Extension Factory Builder

Abdelouahed Radi

06/10/2009 à 15:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelouahed Radi Abdelouahed Radi © Alexandre Dupeyron

Ministre de la Justice

On le présente parfois comme « un patriote rangé du bon côté ». Né en 1935, étudiant en 1959, Abdelouahed Radi a participé à la scission de l’Istiqlal – menée par les Ben Barka, Bouabid, Youssoufi, Fqih Basri… –, qui a donné naissance à l’Union nationale des forces populaires (UNFP), l’ancêtre de l’USFP, dont il est le premier secrétaire depuis novembre 2008. Néanmoins, il a toujours été un « légitimiste ». Au plus fort des périodes de crise, il est resté, selon l’un de ses amis, « loyal à sa famille politique et à la monarchie ».

Fils d’un caïd « nationaliste » de la région du Gharb, Radi a entamé une carrière de professeur en psychologie sociale à la faculté de Rabat. Député de Salé aux premières élections (1963), il a été régulièrement réélu avant de présider la Chambre des représentants, de 1997 à 2007. Un trait distinctif : ce socialiste propriétaire terrien ne s’est jamais laissé aller aux excès et dérives de la gauche. D’où sans doute la confiance sans faille du Palais à son endroit. Plusieurs années avant le « gouvernement de l’Alternance », Hassan II l’a nommé, en 1983, ministre de la Coopération internationale avant de lui confier le poste, délicat entre tous, de secrétaire général de l’Union arabo-africaine conclue avec Mouammar Kadhafi en 1984 et qui a duré deux ans. La confiance royale ne se dément pas aujourd’hui.

 

Mais pourquoi le portefeuille de la Justice, alors qu’il n’avait pas de compétences particulières en la matière ? Pour des raisons politiques, peut-être, sous-tendant une volonté de voir le grand parti de la gauche, battu aux dernières législatives de septembre 2007, rester au gouvernement avec un portefeuille respectable. De fait, la nomination de Radi un mois plus tard – en remplacement de Mohamed Bouzoubaa, avocat qui a piloté avec un certain succès la lutte contre le terrorisme, décédé des suites d’une longue maladie – n’a pas choqué le landerneau politique. Il faut dire qu’il possède deux vertus exceptionnelles qui ne sont pas toujours réunies : il rassure tout le monde et il a la confiance du Palais. Au lendemain de son élection à la tête de l’USFP, il a souhaité être déchargé de ses fonctions ministérielles pour se consacrer au parti, mais le roi a tenu à le maintenir pour mener à bien la réforme de la justice. C’est dire la place qu’il occupe dans le système de pouvoir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus me[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex