Extension Factory Builder

"Pour que Sarkozy vous respecte, il ne faut jamais lui céder"

02/11/2009 à 15:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Villepin se pose comme alternative à un président qui a 'déçu' Villepin se pose comme alternative à un président qui a "déçu" © Vincent Nguyen/Riva-Press

Muscles dessinés, crinière au vent, hâle grand large, le marathonien Dominique Galouzeau de Villepin, 56 ans le 14 novembre, s’est remis au jogging, au propre comme au figuré. Quinze kilomètres par jour sabre au clair pour se préparer à la bataille présidentielle de 2012, cet Austerlitz auquel il n’entrevoit qu’une seule issue : ramasser au fond d’une tranchée le cadavre politique de celui qui, dit-il, a voulu le « pendre à un croc de boucher » : Nicolas Sarkozy.

Premier acte mardi 27 octobre, quatre jours après la fin du procès Clearstream. Ce soir-là, dans une salle surchauffée de la Maison de l’Amérique latine à Paris, devant un petit millier de gaullistes nostalgiques et de chiraquiens en déshérence, tour à tour frémissants et exaltés, l’ancien Premier ministre prend date avec l’Histoire. Le geste ample, l’avocat Villepin évoque le redressement national et le « sens de la mission », se pose comme alternative, pour la droite, à un président qui a « déçu » et lance un appel fiévreux à tous ceux qui, comme lui, pensent que « la République est en danger ».

À l’orée de sa campagne de France, ce poète torrentiel et napoléomaniaque n’a pourtant ni troupes ni plan de combat. Mais une simple amicale, le Club Villepin, animé par l’ex-secrétaire d’État Brigitte Girardin, au sein duquel se retrouvent une dizaine de députés et de sénateurs conservateurs soudés par un antisarkozysme systématique, deux sites Internet, des petits bureaux avenue Foch et l’aura du dissident contre qui le pouvoir s’acharne. Car, de l’affaire Clearstream, qui devait être son Waterloo, Dominique de Villepin se sort pour l’instant plutôt bien. Moins mal en tout cas, et c’est un paradoxe, que son accusateur : le prévenu est devenu victime, l’instigateur simple manipulateur et le plaignant presque suspect. En se présentant le jour de l’ouverture du procès entouré de sa famille – hier mondaine et jet-setteuse, aujourd’hui digne et traquée –, ce grand fauve a tenté un coup de poker médiatique gagnant qui a estomaqué les conseillers de l’Élysée. Résultat, qu’il soit ou non condamné le 28 janvier prochain – et sauf très improbable privation de son éligibilité –, Villepin est assuré de conserver sa stature de martyr : bien joué.

Grand fauve, mais aussi « grand paon », comme Julien Gracq disait de Chateaubriand, Dominique de Villepin va désormais devoir travailler son double, son autre lui-même, et faire oublier l’image de « l’homme qui s’aimait trop ». Chez lui cohabitent haute politique et basse police, goût du mystère qui intrigue et grandit, petites cachotteries et jalousies dérisoires, diplomatie seigneuriale, passion pour les ragots et les scandales fantasmés. À force de sculpter sa geste dans l’ombre et les chemins de traverse, en évitant soigneusement d’y croiser un de ces électeurs pour qui il éprouva trop longtemps un dédain gaullien, DDV ne fut pas loin de sombrer dans le vertige de l’élitisme solitaire. « La politique, c’est aussi affaire d’humilité », a-t-il glissé le 27 octobre. Évidente autocritique pour un homme qui a désormais décidé d’arpenter la France à la rencontre des « gens », imperméable aux sarcasmes de la Sarkozie.

Nicolas Sarkozy, dit-on, aime les ennemis qui le font vibrer, et Dominique de Villepin cherche son adrénaline dans l’adversité. Ils vont être servis. Du premier, le second dit : « Je suis celui qui le connaît le mieux. Pour qu’il vous respecte, il ne faut jamais se coucher ni lui céder. » Du second, le premier dit : « Il parle du peuple sans être jamais monté en seconde classe. Du terrain sans avoir été élu. Entre lui et moi, ce sera une lutte jusqu’à ce que mort s’ensuive. » Éloignez les enfants de la télévision : il va y avoir du sang sur les murs…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Le départ inattendu de Luc Oursel, pour  des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre ne sont, officiellement, que temporaires...[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers