Extension Factory Builder

Adieu Montazeri, l'ayatollah rebelle

04/01/2010 à 15:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hossein Ali Montazeri (ici dans sa maison de Qom, en octobre 2003) est décédé le 19 décembre Hossein Ali Montazeri (ici dans sa maison de Qom, en octobre 2003) est décédé le 19 décembre © Raheb Homavandi/Reuters

Hossein Ali Montazeri est décédé à l'âge de 87 ans le 19 décembre à Qom, en Iran. De 1988 à sa mort, ce disciple de Khomeiny fut le contempteur le plus éclatant - et le plus gênant pour Téhéran - du régime qu'il avait lui-même aidé à mettre en place. Parcours d'un homme dont le courage n'a jamais faibli.

« Parlez de vos morts en bien ! » recommande le prophète de l’islam. Les dirigeants de la République islamique d’Iran n’en ont cure. Après le décès de Hossein Ali Montazeri, 87 ans, le 19 décembre, à Qom, ils ont continué à s’acharner sur lui. Le grand ayatollah est devenu un vulgaire « monsieur, mort de sénilité ».

Si le régime n’en a pas fini avec Montazeri, c’est que, jusqu’au bout, ce dernier lui aura donné du fil à retordre. Même sa disparition aura été l’occasion d’une démonstration de force de l’opposition réformiste. Des centaines de milliers d’Iraniens ont participé à ses funérailles dans la ville sainte de Qom, psalmodiant ce slogan que les haut-parleurs des miliciens basiji avaient du mal à étouffer : « Montazeri n’est pas mort, c’est le gouvernement qui est mort ! »

Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, a élevé Montazeri au rang de « père des droits de l’homme en Iran ». Ces ­dernières années, son courage ­faisait penser au Sakharov de la défunte URSS. Son destin évoque celui de ­Trotski. Lui aussi a été le ­doctrinaire d’une ­révolution avant de devenir le contestataire le plus radical du ­régime. 

Assigné à résidence

Natif de la province d’Ispahan, il fait des études de théologie à Qom. Élève puis disciple de Khomeiny, il est naturellement au premier rang, en 1963, lorsque l’ayatollah appelle à la lutte contre la « révolution ­blanche » (réformatrice) du chah. Après le départ en exil de Khomeiny, en 1964, Montazeri devient son « correspondant » à l’intérieur. Son action contre le régime lui vaut d’être incarcéré en 1974 et condamné à mort l’année suivante. Libéré, il rejoint Khomeiny à Neauphle-le-Château, en France, avant le retour triomphal de celui-ci à Téhéran, juste avant la chute du chah, en février 1979.

Il occupe alors une place majeure dans le nouveau régime. Théoricien du concept central de velayat e-faqih, qui affirme la primauté du religieux sur le politique, il cumule les fonctions : imam du vendredi, président de l’Assemblée des experts, avant d’être le dauphin putatif de Khomeiny. Leur rupture est consommée quand, en 1988, il dénonce le massacre en masse d’opposants. Il écrit à Khomeiny : « Les méthodes de vos services secrets ne valent pas mieux que celles du chah. » Un an plus tard, il récidive en désapprouvant la fatwa lancée contre Salman Rushdie, l’auteur des Versets sataniques. « Nous apparaissons aux yeux du monde comme des assassins », déplore-t-il.

Les représailles ne ­tardent pas. En mars 1989, il est démis de ses fonctions. Ses écrits sont frappés d’interdiction. En 1997, il est assigné à résidence. La mesure ne sera levée qu’en 2003 par le président Mohamed Khatami, sous la pression d’une centaine de dignitaires religieux. 

La conscience de l'Iran

Au fil des ans, son courage et la persécution dont il est l’objet font de Montazeri la conscience de l’Iran. Il est écouté lorsqu’il conteste les dérives autoritaires de la velayat e-faqih et préconise une révision de la Constitution pour limiter les prérogatives du Guide suprême.

Après les élections tronquées du 12 juin dernier, il déclare que la République s’est totalement pervertie : « elle n’est ni république ni islamique ». Au train où vont les choses, prévient-il, la « chute du régime » n’est pas exclue. Il critique l’attitude « provocatrice » du président Ahmadinejad à l’égard de l’Occident et plaide pour le « dialogue » sur la question du nucléaire.

Sur son lit de mort, Hossein Ali Montazeri confiait que la prise ­d’otages à l’ambassade américaine, dans la foulée de la révolution de 1979, avait été « une erreur qui nous a aliéné jusqu’à aujourd’hui le peuple américain ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Libye - Ali Zeidan : 'Je n'ai pas dit mon dernier mot'

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Ould Mansour : "Une candidature unique de l'opposition peut redonner espoir aux Mauritaniens"

Jemil Ould Mansour, le président du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD, islamiste), plus connu sous le nom de Tawassoul, explique la position de l'opposition mauritanienne[...]

Algérie bashing

En Occident, et en France en particulier, où la rengaine "quand on voit ce qu’on leur a laissé et ce qu’ils en ont fait" a la vie dure, l’Algérie génère, par[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Égypte: le maréchal Sissi sera opposé à Hamdeen Sabbahi lors de la présidentielle

L'élection présidentielle égyptienne n'opposera finalement que deux candidats, les 26 et 27 mai prochains. Abdel Fattah al-Sissi, actuel chef de l’État, est donné gagnant face à[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Mauritanie : l'élection présidentielle se tiendra le 21 juin

L’élection présidentielle se déroulera le 21 juin, selon l'agence de presse officielle mauritanienne AMI, qui reprend un communiqué de la présidence diffusé dimanche 20 avril.[...]

Algérie : en attendant que Bouteflika prête serment, Benflis crée son parti

Les seuls klaxons que l’on entendait à Alger, samedi 19 avril, étaient ceux des cortèges nuptiaux qui sillonnaient les artères de la capitale. Jeudi soir, avant même la proclamation[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces