Extension Factory Builder
13/10/2009 à 14:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Richard Goldstone sortant de la maison endommagée de la famille Samoni, le 3 juin dernier Richard Goldstone sortant de la maison endommagée de la famille Samoni, le 3 juin dernier © Reuters

Président de la commission d’enquête de l’ONU sur l’offensive israélienne à Gaza.

Au plus haut niveau de l’État hébreu, l’offensive diplomatique est lancée. Dans la ligne de mire, le rapport de la commission Goldstone sur l’opération « Plomb durci » menée par Israël entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009 dans la bande de Gaza. Pour Benyamin Netanyahou, Shimon Pérès, Avigdor Lieberman et Ehoud Barak, il va s’agir de démontrer que ce rapport est « biaisé » et qu’il est trop conciliant avec les « terroristes ». La tâche risque d’être ardue : le principal auteur du texte, Richard Goldstone, bénéficie d’une solide réputation de sérieux et d’objectivité. Et c’est lui qui, à l’origine, a insisté auprès du président du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, le Nigérian Martin Uhomoibhi, pour que l’enquête porte à la fois sur les exactions de l’armée israélienne et sur celles du Hamas.

 

Petit-fils d’immigrés juifs lituaniens, Richard Goldstone est né à Boksburg, en Afrique du Sud, le 26 octobre 1938. Blanc, il aurait pu se satisfaire d’appartenir à un monde de privilégiés et ignorer la majorité noire qui allait vivre sous le joug de l’apartheid mis en place quand il avait 10 ans. Cela ne sera pas le cas. Étudiant, il manifeste contre l’introduction de la ségrégation raciale à l’université. Diplômé de l’Université du Witwatersrand en 1962, il exerce un temps comme avocat au barreau de Johannesburg et se distingue en empêchant une série d’expulsions de familles noires et en assistant des militants de l’ANC emprisonnés. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ses choix ne mettent pas un terme à sa carrière. En 1980, il est nommé juge à la Cour suprême du Transvaal. Onze ans plus tard, il prend la tête d’une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les violences et les intimidations perpétrées par certains membres des forces de sécurité. Le travail de la « commission Goldstone » conduit au limogeage d’officiers de haut rang et, au lendemain des premières élections démocratiques, cet inattaquable défenseur du droit devient juge au sein de la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud.

Sa réputation dépasse alors les frontières de son pays. On le dit travailleur, méthodique, efficace, tenace et résolu. C’est sans doute ce qui lui vaut d’être désigné, en 1994, procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, à La Haye. Puis, la même année, pour un poste équivalent au sein du Tribunal pénal international pour le Rwanda. À l’époque, il déclare au quotidien français Libération : « Dans mon pays et ailleurs, hier en Allemagne et aujourd’hui au Rwanda ou en ex-Yougoslavie, ce sont souvent des gens ordinaires qui sont impliqués dans l’horreur. » Sa carrière internationale ne s’arrête pas là. Il s’implique, à partir de 1997, dans la traque des criminels de guerre nazis réfugiés en Argentine et dirige, entre 1999 et 2001, la Commission internationale indépendante sur le Kosovo. Son nom apparaît aussi dans l’enquête à propos de l’Irak sur le controversé programme « pétrole contre nourriture » des Nations unies, en 2004…

Marié, père de deux filles, quatre fois grand-père, Richard Goldstone peut se targuer d’un parcours sans fautes. C’est fort de cet itinéraire et convaincu de la nécessité de défendre la loi qu’en avril 2009 il accepte de diriger, avec trois autres spécialistes du droit, l’enquête sur « toutes les violations des droits de l’homme » présumées à Gaza. Il savait dès le départ que le sujet était « très sensible » et « politiquement chargé ». Et les problèmes ont d’ailleurs commencé dès le début des investigations sur les affrontements ayant causé la mort de quelque 1 400 Palestiniens, essentiellement des civils, et de 13 Israéliens, dont 4 civils. Jugeant la démarche partiale, Israël refuse de collaborer et interdit aux enquêteurs d’accéder à la bande de Gaza, à la Cisjordanie et au sud d’Israël. La commission a néanmoins pu examiner 36 incidents survenus en ces lieux. Elle a recueilli plus de 200 témoignages, examiné 10 000 pages de documents, 1 200 photos et une trentaine de vidéos. Israël s’est refusé à répondre à toute une série de questions pour ne pas « cautionner » la démarche du juge.

En dépit du caractère accablant de son rapport – surtout pour Israël, mais aussi pour le Hamas –, Richard Goldstone reste prudent, soulignant que l’État hébreu « avait commis des actions qui équivalaient à des crimes de guerre, peut-être des crimes contre l’humanité » et que des « groupes armés palestiniens ont commis des crimes de guerres et peut-être aussi des crimes contre l’humanité ». Il demande à Israël comme à l’Autorité palestinienne de conduire dans les six mois des enquêtes transparentes à propos des faits incriminés, faute de quoi il conviendrait de saisir la Cour pénale internationale… Le Conseil de sécurité de l’ONU abordera le sujet le 14 octobre.

« Mon expérience dans de nombreuses régions du monde, y compris dans mon propre pays, l’Afrique du Sud, m’a appris que la paix et la réconciliation dépendent dans une large mesure de la reconnaissance publique des souffrances des victimes. Cela s’applique au Moyen-Orient », a déclaré Richard Goldstone, fin septembre, lors de la présentation des 575 pages de son rapport. Il est, depuis, la cible d’attaques si virulentes que sa fille Nicole a pris sur elle d’intervenir dans le débat public. « Mon père a accepté ce travail parce qu’il pensait agir ainsi de son mieux en faveur de la paix, pour tout le monde et aussi pour Israël. Cela n’a pas été facile pour lui. Il ne s’attendait pas à voir et à entendre ce qu’il a vu et entendu. » Les autorités israéliennes vont avoir du mal à convaincre l’opinion internationale que le juge Goldstone serait du genre à se laisser dicter des conclusions partisanes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Abdelouahed Radi

Portrait précédent :
Ian Khama : histoire du fils de...

Afrique du sud

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable pou[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Afrique du Sud : premier "Mandela Day" sans Madiba

67 minutes. C’est le temps que chaque Sud-Africain, et de nombreux autres citoyens du monde, doit consacrer pour aider son prochain à l’occasion du "Mandela Day", une journée en l’honneur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers