Extension Factory Builder

Kossi Aguessy : "L'Afrique doit oublier aujourd'hui pour mieux penser demain"

12/11/2009 à 12:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kossi Aguessy : 'L'Afrique doit oublier aujourd'hui pour mieux penser demain' Kossi Aguessy : "L'Afrique doit oublier aujourd'hui pour mieux penser demain" © Frédérique Jouval pour Jeune Afrique

Bachelier à 13 ans, ce Togolais surdoué est une valeur montante dans le monde du design et de l’architecture d’intérieur. Sa spécialité ? Le mélange des matériaux.

Des millions de neurones qui s’activent… Une multitude d’informations ingurgitées en un rien de temps… C’est le branle-bas de combat dans le cerveau de Kossi Aguessy quand il lui faut aménager un appartement, créer un « chez soi » à l’intention d’un autre. Pour ce génie du design et de l’architecture d’intérieur, reconnu surdoué dès l’enfance, rien de plus excitant. Ni de plus épuisant. 

« Je m’investis à 200 % et passe tout mon temps avec mon client pour comprendre comment il vit et se déplace dans l’espace. Il faut que je parvienne à ressentir les choses comme lui. C’est très troublant et assez schizo­phrénique ! » Pas question d’imposer quoi que ce soit à Kossi Aguessy : il exige qu’on lui laisse carte blanche. « Je n’ai jamais eu de client mécontent, assure-t-il. Enfin si, un, au début, mais aujourd’hui, il est plutôt ravi. » Et le bouche-à-oreille fonctionne. Depuis le mois d’août et jusqu’en novembre, le Togolais travaille sur quatre chantiers à la fois. Pour des privés et des entreprises.

 

Pas de quoi chômer ! Début septembre, il lance avec le designer Samy Aitali une collection de mobilier, « Organicology », à l’occasion du salon professionnel Maison et objets, à Paris. Le mois suivant, il récidive avec « DAMN !!! », en collaboration avec la marque Fermob. En novembre, chez Harrods, à Londres, avec « Sketch », il présentera une autre collection de vases et d’accessoires de maison en corian, un dérivé de bauxite et de résine acrylique…

Parallèlement, il est en pourparlers avec une grande marque de soda pour un projet de table élaborée à partir de bouteilles en plastique recyclées. Et il souhaite, dans le courant de l’année prochaine, développer sa propre marque avec l’ouverture d’un laboratoire de recherche à Rotterdam, d’une chaîne de fabrication en France, et de magasins à travers le monde (New York, Paris, Dubaï, etc.).

Ce touche-à-tout boulimique de travail ne s’intéresse pas seulement à l’aspect extérieur des objets qu’il crée. Il s’efforce aussi de créer de nouveaux matériaux et de concevoir des mécanismes innovants. Car ce grand gaillard longiligne de 1,94 m a la fibre écolo. « Mon premier travail a été de concevoir un nouvel intérieur pour l’Espace Renault, puis pour la Mégane et l’Avantime. Aujourd’hui, si c’était à refaire, j’exigerais d’avoir mon mot à dire sur la composition des matériaux et l’ingénierie. » Prétentieux ? Non, convaincu de la nécessité de « travailler avec les énergies renouvelables » et de l’impossibilité de « continuer avec le tout-polluant ! »

 

Avant-gardiste et passionné de nouvelles technologies, il tente de repenser la place de l’homme dans son environnement. Enfant déjà, il imaginait de nouvelles formes de mobilier…

Né à Lomé, en 1977, d’un père togolais et d’une mère brésilienne, Kossi Aguessy a vécu dès l’âge de 3 ans à New York, avec sa mère. Jugé surdoué et scolarisé dans des établissements spécialisés, le jeune Kossi a du mal à se socialiser : les enfants de son âge l’ennuient. À la maison, sa mère impose une discipline de fer et Kossi a tendance à s’enfermer dans sa chambre. Un jour, il vide un placard à vêtements et le transforme en… immeuble. Chaque rayon devient un étage, qu’il aménage avec du mobilier de sa fabrication. C’est son jardin secret… Jusqu’à ce que sa mère découvre le pot aux roses et détruise sans pitié la maison de ses rêves. Cela reste, dit-il, un traumatisme. « Elle a réagi ainsi parce qu’elle a pris peur. Je me construisais une autre réalité. »

Inscrit au lycée français de New York, Kossi obtient son bac à l’âge de 13 ans. Pour le féliciter, sa mère lui offre des vacances à Londres, mais se montre catégorique : à la rentrée, il entreprendra des études scientifiques. Alors que l’adolescent ne rêve que de devenir designer…

Avant de reprendre l’avion, il se renseigne : à Londres, c’est le Central Saint Martins College of Art and Design qui dispense la meilleure formation. John Galliano (Dior), Alexander McQueen, Stella McCartney et Paul Smith, parmi beaucoup d’autres, y ont étudié. Il rêve de marcher sur leurs traces, mais sait d’avance que sa mère s’y opposera. Qu’à cela ne tienne, il passe le concours d’entrée en douce et obtient une bourse. Depuis Londres, raconte-t-il, « j’ai appelé ma demi-sœur pour qu’elle informe ma mère. Réponse : “Si tu ne rentres pas dans deux jours, tu n’es plus mon fils.” Je suis resté. Elle ne m’a plus reparlé jusqu’à ce que j’obtienne mon diplôme, six ans plus tard. »

Seul à Londres, Kossi se constitue une nouvelle famille. « Pour la première fois de ma vie, je n’étais plus une bête à concours. Mes condisciples me ressemblaient. À Saint Martins, on m’a dit : “Tu es là pour apprendre à contrôler ce que tu es et non pour apprendre qui tu es, car ça, tu le sais déjà.” » Mais c’est surtout lors d’un voyage à Barcelone qu’il comprend que son imaginaire peu orthodoxe est une richesse. « En visitant la Sagrada Familia, d’Antoni Gaudí, j’ai été ébahi par tant de démesure. J’ai enfin accepté la folie que l’on m’attribuait. Gaudí, Einstein et d’autres étaient des fous. Mais ce sont eux qui ont fait le monde dans lequel nous vivons. »

 

Les génies sont rarement prophètes en leur pays. À la fin de ses études, Aguessy s’installe à Paris, la capitale du luxe et de la parfumerie. « Je voulais créer des flacons, mais j’étais jeune et noir : qui pouvait me prendre au sérieux ? » Philippe Starck va le faire. En 2001, le célèbre designer français lui donne sa chance. « Pendant quatre ans, j’ai travaillé pour lui. C’était un peu l’usine, mais j’ai énormément appris. Il m’a aidé à puiser au fond de moi. » Très vite, tout s’enchaîne. Aguessy travaille pour les plus grandes marques. Il crée le flacon de parfum Stella McCartney, puis collabore avec Yves Saint Laurent, Swarovski, Cartier… En 2004, il se met à son compte.

Sa marque de fabrique ? Le mélange de matériaux. Sa manière à lui de vivre ses origines africaines et brésiliennes. « Le Brésil, où, enfant, j’ai passé toutes mes vacances, m’a apporté cette culture du beau, de la matière, du métissage et de la mémoire. L’Afrique de mon père m’a apporté une vision du monde. Même si je ne suis retourné qu’une seule fois au Togo, à l’âge de 10 ans, et que je n’ai plus de contact avec mon père, je ne me suis jamais coupé de mes racines. Grâce à ma mère, je parle yoruba et mina. »

« L’Afrique, poursuit-il, ne doit pas se couper de ses valeurs ancestrales. Pour rattraper son retard, elle doit avoir le courage de sauter une étape : oublier aujourd’hui pour mieux penser demain. » Togolais et Brésilien, Kossi Aguessy partage son temps entre Paris et Rotterdam et souhaite acquérir… la nationalité néerlandaise. « C’est un pied de nez à l’Histoire, dit-il, un rien provocateur. Moi, le Noir, je m’installe chez les Boers ! »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Textile togolais : Nini ou les froufrous du business

Textile togolais : Nini ou les froufrous du business

Son École des arts de la mode a déjà formé 800 étudiants et elle publie un cahier de tendances destiné aux tailleurs et couturiers présentant, entre autres, ses cr&eacu[...]

Mode - Alphadi : "Donnons une chance à nos artisans"

Des entreprises de textile et des enseignes africaines ? Oui, c'est possible, explique Alphadi, le célèbre styliste nigérien. Qui plaide pour une plus grande implication de l'État togolais.[...]

Togo : l'autre Olympio

Dans la famille, il y a Sylvanus, le père de l'indépendance togolaise, Gilchrist, l'ex-opposant historique. Et maintenant, leur neveu, chef d'entreprise, qui entre en politique.[...]

Togo - Arthème Ahoomey-Zunu : "Les résultats des réformes sont là"

Amélioration des rentrées fiscales, adaptation des infrastructures, politique de l'emploi... Pour le Premier ministre, fini les plans d'urgence : place à l'émergence.[...]

Togo : en attendant la présidentielle

À Lomé, la question taraude tous les esprits : dans quelles conditions se déroulera la prochaine élection présidentielle, prévue début 2015 ? À moins d'un an de[...]

Arts : Jimi Hope et la note bleue

Bluesman et grand admirateur de Jimi Hendrix, le musicien Jimi Hope sculpte et peint aussi. Rencontre avec un ovni de l'art.[...]

Togo : en attendant la présidentielle, le gouvernement persévère

À moins d'un an de la présidentielle togolaise, le climat politique est relativement serein. L'occasion pour le pouvoir de poursuivre les réformes et d'améliorer le quotidien des Togolais.[...]

Togo : comme Nubukpo, ils ont répondu "présents, président !"

Ces quadras issus de grandes écoles ont tous fait une belle carrière à l'étranger. Le chef de l'État les a convaincus de mettre leurs compétences au service du pays.[...]

Togo : tout augmente... sauf le pouvoir d'achat

Entre 2000 et 2010, les prix auraient augmenté de 33 % en moyenne, au Togo, ce qui a entraîné une baisse du pouvoir d'achat de près de 25 % durant la même période. Dans un pays où[...]

Quand Lomé se rêve en Singapour

Lomé veut être une plateforme financière majeure en Afrique de l'Ouest. Et prend exemple sur Singapour.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers