Extension Factory Builder

Abdelouahed Radi

06/10/2009 à 15:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelouahed Radi Abdelouahed Radi © Alexandre Dupeyron

Ministre de la Justice

On le présente parfois comme « un patriote rangé du bon côté ». Né en 1935, étudiant en 1959, Abdelouahed Radi a participé à la scission de l’Istiqlal – menée par les Ben Barka, Bouabid, Youssoufi, Fqih Basri… –, qui a donné naissance à l’Union nationale des forces populaires (UNFP), l’ancêtre de l’USFP, dont il est le premier secrétaire depuis novembre 2008. Néanmoins, il a toujours été un « légitimiste ». Au plus fort des périodes de crise, il est resté, selon l’un de ses amis, « loyal à sa famille politique et à la monarchie ».

Fils d’un caïd « nationaliste » de la région du Gharb, Radi a entamé une carrière de professeur en psychologie sociale à la faculté de Rabat. Député de Salé aux premières élections (1963), il a été régulièrement réélu avant de présider la Chambre des représentants, de 1997 à 2007. Un trait distinctif : ce socialiste propriétaire terrien ne s’est jamais laissé aller aux excès et dérives de la gauche. D’où sans doute la confiance sans faille du Palais à son endroit. Plusieurs années avant le « gouvernement de l’Alternance », Hassan II l’a nommé, en 1983, ministre de la Coopération internationale avant de lui confier le poste, délicat entre tous, de secrétaire général de l’Union arabo-africaine conclue avec Mouammar Kaddafi en 1984 et qui a duré deux ans. La confiance royale ne se dément pas aujourd’hui.

 

Mais pourquoi le portefeuille de la Justice, alors qu’il n’avait pas de compétences particulières en la matière ? Pour des raisons politiques, peut-être, sous-tendant une volonté de voir le grand parti de la gauche, battu aux dernières législatives de septembre 2007, rester au gouvernement avec un portefeuille respectable. De fait, la nomination de Radi un mois plus tard – en remplacement de Mohamed Bouzoubaa, avocat qui a piloté avec un certain succès la lutte contre le terrorisme, décédé des suites d’une longue maladie – n’a pas choqué le landerneau politique. Il faut dire qu’il possède deux vertus exceptionnelles qui ne sont pas toujours réunies : il rassure tout le monde et il a la confiance du Palais. Au lendemain de son élection à la tête de l’USFP, il a souhaité être déchargé de ses fonctions ministérielles pour se consacrer au parti, mais le roi a tenu à le maintenir pour mener à bien la réforme de la justice. C’est dire la place qu’il occupe dans le système de pouvoir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Kool Food finance sa croissance

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolats fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.  [...]

Maroc : 20 ans de prison pour un pédophile britannique

Robert Bill, un ancien enseignant gallois de 59 ans, a été condamné mardi à 20 ans de prison pour "enlèvement" et "tentatives de viol" sur mineures.[...]

Maroc : Jesa, dessine-moi un projet

Fruit de l'union entre OCP et l'américain Jacobs, la coentreprise met ses connaissances techniques au service de l'exploitation du phosphate.[...]

Maroc : les islamistes signent une "Charte de la majorité" avec leurs alliés

Le Parti justice et développement (PJD, islamiste), à la tête du gouvernement marocain, a signé une charte avec ses alliés afin "d’accélérer les réformes" et[...]

Maroc : Mohamed Fizazi, le salafiste de Sa Majesté

"Je n'ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l'endroit", explique Mohamed Fizazi. Condamné à trente ans de prison après les attentats de Casablanca en 2003, cette[...]

Maroc : le débat sur la légalisation du cannabis est relancé

En organisant un week-end de rencontre et de débats dans le Rif, le parti Authenticité et modernité (PAM) a récemment relancé le débat sur la légalisation partielle du cannabis[...]

Rachid Benbrahim Andaloussi : "Faire classer Casablanca au patrimoine mondial par l'Unesco"

Lancées à Casablanca en 2009, les journées du patrimoine sont devenues au fil du temps l’un des grands rendez-vous culturels du printemps : 26 000 participants pour la dernière édition[...]

Amine Tazi-Riffi, rattrapé par l'Afrique

Né en Suisse, Amine Tazi-Riffi n'a renoué avec ses origines marocaines qu'après la trentaine. Et a découvert, au passage, un marché prometteur. Depuis, l'ingénieur pilote[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Sommet UE - Afrique : l'important, c'est d'y participer !

Accords de partenariat économique, compétence de la CPI, droits des homosexuels... Africains et Européens ne sont pas d'accord sur tout, loin s'en faut. Mais ils se sont parlés avec franchise.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers