Extension Factory Builder

Kandeh K. Yumkella : "L'industrialisation revient sur le devant de la scène"

14/12/2009 à 15:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kandeh K. Yumkella, directeur général de l'Onudi Kandeh K. Yumkella, directeur général de l'Onudi © UN Photo

Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi).

Le 7 décembre, à Vienne, il a été reconduit à la tête de l’Onudi pour un second mandat de quatre ans. Kandeh K. Yumkella, 50 ans, ancien ministre sierra-léonais du Commerce, est le premier ressortissant d’Afrique subsaharienne à diriger cette institution spécialisée des Nations unies, à laquelle il a redonné un dynamisme inespéré. Avant les années 2000, l’Onudi avait tenté d’imposer au Tiers Monde son « master plan » industriel. L’échec avait été si cuisant que plusieurs États membres avaient réclamé sa dissolution. Aujourd’hui, les États-Unis, qui avaient claqué la porte en décembre 1995, s’apprêtent à y revenir. Recadrée par Yumkella, l’institution travaille en symbiose avec les États et les organisations multilatérales, les entreprises privées et publiques. Elle apporte une contribution essentielle dans des secteurs clés : la formation des cadres, la promotion des investissements dans l’énergie, le commerce et la transformation industrielle, qui valorise les matières premières locales, crée des emplois et accroît les richesses.

Jeune Afrique : Vous entamez votre second mandat. Comment avez-vous vécu ces quatre dernières années ?

KANDEH K. YUMKELLA : Je n’ai pas vu le temps passer. C’était très enthousiasmant, car j’ai pu changer beaucoup de choses. Incroyable !

Avant vous, l’Onudi était une bureaucratie moribonde. Comment vous y êtes-vous pris pour la transformer ?

J’ai constitué une bonne équipe et je crois avoir été un leader audacieux, convaincant et efficace. En fait, je connaissais bien la maison [il y est entré en 1996 en tant que conseiller et directeur Afrique, NDLR] et je savais ce qu’il fallait faire pour améliorer les choses. J’ai fait part de ma vision à tout le personnel, du sommet jusqu’à la base, à chaque occasion, à chaque recrutement. Ici, chacun donne le meilleur de lui-même. C’est ça, ma réussite.

Les États membres vous ont réélu à l’unanimité. Qu’allez-vous faire d’ici à votre départ, en décembre 2013 ?

Certains me conseillent d’agir différemment, de prendre du recul, de déléguer. D’autres me disent de continuer sur ma lancée. Je ne vais pas changer de style. Nous avons recruté beaucoup de jeunes. Il faut qu’ils profitent de l’expérience des anciens. Si je m’isolais dans ma tour d’ivoire, je perdrais le rythme. Or le monde bouge très vite.

L’économie fondée sur les services financiers a échoué. Est-ce une chance pour l’Onudi ?

En effet, l’industrialisation revient sur le devant de la scène et, avec elle, l’économie réelle, productive. Mais nous devons trouver, dans tous les domaines, des solutions innovantes qui soient compatibles avec un respect plus rigoureux de l’environnement. C’est un défi immense, auquel l’Onudi est partie prenante. Elle est invitée à tous les forums. Les patrons nous écoutent, parce que nous sommes capables de faire le lien entre projets industriels et lutte contre la pauvreté. Nous incitons les multinationales à changer leurs pratiques. Le temps où elles extrayaient des matières premières jusqu’à épuisement, sans se soucier de l’environnement et de la misère alentour, est révolu. Je leur conseille – dans leur propre intérêt – d’écouter les populations locales. Car, demain, ces dernières nous rendront responsables des dégâts que nous causons aujourd’hui à leur pays. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

"Black Panther" : Chadwick Boseman, premier super-héros noir en solo au cinéma chez Marvel

Marvel a enfin dévoilé mardi soir les neufs productions de la "phase 3" de son univers cinématographique pour les cinq prochaines années. Une nouveauté : l'Africain-Américain[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers