Extension Factory Builder

Edem Kodjo : "Il n’y a pas de justice sans paix et de paix sans pardon"

08/11/2009 à 11:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Edem Kodjo : 'Il n’y a pas de justice sans paix et de paix sans pardon' Edem Kodjo : "Il n’y a pas de justice sans paix et de paix sans pardon" © Camille Millerand pour Jeune Afrique

Catholique fervent, auteur d’un ouvrage remarqué par le pape sur les Pères de l’Église, Edem Kodjo, ancien secrétaire général de l’OUA, revient sur le synode africain qui s’est achevé le 25 octobre à Rome.

Jeune Afrique : Quel est le rôle des laïcs dans ce genre de réunion ?

Edem Kodjo : Le pape souhaitait que ce synode fasse une place à des catholiques engagés comme moi dans la vie publique. Tout comme de nombreux représentants d’associations ou de congrégations d’action sociale catholique, j’ai été invité à participer comme auditeur, je pouvais écouter et participer aux débats, mais pas voter. 

Le thème du synode, « réconciliation, justice et paix en Afrique », était très large. N’y avait-il pas un risque de dispersion ?

Ce risque existait, mais le Vatican a bien découpé les sessions. Nous avons passé méthodiquement en revue les problématiques importantes : attentes et souffrances de la jeunesse, implication des femmes dans la société, conflits armés, gestion humaine et financière de l’Église, vie des religieux… « Réconciliation, justice et paix » forment un seul thème cohérent. Il n’y a pas de justice sans paix et de paix sans pardon, et ce sur chacun des sujets que nous avons abordés. Ce synode ne s’est pas contenté de l’aspect théologique, il a travaillé sur la dure réalité. 

Justement, quels messages le synode a-t-il adressé aux politiques ?

Il s’est montré sévère à l’égard des dirigeants africains, et en particulier des hommes politiques chrétiens impliqués dans la mauvaise gestion des affaires des nations africaines. Massacres, trucages électoraux et changements constitutionnels abusifs ont été dénoncés par les évêques, qui ont demandé que les coupables laissent la place à des dirigeants responsables. L’exemple de Julius Nyerere, dont le processus de béatification est en cours, a été évoqué comme exemple. Le président tanzanien a montré par sa simplicité de vie qu’on pouvait diriger un pays autrement. Le synode s’est aussi adressé à la communauté internationale en s’élevant contre le pillage des matières premières. Il a appelé à ce qu’elle laisse davantage de place aux pays africains dans le concert des nations. 

Et l’Église catholique, que peut-elle concrètement pour plus de justice, de paix et de réconciliation ?

Les évêques ont proposé que le Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (Sceam) soit représenté auprès des Nations unies et de l’Union africaine afin que les évêques puissent dire leur mot sur le développement du continent.

Le synode veut aussi organiser une meilleure formation des chrétiens africains afin qu’ils agissent. Les catholiques ne devraient pas se contenter du catéchisme mais aussi connaître et appliquer la doctrine sociale de l’Église élaborée pour faire face aux défis sociaux modernes. En s’attelant à la tâche, les hommes de bonne volonté, chrétiens ou non, peuvent faire changer les choses. Le synode interpelle positivement le continent : Afrique, mets-toi debout et marche !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Interview suivante :
Pedro Pires

Interview précédente :
Bolloré contre-attaque

Continental

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Diaporama : de Hamammet à Zanzibar, découvrez les plus belles plages d'Afrique

Du Cameroun à la RDC, en passant par les Seychelles, les plages africaines sont des coins de paradis. "Jeune Afrique" vous fait prendre le large avec une sélection des plus belles pépites du[...]

Terrorisme : une "force armée multinationale" pour lutter contre Boko Haram

Quatre États riverains du lac Tchad vont mettre sur pied "une force armée multinationale" pour lutter contre la menace du groupe islamiste armé nigérian Boko Haram.[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers