Extension Factory Builder

Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil

28/09/2009 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil © F-KLEMCZYNSKI/FEDEPHOTO POUR J.A.

Le ministre camerounais de la Communication travaille l’image de son pays. Il était cet été en France avec le chef de l’État.

Parmi les officiels en costume sombre, sa silhouette filiforme et sa barbe hirsute détonnaient. Membre de la délégation du président camerounais Paul Biya en visite officielle à Paris fin juillet, Issa Tchiroma Bakari, ministre camerounais de la Communication se distinguait également par sa décontraction. Entre deux sonneries de son portable tombé dans les replis de son superbe boubou d’un blanc immaculé, il avouait qu’il n’avait pas encore fait fabriquer de cartes de visite. « Je ne suis ministre de la Communication que depuis vingt-huit jours », se justifia-t-il alors. Sa visite au siège de Jeune Afrique était visiblement motivée par le souci d’améliorer l’image du Cameroun à l’étranger.

 

Le verbe haut et le sourire malicieux, ce Peul de 63 ans jubile encore du « succès » qu’a été selon lui, la visite officielle de Paul Biya en France fin juillet. « On nous avait dit que des compatriotes vivant en France nous accueilleraient avec des œufs pourris. Il n’en a rien été », se gargarise cet ingénieur mécanicien formé à l’Institut supérieur des matériaux et des constructions métalliques de Paris. Indiscutablement, l’ancien cadre de la défunte Régie nationale des chemins de fer du Cameroun aime encore les trains. Même si sa trajectoire politique est loin d’être aussi rectiligne que les voies du Transcamerounais.

À l’instar de nombreux cadres issus du Nord, Tchiroma est arrêté à la suite de la tentative de coup d’État du 6 avril 1984 et incarcéré pendant six ans, alors qu’il a toujours clamé son innocence. Amnistié en 1990, il participe à la création de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), un parti qui rejoint l’opposition radicale. Élu député en 1992, il siège quelques mois à l’Assemblée nationale, avant d’entrer au gouvernement contre l’avis de son parti, qui l’exclut de ses rangs. Après une longue traversée du désert entamée à la suite de son départ du gouvernement en 1996, il réapparaît en 2008 pour soutenir le projet de modification constitutionnelle, qui permet au chef de l’État de briguer un autre mandat en 2011.

Celui que certains ministres regardent encore avec condescendance se targue du parrainage de Martin Belinga Eboutou, directeur du cabinet civil et conseiller du « patron ». Envisagerait-il de disputer le leadership régional à Marafa Hamidou Yaya, puissant ministre d’État en charge de l’Administration territoriale et poids lourd issu, comme Tchiroma, de la notabilité peule de Garoua ? Les adversaires de l’autre « prince » de la province du Nord n’en espèrent pas moins.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Le mystère Caster Semenya

Portrait précédent :
Abdelouahed Radi

Cameroun

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

 L'impatience grandit chez les candidats ayant postulé pour les deux terminaux, l'un à conteneurs et l'autre polyvalent, du port de Kribi, au Cameroun. Le dossier a été repris en main par la pr&eac[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Rap camerounais : hip hip-hop hourra !

Les rappeurs camerounais vivent une véritable success-story. Leur recette ? Ils utilisent les langues du pays, évoquent le quotidien de leurs compatriotes et s'adressent directement à la jeunesse.[...]

Cameroun : Douala-Yaoundé par la nationale 3, l'axe du mal

La nationale 3 au Cameroun est l'une des routes les plus dangereuses au monde. Et ce ne sont pas quelques radars qui feront ralentir les chauffards.[...]

Unis pour le Cameroun : Boko Haram ? Même pas peur !

Unis pour le Cameroun, un collectif apolitique, a rassemblé plus de 20 000 personnes contre Boko Haram. Entraînant finalement dans leur mouvement le pouvoir et l'opposition[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers