Extension Factory Builder

Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil

28/09/2009 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil Issa Tchiroma Bakari nous a rendu visite au 57 bis rue d'Auteuil © F-KLEMCZYNSKI/FEDEPHOTO POUR J.A.

Le ministre camerounais de la Communication travaille l’image de son pays. Il était cet été en France avec le chef de l’État.

Parmi les officiels en costume sombre, sa silhouette filiforme et sa barbe hirsute détonnaient. Membre de la délégation du président camerounais Paul Biya en visite officielle à Paris fin juillet, Issa Tchiroma Bakari, ministre camerounais de la Communication se distinguait également par sa décontraction. Entre deux sonneries de son portable tombé dans les replis de son superbe boubou d’un blanc immaculé, il avouait qu’il n’avait pas encore fait fabriquer de cartes de visite. « Je ne suis ministre de la Communication que depuis vingt-huit jours », se justifia-t-il alors. Sa visite au siège de Jeune Afrique était visiblement motivée par le souci d’améliorer l’image du Cameroun à l’étranger.

 

Le verbe haut et le sourire malicieux, ce Peul de 63 ans jubile encore du « succès » qu’a été selon lui, la visite officielle de Paul Biya en France fin juillet. « On nous avait dit que des compatriotes vivant en France nous accueilleraient avec des œufs pourris. Il n’en a rien été », se gargarise cet ingénieur mécanicien formé à l’Institut supérieur des matériaux et des constructions métalliques de Paris. Indiscutablement, l’ancien cadre de la défunte Régie nationale des chemins de fer du Cameroun aime encore les trains. Même si sa trajectoire politique est loin d’être aussi rectiligne que les voies du Transcamerounais.

À l’instar de nombreux cadres issus du Nord, Tchiroma est arrêté à la suite de la tentative de coup d’État du 6 avril 1984 et incarcéré pendant six ans, alors qu’il a toujours clamé son innocence. Amnistié en 1990, il participe à la création de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP), un parti qui rejoint l’opposition radicale. Élu député en 1992, il siège quelques mois à l’Assemblée nationale, avant d’entrer au gouvernement contre l’avis de son parti, qui l’exclut de ses rangs. Après une longue traversée du désert entamée à la suite de son départ du gouvernement en 1996, il réapparaît en 2008 pour soutenir le projet de modification constitutionnelle, qui permet au chef de l’État de briguer un autre mandat en 2011.

Celui que certains ministres regardent encore avec condescendance se targue du parrainage de Martin Belinga Eboutou, directeur du cabinet civil et conseiller du « patron ». Envisagerait-il de disputer le leadership régional à Marafa Hamidou Yaya, puissant ministre d’État en charge de l’Administration territoriale et poids lourd issu, comme Tchiroma, de la notabilité peule de Garoua ? Les adversaires de l’autre « prince » de la province du Nord n’en espèrent pas moins.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Le mystère Caster Semenya

Portrait précédent :
Abdelouahed Radi

Cameroun

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de réali[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces