Extension Factory Builder

Mustapha
 Sadni Jallab

25/12/2009 à 11:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mustapha
 Sadni Jallab Mustapha
 Sadni Jallab © Guillaume J. Plisson/Libre Arbitre pour Jeune Afrique

Après être passé par la Banque mondiale, cet économiste d’origine marocaine travaille désormais pour l’Organisation mondiale du commerce, à Genève.

Ses diplômes universitaires n’ont peut-être pas le lustre de ceux que l’on décroche dans les grandes écoles de la République. Et les postes qu’il a occupés n’évoquent pas forcément grand-chose pour le grand public. Pourtant, dans le monde feutré des économistes internationaux, Mustapha Sadni Jallab jouit déjà d’une solide réputation. C’est que, à seulement 32 ans, ce grand gaillard à lunettes, au crâne lisse et au sourire jovial, a déjà parcouru un joli bout de chemin.

Fils d’immigrés marocains, natif de Mâcon, en Saône-et-Loire, il devient, à 23 ans, enseignant à la faculté des sciences économiques de Lyon-II. Deux ans plus tard, il est recruté par une agence onusienne, la Commission économique pour l’Afrique (CEA), dont le siège est à Addis-Abeba. Après quatre ans en Éthiopie, son ascension se poursuit : il accède au poste prestigieux d’économiste à la Banque mondiale, à Washington. Avant de gagner Genève et l’Organisation mondiale du commerce (OMC), où il est chef d’unité depuis octobre 2008.

 

Issu d’une famille modeste, mais éduquée, Mustapha Sadni Jallab a été élevé dans la religion des études par son père qui, tout ouvrier qu’il était, n’a jamais loupé un conseil de classe. Enfance frugale, mais heureuse…

« Oui, je sais, ça fait un peu image d’Épinal, commente son fils. Nous étions douze enfants et j’étais le petit dernier. Les onze premiers ayant réussi, je n’avais qu’à suivre l’exemple. Je me souviens encore de la fête le jour où ma sœur aînée a décroché son bac ! Mais rien n’aurait été possible sans l’aide de l’État. J’ai eu la chance d’être boursier, ce qui m’a permis de surmonter certaines discriminations qui sont sociales avant d’être « ethniques ». Quand on doit travailler pour payer ses études, les filières d’excellence, les prépas par exemple, vous sont de facto interdites. »

Mustapha, qui a la bosse des maths, passe un bac scientifique, hésite entre la médecine et l’économie et choisit finalement cette dernière. À Lyon, qu’il rêvait depuis longtemps de découvrir, il se spécialise dans l’économie internationale. Pas très exaltant ? Au contraire ! « À mes yeux, c’était la discipline qui allait me permettre de comprendre l’origine des inégalités de développement entre les nations. Et, pourquoi pas, de trouver des techniques et des recettes pour tenter d’y remédier. »

Son parcours est à son image : raisonné, cérébral, lucide. Le trotskisme, l’anarchisme ou l’altermondialisme en vogue sur les campus ? Très peu pour lui ! Pragmatique, il veut agir. Enfant de la « génération Mitterrand », il a même été tenté par la politique et a figuré en quatrième position sur une liste du Parti socialiste aux élections européennes de juin 2009. Battu, il a définitivement tourné la page.

 

Après son doctorat d’État en économie, il brigue un poste dans la fonction publique internationale. Avec une idée en tête : découvrir et aider l’Afrique, continent qu’il ne connaît, à l’époque, que par ses lectures. Il jette son dévolu sur la CEA, où il est chaleureusement accueilli par l’équipe de l’éco­nomiste tunisien Hakim Ben Hammouda, qui deviendra son mentor et son ami – et avec lequel il cosignera un livre sur les répercussions de la ­tourmente financière sur le continent (La Crise. Une crise de plus ?, éditions Ellipses, avril 2009).

Son ancien patron se souvient de ses premiers pas à Addis : « Bien que découvrant le sud du Sahara, il a percé très rapidement et a réussi à tisser un réseau de contacts dans le monde universitaire et dans les ministères. » Son secret ? « C’est un énorme travailleur, c’est entendu. Mais c’est surtout une personne d’une très grande gentillesse, d’une très grande simplicité. »

Mustapha conserve un souvenir extraordinaire de ces quatre années passées à sillonner le continent africain – il a visité une quarantaine de pays – et à s’imprégner de ses enjeux.

Comme il faut toujours viser plus haut, il passe, en février 2008, le concours de la Banque mondiale, le nec plus ultra dans une carrière d’économiste international : 12 000 postulants pour 40 lauréats. Et il est reçu !

Son séjour à Washington ne va pourtant durer que quelques mois : en octobre, il est recruté par l’OMC, à Genève. Le poste, qui touche directement à la coopération et au développement, l’intéresse davantage. Mustapha sera désormais régulièrement conduit à conseiller et à encadrer les délégations africaines lors des négociations commerciales internationales. Quitter la capitale fédérale américaine pour les rives paisibles du lac Léman lui permettra aussi de se rapprocher de ses parents, toujours installés en Saône-et-Loire.

 

Son autre passion, c’est le football. Mustapha Sadni Jallab n’est pas peu fier d’avoir joué aux côtés de Jawad Zaïri, l’insaisissable dribbleur qui fit les beaux jours des Lions de l’Atlas marocains et du FC Sochaux : « Khalid, son grand frère, était un ami. Nous avons grandi ensemble à Saint-Laurent-sur-Saône. Tous les dimanches, son père nous emmenait jouer au stade. Par la suite, j’ai beaucoup fréquenté le stade de Gerland, mais comme spectateur, pour voir jouer l’Olympique lyonnais de Juninho. »

Et maintenant ? Frappé par l’incapacité de la communauté académique à prévoir la crise financière, Mustapha s’est replongé dans l’écriture d’un livre, toujours en tandem avec Hakim Ben Hammouda qui, entre-temps, a lui aussi été nommé à Genève. Pour les deux compères, la crise signifie moins la faillite des marchés que celle des économistes qui croyaient aveuglément en leur autorégulation.

« Complexés par le qualificatif de « science molle » souvent accolé à leur discipline, les économistes ont élaboré des théories toujours plus « scientifiques », qui appréhendaient les marchés comme s’il s’agissait de forces de la nature, de phénomènes purement physiques, en faisant complètement abstraction de leur dimension sociale, humaine, psychologique. Or les marchés sont régis et gouvernés par des hommes, et par personne d’autre », explique le chercheur.

L’essai, qui devrait sortir au premier semestre 2010, est ambitieux. Il se donne pour mission de discerner, parmi les débris de la pensée économique, de nouvelles lignes de reconstruction. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Fassi Kafyeke

Parcours précédent :
Babetida Sadjo

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex