Extension Factory Builder

Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil

28/09/2009 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil © F-KLEMCZYNSKI/FEDEPHOTO POUR J.A.

Le ministre camerounais de la Communication travaille l’image de son pays. Il était cet été en France avec le chef de l’État.

Parmi les officiels en costume sombre, sa silhouette filiforme et sa barbe hirsute détonnaient. Membre de la délégation du président camerounais Paul Biya en visite officielle à Paris fin juillet, Issa Tchiroma Bakari, ministre camerounais de la Communication se distinguait également par sa décontraction. Entre deux sonneries de son portable tombé dans les replis de son superbe boubou d’un blanc immaculé, il avouait qu’il n’avait pas encore fait fabriquer de cartes de visite. « Je ne suis ministre de la Communication que depuis vingt-huit jours », se justifia-t-il alors. Sa visite au siège de Jeune Afrique était visiblement motivée par le souci d’améliorer l’image du Cameroun à l’étranger.

 

Le verbe haut et le sourire malicieux, ce Peul de 63 ans jubile encore du « succès » qu’a été selon lui, la visite officielle de Paul Biya en France fin juillet. « On nous avait dit que des compatriotes vivant en France nous accueilleraient avec des œufs pourris. Il n’en a rien été », se gargarise cet ingénieur mécanicien formé à l’Institut supérieur des matériaux et des constructions métalliques de Paris. Indiscutablement, l’ancien cadre de la défunte Régie nationale des chemins de fer du Cameroun aime encore les trains. Même si sa trajectoire politique est loin d’être aussi rectiligne que les voies du Transcamerounais.

À l’instar de nombreux cadres issus du Nord, Tchiroma est arrêté à la suite de la tentative de coup d’État du 6 avril 1984 et incarcéré pendant six ans, alors qu’il a toujours clamé son innocence. Amnistié en 1990, il participe à la création de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), un parti qui rejoint l’opposition radicale. Élu député en 1992, il siège quelques mois à l’Assemblée nationale, avant d’entrer au gouvernement contre l’avis de son parti, qui l’exclut de ses rangs. Après une longue traversée du désert entamée à la suite de son départ du gouvernement en 1996, il réapparaît en 2008 pour soutenir le projet de modification constitutionnelle, qui permet au chef de l’État de briguer un autre mandat en 2011.

Celui que certains ministres regardent encore avec condescendance se targue du parrainage de Martin Belinga Eboutou, directeur du cabinet civil et conseiller du « patron ». Envisagerait-il de disputer le leadership régional à Marafa Hamidou Yaya, puissant ministre d’État en charge de l’Administration territoriale et poids lourd issu, comme Tchiroma, de la notabilité peule de Garoua ? Les adversaires de l’autre « prince » de la province du Nord n’en espèrent pas moins.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Le mystère Caster Semenya

Portrait précédent :
Abdelouahed Radi

Cameroun

Cameroun - Me Bertrand : 'On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé' en Algérie

Cameroun - Me Bertrand : "On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé" en Algérie

Le 23 août dernier, quelques minutes après la rencontre entre la JS Kabylie et l’USM Alger (1-2), l’attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé (24 ans) trouvait la mort à la sortie du te[...]

Cameroun : Martin Chungong, l'apôtre des Parlements du monde

Ce Camerounais est le premier Africain à diriger, à Genève, l'Union interparlementaire, vénérable institution créée en 1889.[...]

Investissements : le Cameroun lance un plan d'urgence avec l'appui du secteur bancaire

 Deutsch Bank, BGFI, Ecobank, Banque Atlantique et Standard Chartered Bank vont contribuer à hauteur de plus de 630 milliards F CFA au plan d'urgence triennal de 925 milliards de F CFA validé le 09[...]

CAN 2015 : les dix buteurs africains qui affolent les compteurs

Des valeurs sûres, des révélations et des come-back inespérés… Alors que la fin de l’année approche, certains joueurs africains squattent le haut du classement des buteurs des[...]

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée[...]

Préparation à la CAN 2015 : Ghana, Mali, Côte d'Ivoire... tous à Abou Dhabi !

Alors que le tirage au sort de la phase finale de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) a eu lieu le 3 décembre au soir à Malabo (Guinée Équatoriale), les seize qualifiés ont pour la[...]

Otages : les dessous d'une libération... et d'un coup de pub de la présidence camerounaise

La libération du prêtre polonais Mateusz Dziedzic et d'une trentaine d'autres otages centrafricains et camerounais fin novembre a fait couler beaucoup d'encre. La présidence y est elle aussi allé[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Cameroun : Amadou Ali - Cavaye Yéguié Djibril, l'autre guerre du Nord

Tous deux originaires du nord du Cameroun, le président de l'Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril, et vice-Premier ministre Amadou Ali se livrent une âpre bataille pour la succession[...]

La drôle de guerre du Cameroun contre Boko Haram

C'est un conflit bâtard, contre un ennemi qui se joue des frontières et qui a fait de l'Extrême-Nord sa base arrière. Personne ne sait même quand il a commencé. L'État[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers