Extension Factory Builder

Mustapha
 Sadni Jallab

25/12/2009 à 11:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mustapha
 Sadni Jallab Mustapha
 Sadni Jallab © Guillaume J. Plisson/Libre Arbitre pour Jeune Afrique

Après être passé par la Banque mondiale, cet économiste d’origine marocaine travaille désormais pour l’Organisation mondiale du commerce, à Genève.

Ses diplômes universitaires n’ont peut-être pas le lustre de ceux que l’on décroche dans les grandes écoles de la République. Et les postes qu’il a occupés n’évoquent pas forcément grand-chose pour le grand public. Pourtant, dans le monde feutré des économistes internationaux, Mustapha Sadni Jallab jouit déjà d’une solide réputation. C’est que, à seulement 32 ans, ce grand gaillard à lunettes, au crâne lisse et au sourire jovial, a déjà parcouru un joli bout de chemin.

Fils d’immigrés marocains, natif de Mâcon, en Saône-et-Loire, il devient, à 23 ans, enseignant à la faculté des sciences économiques de Lyon-II. Deux ans plus tard, il est recruté par une agence onusienne, la Commission économique pour l’Afrique (CEA), dont le siège est à Addis-Abeba. Après quatre ans en Éthiopie, son ascension se poursuit : il accède au poste prestigieux d’économiste à la Banque mondiale, à Washington. Avant de gagner Genève et l’Organisation mondiale du commerce (OMC), où il est chef d’unité depuis octobre 2008.

 

Issu d’une famille modeste, mais éduquée, Mustapha Sadni Jallab a été élevé dans la religion des études par son père qui, tout ouvrier qu’il était, n’a jamais loupé un conseil de classe. Enfance frugale, mais heureuse…

« Oui, je sais, ça fait un peu image d’Épinal, commente son fils. Nous étions douze enfants et j’étais le petit dernier. Les onze premiers ayant réussi, je n’avais qu’à suivre l’exemple. Je me souviens encore de la fête le jour où ma sœur aînée a décroché son bac ! Mais rien n’aurait été possible sans l’aide de l’État. J’ai eu la chance d’être boursier, ce qui m’a permis de surmonter certaines discriminations qui sont sociales avant d’être « ethniques ». Quand on doit travailler pour payer ses études, les filières d’excellence, les prépas par exemple, vous sont de facto interdites. »

Mustapha, qui a la bosse des maths, passe un bac scientifique, hésite entre la médecine et l’économie et choisit finalement cette dernière. À Lyon, qu’il rêvait depuis longtemps de découvrir, il se spécialise dans l’économie internationale. Pas très exaltant ? Au contraire ! « À mes yeux, c’était la discipline qui allait me permettre de comprendre l’origine des inégalités de développement entre les nations. Et, pourquoi pas, de trouver des techniques et des recettes pour tenter d’y remédier. »

Son parcours est à son image : raisonné, cérébral, lucide. Le trotskisme, l’anarchisme ou l’altermondialisme en vogue sur les campus ? Très peu pour lui ! Pragmatique, il veut agir. Enfant de la « génération Mitterrand », il a même été tenté par la politique et a figuré en quatrième position sur une liste du Parti socialiste aux élections européennes de juin 2009. Battu, il a définitivement tourné la page.

 

Après son doctorat d’État en économie, il brigue un poste dans la fonction publique internationale. Avec une idée en tête : découvrir et aider l’Afrique, continent qu’il ne connaît, à l’époque, que par ses lectures. Il jette son dévolu sur la CEA, où il est chaleureusement accueilli par l’équipe de l’éco­nomiste tunisien Hakim Ben Hammouda, qui deviendra son mentor et son ami – et avec lequel il cosignera un livre sur les répercussions de la ­tourmente financière sur le continent (La Crise. Une crise de plus ?, éditions Ellipses, avril 2009).

Son ancien patron se souvient de ses premiers pas à Addis : « Bien que découvrant le sud du Sahara, il a percé très rapidement et a réussi à tisser un réseau de contacts dans le monde universitaire et dans les ministères. » Son secret ? « C’est un énorme travailleur, c’est entendu. Mais c’est surtout une personne d’une très grande gentillesse, d’une très grande simplicité. »

Mustapha conserve un souvenir extraordinaire de ces quatre années passées à sillonner le continent africain – il a visité une quarantaine de pays – et à s’imprégner de ses enjeux.

Comme il faut toujours viser plus haut, il passe, en février 2008, le concours de la Banque mondiale, le nec plus ultra dans une carrière d’économiste international : 12 000 postulants pour 40 lauréats. Et il est reçu !

Son séjour à Washington ne va pourtant durer que quelques mois : en octobre, il est recruté par l’OMC, à Genève. Le poste, qui touche directement à la coopération et au développement, l’intéresse davantage. Mustapha sera désormais régulièrement conduit à conseiller et à encadrer les délégations africaines lors des négociations commerciales internationales. Quitter la capitale fédérale américaine pour les rives paisibles du lac Léman lui permettra aussi de se rapprocher de ses parents, toujours installés en Saône-et-Loire.

 

Son autre passion, c’est le football. Mustapha Sadni Jallab n’est pas peu fier d’avoir joué aux côtés de Jawad Zaïri, l’insaisissable dribbleur qui fit les beaux jours des Lions de l’Atlas marocains et du FC Sochaux : « Khalid, son grand frère, était un ami. Nous avons grandi ensemble à Saint-Laurent-sur-Saône. Tous les dimanches, son père nous emmenait jouer au stade. Par la suite, j’ai beaucoup fréquenté le stade de Gerland, mais comme spectateur, pour voir jouer l’Olympique lyonnais de Juninho. »

Et maintenant ? Frappé par l’incapacité de la communauté académique à prévoir la crise financière, Mustapha s’est replongé dans l’écriture d’un livre, toujours en tandem avec Hakim Ben Hammouda qui, entre-temps, a lui aussi été nommé à Genève. Pour les deux compères, la crise signifie moins la faillite des marchés que celle des économistes qui croyaient aveuglément en leur autorégulation.

« Complexés par le qualificatif de « science molle » souvent accolé à leur discipline, les économistes ont élaboré des théories toujours plus « scientifiques », qui appréhendaient les marchés comme s’il s’agissait de forces de la nature, de phénomènes purement physiques, en faisant complètement abstraction de leur dimension sociale, humaine, psychologique. Or les marchés sont régis et gouvernés par des hommes, et par personne d’autre », explique le chercheur.

L’essai, qui devrait sortir au premier semestre 2010, est ambitieux. Il se donne pour mission de discerner, parmi les débris de la pensée économique, de nouvelles lignes de reconstruction. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Fassi Kafyeke

Parcours précédent :
Babetida Sadjo

Réagir à cet article

Maroc

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus me[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex