Extension Factory Builder

Rambert Namy : « Les opérateurs doivent aller vite dans le mobile payment »

16/11/2009 à 08:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rambert Namy : « Les opérateurs doivent aller vite dans le mobile payment » Rambert Namy : « Les opérateurs doivent aller vite dans le mobile payment » © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Ce spécialiste de monétique depuis quinze ans pose un regard prospectif sur les services de MPayment.

JEUNE AFRIQUE : Pourquoi assiste-t-on à l’explosion des services de MPayment en Afrique ?

Rambert Namy : Payer avec son mobile est d’abord un élément de différenciation sur un marché très concurrentiel. Ensuite, c’est un formidable moyen de fidéliser la clientèle. Il permet de réduire le churn, un problème majeur en Afrique qui consiste pour les clients à jongler entre les cartes Sim afin de passer d’un opérateur à un autre. On ne change pas de banque aussi facilement que de puce électronique. Enfin, les pionniers dans le MPayment ont l’avantage de prendre une longueur d’avance sur la concurrence. Au Kenya, les opérateurs peinent à reprendre des parts de marché au précurseur Safaricom, comme Zain qui a dû casser les prix. Les opérateurs veulent s’y mettre très vite. 

Le MPayment est-il rentable ?

Pas encore. Mais il semble que M-Pesa, le service de MPayment lancé en 2007 par Safaricom au Kenya, atteint tout juste l’équilibre aujourd’hui avec 7 millions de clients dans le pays. Doté d’un bon business plan et de structures de coûts réduits, on peut être rentable en trois ou quatre ans. La difficulté est d’avoir un nombre critique d’abonnés et de ne pas être cher. 

Où en est la réglementation en la matière ?

Pour se lancer dans le MPayment, il faut en général avoir une licence de monnaie électronique. Mais les pays africains n’ont pas tous un cadre réglementaire approprié. L’association des opérateurs mobiles GSMA, en coopération avec les Banques centrales africaines, travaille actuellement sur un cadre législatif harmonisé susceptible d’être déployé dans les pays qui en ont besoin. L’autre solution pour un opérateur est de nouer un partenariat avec une banque du pays et d’opérer sous sa licence. Cela rassure la Banque centrale sur la bonne conformité du service de MPayment. Ce schéma fonctionne dans l’ensemble des pays d’Afrique de l’Ouest et va s’étendre en Afrique centrale, voire à Madagascar. 

Les opérateurs vont-ils finir par demander des licences bancaires ?

C’est l’éternel débat. Mais je ne vois pas un opérateur se muer en établissement financier. C’est un business différent qui exige des structures et des expertises spécifiques. En revanche, on peut imaginer des structures de services financiers dans lesquelles un ou plusieurs opérateurs prendraient des participations. 

Le transfert d’argent par mobile est-il totalement sûr ?

Il n’y a pas encore eu d’incident, à ma connaissance, mais il y aura des soucis provenant de hackers. Aux opérateurs de mettre en place les solutions techniques, des procédures strictes de contrôle et un hébergement sur un site suffisamment sécurisé. 

D’autres acteurs vont-ils émerger dans le domaine ?

Des sociétés se créeront en back-office, pour fournir l’infrastructure et assurer la gestion de services financiers. D’autres seront des prestataires des banques et noueront des partenariats avec les opérateurs. Et rien n’interdit aux banques de lancer leur service. La Société générale s’apprête à le faire. Quant à Nokia, il est entré en mars 2009 au capital d’Obopay, prestataire de services de paiement électronique. Il a mis au point des solutions multi-opérateurs. Il suffira d’avoir un téléphone Nokia.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Continental

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : 'Boko Haram nous concerne tous'

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant qu’[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

CAN 2015 : en Guinée Équatoriale, des couacs mais pas le chaos redouté

La catastrophe redoutée a, pour l'instant, été évitée en Guinée Équatoriale, qui n'a eu que 50 jours pour se préparer à l'organisation de la CAN-2015 après la[...]

Ebola : la situation reste "extrêmement préoccupante"

Malgré une nette baisse du nombre de personnes affectées par le virus Ebola, la situation reste "extrêmement préoccupante" en Afrique de l'ouest, a prévenu vendredi l'Organisation[...]

Diaporama : les plus grandes (et belles) églises d'Afrique

Le christianisme est la religion dominante en Afrique avec une part de fidèles estimée à plus de 60% en 2014. Jeune Afrique revisite pour vous la richesse architecturale de lieux de culte chrétiens sur[...]

Escrocs et charlatans

Chaque année, rituellement, je consacre mon premier "PS" aux voyantes, aux soi-disant extralucides, aux horoscopes, à tous ces escrocs et charlatans qui prétendent pouvoir prévoir[...]

Quatre-vingts ans de négritude

Au mois de mai prochain, le mouvement de la négritude aura 80 ans. Le mot est en effet apparu en 1935 sous la plume d'Aimé Césaire dans " L'Étudiant noir", journal mensuel de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces