle au processus de paix. L’élection de Benyamin Netanyahou a refroidi toutes les ardeurs. Avec son programme d’extension des colonies, sa mainmise sur Jérusalem-Est et son mépris affiché envers les dirigeants de l’Autorité palestinienne, comment peut-il nous inviter à négocier comme si de rien n’était ?

L’Autorité palestienne semble assez inerte, à l’instar du Fatah. Pourtant, les élections législatives palestiniennes se profilent…

Elles n’auront pas lieu sans accord préalable entre le Fatah et le Hamas. Nous devons donc concentrer tous nos efforts pour parvenir à une réconciliation rapide. Ensuite, le Fatah ira aux élections. Pour l’emporter, il devra présenter un candidat influent et respecté de tous. Marwane Barghouti est le seul capable de nous mener à la victoire. Les sondages le confirment. Mais il est toujours emprisonné et, pour l’heure, aucun accord n’a été conclu entre Israël et le Hamas pour sa libération.

La date de ces élections dépend donc du sort de Marwane Barghouti ?

Non, une date sera fixée lorsque le Hamas et le Fatah seront arrivés à s’entendre. Le problème, c’est que la confiance n’est toujours pas totalement rétablie. Pour l’instant, le Hamas refuse de signer le document égyptien qui propose d’unifier les forces de sécurité palestiniennes et de mettre sur pied un comité conjoint chargé de gouverner Gaza et la Cisjordanie. Les élections ne pourront se dérouler sereinement qu’à cette condition.

Selon vous, Marwane Barghouti est le mieux placé pour y contribuer ?

Sa grande force est d’être un homme du peuple. Il est apprécié pour son intégrité et son habileté à débloquer des situations complexes. Son programme prévoit d’intégrer toutes les factions palestiniennes. Nous souhaitons avant tout l’unité nationale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Gouvernement israélien : Ayelet Shaked, la beauté vénéneuse

Gouvernement israélien : Ayelet Shaked, la beauté vénéneuse

Elle hait les Palestiniens, veut expulser les immigrés subsahariens... Bref, la ministre israélienne de la Justice est une peste.[...]

Arabie saoudite : nouvel attentat meurtrier de l'EI contre une mosquée chiite

Au moins quatre personnes sont mortes vendredi, jour de grande prière, dans un attentat près d'une moquée chiite de l'est du pays.[...]

Arabie saoudite : de sa prison, Raif Badawi publie un recueil de ses écrits

Raif Badawi a été condamné en mai 2014 à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour ses écrits jugés blasphématoires. Mais même derrière les barreaux, le blogueur[...]

Les nouveaux passeports palestiniens affichent la mention "État de Palestine"

Les nouveaux passeports palestiniens arboreront dès à présent la mention "État de Palestine". Plus symbolique qu’officielle, cette modification a tout de même suscité un[...]

L'EI a exécuté 217 personnes à Palmyre en neuf jours

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a déclaré qu'il avait des preuves de l'exécution de 67 civils, dont des enfants, et de 150 membres des forces syriennes par des djihadistes de l'EI.[...]

Syrie : l'État islamique s'empare de Palmyre

L'organisation État islamique (EI) s'est emparée entièrement jeudi de la ville antique de Palmyre, dans le désert syrien. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, le groupe extrémiste [...]

Israël : à droite toute !

Benyamin Netanyahou a annoncé sa nouvelle coalition le 6 mai, formée in extremis après deux mois de tractations. Les nationalistes religieux du Foyer juif décrochent plusieurs ministères[...]

Arts plastiques : à Art Dubaï 2015, l'Afrique était bien là

Très présents à Venise pour la biennale internationale d'Art contemporain, exposés récemment à New York pour une version pop-up de la foire d'art africain contemporain 1:54, les artistes[...]

Netanyahou revient sur l'interdiction des autobus israéliens aux travailleurs palestiniens

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a ordonné mercredi de suspendre une mesure tout juste entrée en vigueur. Celle-ci interdisait aux Palestiniens de Cisjordanie occupée allant travailler en Israël[...]

Terrorisme : si Daesh m'était conté

Quatre ouvrages reviennent sur l'État islamique avec un même constat : l'Occident fonce tête baissée dans le piège qui lui est tendu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers