Extension Factory Builder

Kandeh K. Yumkella : "L'industrialisation revient sur le devant de la scène"

14/12/2009 à 15:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kandeh K. Yumkella, directeur général de l'Onudi Kandeh K. Yumkella, directeur général de l'Onudi © UN Photo

Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi).

Le 7 décembre, à Vienne, il a été reconduit à la tête de l’Onudi pour un second mandat de quatre ans. Kandeh K. Yumkella, 50 ans, ancien ministre sierra-léonais du Commerce, est le premier ressortissant d’Afrique subsaharienne à diriger cette institution spécialisée des Nations unies, à laquelle il a redonné un dynamisme inespéré. Avant les années 2000, l’Onudi avait tenté d’imposer au Tiers Monde son « master plan » industriel. L’échec avait été si cuisant que plusieurs États membres avaient réclamé sa dissolution. Aujourd’hui, les États-Unis, qui avaient claqué la porte en décembre 1995, s’apprêtent à y revenir. Recadrée par Yumkella, l’institution travaille en symbiose avec les États et les organisations multilatérales, les entreprises privées et publiques. Elle apporte une contribution essentielle dans des secteurs clés : la formation des cadres, la promotion des investissements dans l’énergie, le commerce et la transformation industrielle, qui valorise les matières premières locales, crée des emplois et accroît les richesses.

Jeune Afrique : Vous entamez votre second mandat. Comment avez-vous vécu ces quatre dernières années ?

KANDEH K. YUMKELLA : Je n’ai pas vu le temps passer. C’était très enthousiasmant, car j’ai pu changer beaucoup de choses. Incroyable !

Avant vous, l’Onudi était une bureaucratie moribonde. Comment vous y êtes-vous pris pour la transformer ?

J’ai constitué une bonne équipe et je crois avoir été un leader audacieux, convaincant et efficace. En fait, je connaissais bien la maison [il y est entré en 1996 en tant que conseiller et directeur Afrique, NDLR] et je savais ce qu’il fallait faire pour améliorer les choses. J’ai fait part de ma vision à tout le personnel, du sommet jusqu’à la base, à chaque occasion, à chaque recrutement. Ici, chacun donne le meilleur de lui-même. C’est ça, ma réussite.

Les États membres vous ont réélu à l’unanimité. Qu’allez-vous faire d’ici à votre départ, en décembre 2013 ?

Certains me conseillent d’agir différemment, de prendre du recul, de déléguer. D’autres me disent de continuer sur ma lancée. Je ne vais pas changer de style. Nous avons recruté beaucoup de jeunes. Il faut qu’ils profitent de l’expérience des anciens. Si je m’isolais dans ma tour d’ivoire, je perdrais le rythme. Or le monde bouge très vite.

L’économie fondée sur les services financiers a échoué. Est-ce une chance pour l’Onudi ?

En effet, l’industrialisation revient sur le devant de la scène et, avec elle, l’économie réelle, productive. Mais nous devons trouver, dans tous les domaines, des solutions innovantes qui soient compatibles avec un respect plus rigoureux de l’environnement. C’est un défi immense, auquel l’Onudi est partie prenante. Elle est invitée à tous les forums. Les patrons nous écoutent, parce que nous sommes capables de faire le lien entre projets industriels et lutte contre la pauvreté. Nous incitons les multinationales à changer leurs pratiques. Le temps où elles extrayaient des matières premières jusqu’à épuisement, sans se soucier de l’environnement et de la misère alentour, est révolu. Je leur conseille – dans leur propre intérêt – d’écouter les populations locales. Car, demain, ces dernières nous rendront responsables des dégâts que nous causons aujourd’hui à leur pays. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Aqpa - Yémen : 205 attaques, dont celle de 'Charlie Hebdo', en seulement trois mois

Aqpa - Yémen : 205 attaques, dont celle de "Charlie Hebdo", en seulement trois mois

Comme une ONG sérieuse, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a publié un rapport trimestriel de ses activités, incluant notamment l'attaque en France contre le journal "Charlie Hebdo&q[...]

France : le corps d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, rapatrié à Paris

Le corps du Français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité en septembre par des jihadistes algériens, a été rapatrié en France, onze jours après sa[...]

Daesh : revers à Kobané, coup d'arrêt à l'expansion jihadiste en Syrie

Après quatre mois de violents combats, l'État islamique (EI) a été chassé de la ville syrienne de Kobané par les forces kurdes. C'est la plus importante défaite du groupe jihadiste[...]

"Danser les ombres" de Laurent Gaudé : Haïti entre la vie et la mort

L'histoire du dernier roman de Laurent Gaudé, "Danser les ombres", se situe à Haïti, au moment du tremblement de terre de janvier 2010.[...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Le corps du Français Hervé Gourdel, décapité en Algérie, sera rapatrié lundi

Le corps du touriste français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, doit être transféré lundi vers la France, douze jours[...]

France : presque autant d'actes antimusulmans depuis le 7 janvier que pour toute l'année 2014

Avec 128 faits recensés en deux semaines, les actes antimusulmans sont presque aussi nombreux depuis l'attentat contre Charlie Hebdo que pour toute l'année 2014.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces