Extension Factory Builder

Saad Eddine Benabdallah

28/12/2009 à 12:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Saad Eddine Benabdallah Saad Eddine Benabdallah © APA

Directeur général de Maroc Export

Jeune Afrique : Quel bilan faites-vous de l’année 2009 pour l’export marocain ?

Saad Eddine Benabdallah : L’année 2009 a été particulière à cause de la crise. Les exportations ont reculé partout dans le monde. Dans ce contexte, nous avons voulu renforcer les liens avec nos pays stratégiques : l’Union européenne, les États-Unis, le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest, avec lesquels nous avons une proximité géographique. Nous avons aussi structuré notre démarche d’exportation. Nous avons ainsi aidé les entreprises marocaines à faire du marketing. Certains groupements, à l’instar de Maroc Fruit Board ou de Fresh Food dans l’agroalimentaire, se sont organisés pour coller à la demande des pays les plus exigeants en termes de qualité, en particulier les États-Unis où nous avons effectué pas moins de douze missions cette année. Nous avons aussi favorisé les synergies entre les entreprises marocaines : les plus implantées à l’étranger tirent celles qui exportent pour la première fois. Enfin, en dehors de nos zones de prédilection, nous avons effectué une mission au Japon, qui a donné de bons résultats. 

Quelle est la place de l’Afrique subsaharienne dans ces expor­tations ?

Elle compte pour 5,3 % des exportations marocaines, mais nous y voyons un potentiel majeur. Dans la lignée des visites de Sa Majesté le roi Mohamed VI en Afrique, nous voulons renforcer les partenariats, industrialiser ou offrir ensemble des prestations de service. Il y a de nombreuses possibilités de coopération. Nous avons une proximité culturelle avec les pays francophones d’Afrique de l’Ouest. Nous pouvons nous appuyer sur un réseau bancaire déjà bien étoffé avec Attijariwafa et BMCE, qui facilitent les transactions avec le Maroc. Le réseau aérien de la RAM permet aussi le déplacement de nos hommes d’affaires en Afrique de l’Ouest. 

Quelles sont les entreprises marocaines qui peuvent percer en Afrique subsaharienne ?

Nous avons déterminé cinq secteurs clés : la pharmacie, l’agroalimentaire, le BTP, les technologies de l’information et les services. L’Afrique, confrontée à un nombre important de faux médicaments, offre un marché intéressant pour les génériques. C’est un secteur où nous pouvons apporter des transferts de technologie, à l’instar de l’usine pharmaceutique Sothema à Dakar. Dans l’agroalimentaire, nous pouvons aider les exportateurs de fruits africains à industrialiser leur processus. Dans le BTP, il y a des appels d’offres sur tout le continent et nous pouvons y répondre conjointement avec des ­groupes ouest-africains mais aussi occidentaux, comme Bouygues. Nous ciblons particulièrement le secteur électrique : le Maroc a une expérience réussie d’électrification rurale qu’il peut mettre à profit. Dans les TIC, des joint-ventures sont envisageables. Enfin, dans les services, on peut imaginer des centres d’appels opérés conjointement ou bien une coopération dans le domaine ferroviaire et aéroportuaire. L’Office national des aéroports (Onda) forme déjà avec succès les personnels des aéroports du Sénégal.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à remett[...]

Au Maroc, le combat d'une mère célibataire contre l'exclusion

"Je me bats pour mon fils malgré les regards et les jugements impitoyables", lance avec détermination Khadija, une mère célibataire de 27 ans, dans un rare témoignage sur le combat[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Maroc : nouvel assaut massif de migrants subsahariens sur la barrière de Melilla

Plusieurs centaines de migrants subsahariens ont tenté mardi d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc. Par ailleurs, 470 autres ont été secourus dans le détroit de Gibraltar.[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Maroc : quand le PAM fait sa mue

Créé en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche du roi du maroc, le Parti Authenticité et Modernité (PAM) tente de se donner une nouvelle image. Notamment en multipliant les incursions sur le[...]

Sahara : l'autonomie, sinon rien

L'arrivée au pouvoir en 1999, à trois mois d'intervalle, d'Abdelaziz Bouteflika et de Mohammed VI avait suscité l'espoir raisonné d'un new deal entre les deux frères ennemis du[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

L'Inquisition en scooter

Voici, pour dire adieu au ramadan, une petite histoire qui s'est déroulée à Amsterdam, la semaine dernière. Elle met en jeu une famille marocaine vivant au Maroc et qui passe les vacances[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers