Extension Factory Builder

Kandeh K. Yumkella : "L'industrialisation revient sur le devant de la scène"

14/12/2009 à 15:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kandeh K. Yumkella, directeur général de l'Onudi Kandeh K. Yumkella, directeur général de l'Onudi © UN Photo

Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi).

Le 7 décembre, à Vienne, il a été reconduit à la tête de l’Onudi pour un second mandat de quatre ans. Kandeh K. Yumkella, 50 ans, ancien ministre sierra-léonais du Commerce, est le premier ressortissant d’Afrique subsaharienne à diriger cette institution spécialisée des Nations unies, à laquelle il a redonné un dynamisme inespéré. Avant les années 2000, l’Onudi avait tenté d’imposer au Tiers Monde son « master plan » industriel. L’échec avait été si cuisant que plusieurs États membres avaient réclamé sa dissolution. Aujourd’hui, les États-Unis, qui avaient claqué la porte en décembre 1995, s’apprêtent à y revenir. Recadrée par Yumkella, l’institution travaille en symbiose avec les États et les organisations multilatérales, les entreprises privées et publiques. Elle apporte une contribution essentielle dans des secteurs clés : la formation des cadres, la promotion des investissements dans l’énergie, le commerce et la transformation industrielle, qui valorise les matières premières locales, crée des emplois et accroît les richesses.

Jeune Afrique : Vous entamez votre second mandat. Comment avez-vous vécu ces quatre dernières années ?

KANDEH K. YUMKELLA : Je n’ai pas vu le temps passer. C’était très enthousiasmant, car j’ai pu changer beaucoup de choses. Incroyable !

Avant vous, l’Onudi était une bureaucratie moribonde. Comment vous y êtes-vous pris pour la transformer ?

J’ai constitué une bonne équipe et je crois avoir été un leader audacieux, convaincant et efficace. En fait, je connaissais bien la maison [il y est entré en 1996 en tant que conseiller et directeur Afrique, NDLR] et je savais ce qu’il fallait faire pour améliorer les choses. J’ai fait part de ma vision à tout le personnel, du sommet jusqu’à la base, à chaque occasion, à chaque recrutement. Ici, chacun donne le meilleur de lui-même. C’est ça, ma réussite.

Les États membres vous ont réélu à l’unanimité. Qu’allez-vous faire d’ici à votre départ, en décembre 2013 ?

Certains me conseillent d’agir différemment, de prendre du recul, de déléguer. D’autres me disent de continuer sur ma lancée. Je ne vais pas changer de style. Nous avons recruté beaucoup de jeunes. Il faut qu’ils profitent de l’expérience des anciens. Si je m’isolais dans ma tour d’ivoire, je perdrais le rythme. Or le monde bouge très vite.

L’économie fondée sur les services financiers a échoué. Est-ce une chance pour l’Onudi ?

En effet, l’industrialisation revient sur le devant de la scène et, avec elle, l’économie réelle, productive. Mais nous devons trouver, dans tous les domaines, des solutions innovantes qui soient compatibles avec un respect plus rigoureux de l’environnement. C’est un défi immense, auquel l’Onudi est partie prenante. Elle est invitée à tous les forums. Les patrons nous écoutent, parce que nous sommes capables de faire le lien entre projets industriels et lutte contre la pauvreté. Nous incitons les multinationales à changer leurs pratiques. Le temps où elles extrayaient des matières premières jusqu’à épuisement, sans se soucier de l’environnement et de la misère alentour, est révolu. Je leur conseille – dans leur propre intérêt – d’écouter les populations locales. Car, demain, ces dernières nous rendront responsables des dégâts que nous causons aujourd’hui à leur pays. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être analy[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Football : indignation suite aux propos racistes de Carlo Tavecchio

Le monde du ballon rond en Italie est en pleine effervescence après des propos racistes tenus en fin de semaine par le favori au poste de président de la fédération italienne de football, Carlo[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Gaza : l'armée israélienne annonce la fin de la trêve

L'armée israélienne a annoncé dimanche matin la fin de la trêve humanitaire et la reprise de ses opérations militaires dans la bande de Gaza en réplique aux "tirs incessants de[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Gaza : cessez-le-feu de 12 heures entre Israël et le Hamas

Un cessez-le-feu de 12 heures entre Israël et le Hamas palestinien est entré en vigueur samedi à Gaza après d'intenses efforts d'acteurs internationaux, qui se retrouvent à Paris pour tenter[...]

Deux footballeurs s'affrontent sur Twitter à propos de l'intervention israélienne à Gaza

Les polémiques autour du conflit israélo-palestinien n'épargnent pas le monde du football. Les deux anciens coéquipiers en Angleterre, Joey Barton et Yossi Benayoun, se sont répondus par tweets[...]

Benjamin Stora : "La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante"

L’historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora réagit à la promesse de réouverture des synagogues algériennes faite par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers