Extension Factory Builder

Confidences de... Kadoura Fares

19/01/2010 à 13:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kadoura Fares Kadoura Fares © AFP

Conseiller de Marwane Barghouti.

Ancien ministre d’Arafat, Kadoura Fares, 46 ans, est aussi l’une des figures de la jeune garde du Fatah. Cet homme de l’ombre, proche de Marwane Barghouti, nous livre sa vision de la situation intérieure palestinienne.

Jeune afrique : Le processus de paix israélo-palestinien semble au point mort. Comment expliquez-vous cette impasse ?

Kadoura Fares : Le processus entamé à Madrid en 1991 et qui avait abouti aux accords d’Oslo de 1993 s’est effondré. La paix demeure tout au plus un concept. La décision de Mahmoud Abbas de ne pas se représenter à l’élection présidentielle est révélatrice. Elle signifie qu’il n’y a pas de partenaire côté israélien, et qu’il n’est donc pas possible de revenir à la table des négociations.

Pour quelle raison ?

Israël fait tout pour torpiller le camp des Palestiniens modérés. Par leur politique, les Israéliens ont réussi à convaincre la majorité des Palestiniens que le processus de paix n’avait aucune valeur à leurs yeux. Cette situation ne peut durer indéfiniment. Même si nous restons sagement assis à notre place, nous sommes exposés aux attaques des colons et aux incursions de Tsahal. La frustration est grande, et la situation est devenue extrêmement sensible. Si un changement n’intervient pas très vite, l’embrasement sera inévitable.

Cette situation est-elle nouvelle ?

Oui, car jusqu’à la fin du gouvernement d’Ehoud Olmert, un espoir subsistait. Les responsables israéliens et palestiniens entretenaient une dynamique qui laissait penser qu’un accord pouvait intervenir à tout moment. Beaucoup ont cru que la conférence d’Annapolis, en novembre 2007, allait donner un nouveau souffle au processus de paix. L’élection de Benyamin Netanyahou a refroidi toutes les ardeurs. Avec son programme d’extension des colonies, sa mainmise sur Jérusalem-Est et son mépris affiché envers les dirigeants de l’Autorité palestinienne, comment peut-il nous inviter à négocier comme si de rien n’était ?

L’Autorité palestienne semble assez inerte, à l’instar du Fatah. Pourtant, les élections législatives palestiniennes se profilent…

Elles n’auront pas lieu sans accord préalable entre le Fatah et le Hamas. Nous devons donc concentrer tous nos efforts pour parvenir à une réconciliation rapide. Ensuite, le Fatah ira aux élections. Pour l’emporter, il devra présenter un candidat influent et respecté de tous. Marwane Barghouti est le seul capable de nous mener à la victoire. Les sondages le confirment. Mais il est toujours emprisonné et, pour l’heure, aucun accord n’a été conclu entre Israël et le Hamas pour sa libération.

La date de ces élections dépend donc du sort de Marwane Barghouti ?

Non, une date sera fixée lorsque le Hamas et le Fatah seront arrivés à s’entendre. Le problème, c’est que la confiance n’est toujours pas totalement rétablie. Pour l’instant, le Hamas refuse de signer le document égyptien qui propose d’unifier les forces de sécurité palestiniennes et de mettre sur pied un comité conjoint chargé de gouverner Gaza et la Cisjordanie. Les élections ne pourront se dérouler sereinement qu’à cette condition.

Selon vous, Marwane Barghouti est le mieux placé pour y contribuer ?

Sa grande force est d’être un homme du peuple. Il est apprécié pour son intégrité et son habileté à débloquer des situations complexes. Son programme prévoit d’intégrer toutes les factions palestiniennes. Nous souhaitons avant tout l’unité nationale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Questions simples sur l'Orient compliqué

La pensée unique a toujours accompagné la bataille, comme un poisson parasite sur le dos d'une baleine. Dans le contexte actuel de guerre ouverte entre l'Occident et l'hydre jihadiste, les interrogations - [...]

Une histoire du jihad, l'épisode afghan et la théorie du "jihad total" (#2)

Dans une série d'articles consacrés à l'histoire du jihad, Laurent Touchard revient, pour son deuxième billet, sur l'épisode afghan et la naissance du concept de "jihad total".[...]

L'impossible "État palestinien"

C'est le Moyen-Orient qui sollicite, une fois de plus, notre attention cette semaine. Non pas parce qu'il est le théâtre de conflits armés d'un nouveau genre ou d'atroces guerres civiles. Ni à[...]

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l'organisation de l'État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle[...]

Forces irakiennes : l'armée des ombres

Désorganisées, mal formées, livrées à elles-mêmes, les forces de sécurité nationales irakiennes essuient déroute sur déroute face aux jihadistes de [...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

L'Occident et "les autres"

La croissance économique y est désormais plus faible que dans le reste du monde et il peine à sortir de la crise qui l'a frappé en 2008. Mais il continue de tenir le volant et de diriger la[...]

Kurdistan Irakien : Daesh, l'ennemi utile

Partenaire privilégié des Occidentaux dans leur guerre contre l'État islamique, le gouvernement autonome kurde n'en manoeuvre pas moins habilement pour tirer son épingle du jeu. Reportage.[...]

Finance : Dubaï est de retour !

Cinq ans après avoir frôlé la faillite, le petit émirat enchaîne les opérations boursières. Son ambition : devenir une passerelle vers l'Afrique et les pays émergents.[...]

Gaza : la communauté internationale paiera mais exige des négociations de paix

La communauté internationale a commencé à promettre dimanche au Caire des millions de dollars pour reconstruire Gaza mais, au diapason des États-Unis, elle exige des Israéliens et des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers