Extension Factory Builder

Abdelouahed Radi

06/10/2009 à 15:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelouahed Radi Abdelouahed Radi © Alexandre Dupeyron

Ministre de la Justice

On le présente parfois comme « un patriote rangé du bon côté ». Né en 1935, étudiant en 1959, Abdelouahed Radi a participé à la scission de l’Istiqlal – menée par les Ben Barka, Bouabid, Youssoufi, Fqih Basri… –, qui a donné naissance à l’Union nationale des forces populaires (UNFP), l’ancêtre de l’USFP, dont il est le premier secrétaire depuis novembre 2008. Néanmoins, il a toujours été un « légitimiste ». Au plus fort des périodes de crise, il est resté, selon l’un de ses amis, « loyal à sa famille politique et à la monarchie ».

Fils d’un caïd « nationaliste » de la région du Gharb, Radi a entamé une carrière de professeur en psychologie sociale à la faculté de Rabat. Député de Salé aux premières élections (1963), il a été régulièrement réélu avant de présider la Chambre des représentants, de 1997 à 2007. Un trait distinctif : ce socialiste propriétaire terrien ne s’est jamais laissé aller aux excès et dérives de la gauche. D’où sans doute la confiance sans faille du Palais à son endroit. Plusieurs années avant le « gouvernement de l’Alternance », Hassan II l’a nommé, en 1983, ministre de la Coopération internationale avant de lui confier le poste, délicat entre tous, de secrétaire général de l’Union arabo-africaine conclue avec Mouammar Kadhafi en 1984 et qui a duré deux ans. La confiance royale ne se dément pas aujourd’hui.

 

Mais pourquoi le portefeuille de la Justice, alors qu’il n’avait pas de compétences particulières en la matière ? Pour des raisons politiques, peut-être, sous-tendant une volonté de voir le grand parti de la gauche, battu aux dernières législatives de septembre 2007, rester au gouvernement avec un portefeuille respectable. De fait, la nomination de Radi un mois plus tard – en remplacement de Mohamed Bouzoubaa, avocat qui a piloté avec un certain succès la lutte contre le terrorisme, décédé des suites d’une longue maladie – n’a pas choqué le landerneau politique. Il faut dire qu’il possède deux vertus exceptionnelles qui ne sont pas toujours réunies : il rassure tout le monde et il a la confiance du Palais. Au lendemain de son élection à la tête de l’USFP, il a souhaité être déchargé de ses fonctions ministérielles pour se consacrer au parti, mais le roi a tenu à le maintenir pour mener à bien la réforme de la justice. C’est dire la place qu’il occupe dans le système de pouvoir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle 'ligne de précaution' de 5 milliards de dollars

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers