Extension Factory Builder

Saad Eddine Benabdallah

28/12/2009 à 12:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Saad Eddine Benabdallah Saad Eddine Benabdallah © APA

Directeur général de Maroc Export

Jeune Afrique : Quel bilan faites-vous de l’année 2009 pour l’export marocain ?

Saad Eddine Benabdallah : L’année 2009 a été particulière à cause de la crise. Les exportations ont reculé partout dans le monde. Dans ce contexte, nous avons voulu renforcer les liens avec nos pays stratégiques : l’Union européenne, les États-Unis, le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest, avec lesquels nous avons une proximité géographique. Nous avons aussi structuré notre démarche d’exportation. Nous avons ainsi aidé les entreprises marocaines à faire du marketing. Certains groupements, à l’instar de Maroc Fruit Board ou de Fresh Food dans l’agroalimentaire, se sont organisés pour coller à la demande des pays les plus exigeants en termes de qualité, en particulier les États-Unis où nous avons effectué pas moins de douze missions cette année. Nous avons aussi favorisé les synergies entre les entreprises marocaines : les plus implantées à l’étranger tirent celles qui exportent pour la première fois. Enfin, en dehors de nos zones de prédilection, nous avons effectué une mission au Japon, qui a donné de bons résultats. 

Quelle est la place de l’Afrique subsaharienne dans ces expor­tations ?

Elle compte pour 5,3 % des exportations marocaines, mais nous y voyons un potentiel majeur. Dans la lignée des visites de Sa Majesté le roi Mohamed VI en Afrique, nous voulons renforcer les partenariats, industrialiser ou offrir ensemble des prestations de service. Il y a de nombreuses possibilités de coopération. Nous avons une proximité culturelle avec les pays francophones d’Afrique de l’Ouest. Nous pouvons nous appuyer sur un réseau bancaire déjà bien étoffé avec Attijariwafa et BMCE, qui facilitent les transactions avec le Maroc. Le réseau aérien de la RAM permet aussi le déplacement de nos hommes d’affaires en Afrique de l’Ouest. 

Quelles sont les entreprises marocaines qui peuvent percer en Afrique subsaharienne ?

Nous avons déterminé cinq secteurs clés : la pharmacie, l’agroalimentaire, le BTP, les technologies de l’information et les services. L’Afrique, confrontée à un nombre important de faux médicaments, offre un marché intéressant pour les génériques. C’est un secteur où nous pouvons apporter des transferts de technologie, à l’instar de l’usine pharmaceutique Sothema à Dakar. Dans l’agroalimentaire, nous pouvons aider les exportateurs de fruits africains à industrialiser leur processus. Dans le BTP, il y a des appels d’offres sur tout le continent et nous pouvons y répondre conjointement avec des ­groupes ouest-africains mais aussi occidentaux, comme Bouygues. Nous ciblons particulièrement le secteur électrique : le Maroc a une expérience réussie d’électrification rurale qu’il peut mettre à profit. Dans les TIC, des joint-ventures sont envisageables. Enfin, dans les services, on peut imaginer des centres d’appels opérés conjointement ou bien une coopération dans le domaine ferroviaire et aéroportuaire. L’Office national des aéroports (Onda) forme déjà avec succès les personnels des aéroports du Sénégal.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers