Extension Factory Builder

Adieu Montazeri, l'ayatollah rebelle

04/01/2010 à 15:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hossein Ali Montazeri (ici dans sa maison de Qom, en octobre 2003) est décédé le 19 décembre Hossein Ali Montazeri (ici dans sa maison de Qom, en octobre 2003) est décédé le 19 décembre © Raheb Homavandi/Reuters

Hossein Ali Montazeri est décédé à l'âge de 87 ans le 19 décembre à Qom, en Iran. De 1988 à sa mort, ce disciple de Khomeiny fut le contempteur le plus éclatant - et le plus gênant pour Téhéran - du régime qu'il avait lui-même aidé à mettre en place. Parcours d'un homme dont le courage n'a jamais faibli.

« Parlez de vos morts en bien ! » recommande le prophète de l’islam. Les dirigeants de la République islamique d’Iran n’en ont cure. Après le décès de Hossein Ali Montazeri, 87 ans, le 19 décembre, à Qom, ils ont continué à s’acharner sur lui. Le grand ayatollah est devenu un vulgaire « monsieur, mort de sénilité ».

Si le régime n’en a pas fini avec Montazeri, c’est que, jusqu’au bout, ce dernier lui aura donné du fil à retordre. Même sa disparition aura été l’occasion d’une démonstration de force de l’opposition réformiste. Des centaines de milliers d’Iraniens ont participé à ses funérailles dans la ville sainte de Qom, psalmodiant ce slogan que les haut-parleurs des miliciens basiji avaient du mal à étouffer : « Montazeri n’est pas mort, c’est le gouvernement qui est mort ! »

Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, a élevé Montazeri au rang de « père des droits de l’homme en Iran ». Ces ­dernières années, son courage ­faisait penser au Sakharov de la défunte URSS. Son destin évoque celui de ­Trotski. Lui aussi a été le ­doctrinaire d’une ­révolution avant de devenir le contestataire le plus radical du ­régime. 

Assigné à résidence

Natif de la province d’Ispahan, il fait des études de théologie à Qom. Élève puis disciple de Khomeiny, il est naturellement au premier rang, en 1963, lorsque l’ayatollah appelle à la lutte contre la « révolution ­blanche » (réformatrice) du chah. Après le départ en exil de Khomeiny, en 1964, Montazeri devient son « correspondant » à l’intérieur. Son action contre le régime lui vaut d’être incarcéré en 1974 et condamné à mort l’année suivante. Libéré, il rejoint Khomeiny à Neauphle-le-Château, en France, avant le retour triomphal de celui-ci à Téhéran, juste avant la chute du chah, en février 1979.

Il occupe alors une place majeure dans le nouveau régime. Théoricien du concept central de velayat e-faqih, qui affirme la primauté du religieux sur le politique, il cumule les fonctions : imam du vendredi, président de l’Assemblée des experts, avant d’être le dauphin putatif de Khomeiny. Leur rupture est consommée quand, en 1988, il dénonce le massacre en masse d’opposants. Il écrit à Khomeiny : « Les méthodes de vos services secrets ne valent pas mieux que celles du chah. » Un an plus tard, il récidive en désapprouvant la fatwa lancée contre Salman Rushdie, l’auteur des Versets sataniques. « Nous apparaissons aux yeux du monde comme des assassins », déplore-t-il.

Les représailles ne ­tardent pas. En mars 1989, il est démis de ses fonctions. Ses écrits sont frappés d’interdiction. En 1997, il est assigné à résidence. La mesure ne sera levée qu’en 2003 par le président Mohamed Khatami, sous la pression d’une centaine de dignitaires religieux. 

La conscience de l'Iran

Au fil des ans, son courage et la persécution dont il est l’objet font de Montazeri la conscience de l’Iran. Il est écouté lorsqu’il conteste les dérives autoritaires de la velayat e-faqih et préconise une révision de la Constitution pour limiter les prérogatives du Guide suprême.

Après les élections tronquées du 12 juin dernier, il déclare que la République s’est totalement pervertie : « elle n’est ni république ni islamique ». Au train où vont les choses, prévient-il, la « chute du régime » n’est pas exclue. Il critique l’attitude « provocatrice » du président Ahmadinejad à l’égard de l’Occident et plaide pour le « dialogue » sur la question du nucléaire.

Sur son lit de mort, Hossein Ali Montazeri confiait que la prise ­d’otages à l’ambassade américaine, dans la foulée de la révolution de 1979, avait été « une erreur qui nous a aliéné jusqu’à aujourd’hui le peuple américain ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

L'avant-projet de Constitution algérienne prévoit un retour à une limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Entre autres choses.[...]

Yémen : des dizaines de civils tués dans des frappes de la coalition arabe

Une frappe aérienne de la campagne militaire arabe au Yémen a touché, lundi, un camp de déplacés situé dans le nord-ouest du pays. Des dizaines de civils ont été[...]

Yémen : le jihad des Saoud

D'un côté, une rébellion houthiste, soutenue par l'Iran. De l'autre, Tempête décisive, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. Au milieu de ce champ de bataille entre[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste[...]

Karim Bitar : "Au Yémen, un nouvel épisode de la confrontation irano-saoudienne"

Spécialiste du Moyen-Orient à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), Karim Bitar analyse le conflit au Yémen et l'intervention directe de l'armée saoudienne contre[...]

Algérie : haro sur le divorce !

À l'occasion de la Journée de la femme, Abdelaziz Bouteflika a appelé son gouvernement à réviser le code de la famille. Notamment certaines dispositions particulièrement[...]

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.[...]

"Notre pays est plus fort que vous !" : quand le peuple tunisien dit "non au terrorisme"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Tunis "contre le terrorisme", après l'attentat qui a touché le musée du Bardo, le 18 mars. Parmi elles, des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces