Extension Factory Builder

Unesco : la candidate américaine

09/09/2009 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'Equatorienne Ivonne Baki brigue le poste de directeur général de l'Unesco L'Equatorienne Ivonne Baki brigue le poste de directeur général de l'Unesco © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Après plusieurs mois de tractations dans les chancelleries des 193 États membres, la campagne pour l’élection du nouveau directeur général de l’Organisation des Nations unies pour la science et la culture (Unesco) est entrée dans sa dernière phase. Pour les neuf candidats, l’heure est à l’offensive médiatique, chacun expliquant sa vision et son projet.

Promouvoir la paix par la culture et l’éducation : la feuille de route fixée par les « pères fondateurs » de l’Unesco au lendemain de la Seconde Guerre mondiale constitue, pour paraphraser le général de Gaulle, un « vaste programme ». En attendant de faire reculer conflits armés et illettrisme, l’Unesco est au centre de rivalités géopolitiques, comme en témoigne la diversité des origines et des profils des candidats à la succession du Japonais Koïchiro Matsuura. La plupart sont aujourd’hui à Paris, où se situe le siège de l’organisation, pour faire campagne.

Alors que Farouk Hosni, le ministre égyptien de la Culture, qui dispose notamment de l’appui de l’Union africaine et de la Ligue arabe, fait toujours figure de favori, les outsiders n’ont pas dit leur dernier mot. Après l’Autrichienne Benita Ferrero-Waldner, commissaire européenne aux Relations extérieures, et le poète béninois Nouréini Tidjani-Serpos, l’Équatorienne Ivonne Baki est venue présenter son programme à Jeune Afrique.

La cinquantaine élégante, mère de trois enfants et artiste-peintre reconnue, la présidente du Parlement andin (qui fut candidate à la présidence de la République en Équateur) a « foi » dans sa victoire. « Je suis une femme, et une femme qui croit que le pouvoir doit être utilisé », assène-t-elle avec un sourire ravageur. « L’Unesco est un outil pour arriver à la paix, avec une priorité : l’éducation, l’éducation, l’éducation », poursuit la candidate, qui jouit également de la nationalité libanaise et aime à citer le romancier britannique H.G. Wells : « L’Histoire est une course entre l’éducation et la catastrophe. » « La pauvreté et l’ignorance font le lit de la violence. Je connais le prix de la paix, car j’ai vécu au Liban pendant la guerre. […] Je voudrais inspirer le dialogue, la paix, le respect, la compréhension des cultures. » Un programme qu’aucun de ses concurrents ne renierait… Mais Ivonne Baki assure « avoir les moyens » de son ambition. « Pour être successful, il faut de l’argent », lâche-t-elle comme une évidence. Et de mettre en avant sa proximité avec la nouvelle administration américaine. Ambassadrice de son pays à Washington de 1998 à 2002, elle ne fait pas mystère de ses liens étroits avec la secrétaire d’État Hillary Clinton, avant d’enfoncer le clou : « J’ai le soutien du président Obama. » Un parrainage de poids depuis le retour des États-Unis au sein de l’organisation, en 2003, dix-neuf ans après s’en être retirés pour dénoncer ses « dérives communistes » et ses « campagnes anti-impérialistes ».

Interrogée sur Farouk Hosni, dont certains propos ont été jugés antisémites par des intellectuels juifs, l’outsider de charme sort ses griffes : « Il faut faire attention à ce que l’on dit quand on postule à la direction de l’Unesco. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Portrait suivant :
Adieu à Mandé Sidibé

Portrait précédent :
Adieu Rachid Driss

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces