Extension Factory Builder

Adieu à Mandé Sidibé

08/09/2009 à 12:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L’ancien Premier ministre malien est décédé le 25 août à Paris à l’âge de 69 ans.

Juste au début du mois de ramadan, un véritable concert de louanges s’est élevé à Bamako pour saluer la mémoire de Mandé Sidibé, ex-Premier ministre du Mali (2000-2002) et président depuis 2006 du conseil d’administration d’Ecobank, groupe bancaire panafricain où il était entré trois ans plus tôt. Le frère aîné de Modibo Sidibé (actuel chef du gouvernement malien) souffrait d’une maladie cardiaque pour laquelle il avait été hospitalisé à l’Hôpital américain de Paris quelques jours avant d’y décéder, le 25 août, à l’âge de 69 ans. Amis, familiers, contempteurs, rivaux… Tous saluent l’exemplarité, la courtoisie et la discrétion d’un homme qui avait très tôt choisi l’économie pour servir son pays, même s’il avait effectué la plus grande partie de sa carrière à l’étranger.

 

Fils de Mamadou Sidibé, un officier de l’armée française qui deviendra, le 22 septembre 1960, le premier capitaine du Mali indépendant, Mandé naît le 20 janvier 1940 à Bafoulabé, près de Kayes (Sud-Ouest), dans une famille qui comptera bientôt six enfants. Encadrés par un père aussi exigeant qu’érudit, ils feront de brillantes études et deviendront, sinon Premier ministre, du moins médecin, dentiste ou encore directrice d’école.

À l’instar d’une grande partie de l’élite politique ­malienne, Mandé Sidibé commence ses études au lycée Terrasson-de-Fougères de Bamako (rebaptisé lycée Askia-Mohamed). En 1960, cap vers la France, à Bordeaux plus précisément, où il passe son bac avant d’intégrer la faculté de droit et de sciences économiques de Paris. Il effectue alors ses premières armes politiques en militant au sein de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF).

De retour au Mali en 1965 avec une licence d’économie en poche – un diplôme qu’il complétera en 1974 avec un MBA en commerce international de l’université Georges-Washington (États-Unis) –, il entame une brève carrière nationale. Après deux années au service de la Banque de la République du Mali, il est recruté par le FMI. D’abord en tant que simple économiste, à Washington. Puis, après un passage à N’Djamena, où il occupe la fonction de représentant-résident entre 1975 et 1977, il revient au siège comme économiste principal et, enfin, chef de division du département Afrique.

C’est alors qu’il entame une seconde carrière internationale, à Dakar cette fois, où il assume à partir de 1985 de hautes fonctions à la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) : conseiller du gouverneur, directeur central des relations internationales, secrétaire chargé de la politique monétaire et, en 1992, directeur national pour le Mali. Un retour au bercail qui n’est pas sans arrière-pensées politiques puisqu’en 1996, un an après avoir fait valoir ses droits à la retraite de la BCEAO, il est nommé conseiller spécial du président Alpha Oumar Konaré, dont il devient le Premier ministre quatre ans plus tard.

Le Mali est alors plongé dans une profonde crise financière due à la chute des cours du coton et de l’or, les deux piliers de l’économie. Sidibé parvient à maintenir les grands équilibres macroéconomiques, à payer les fonctionnaires et à assurer les préparatifs de la CAN 2002. Et c’est pour avoir les mains libres dans la course à la succession de Konaré, dont on dit qu’il a la bénédiction, qu’il démissionne de son poste en mars 2002. Mais faute d’avoir obtenu l’investiture de son parti, l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), et dépourvu d’un appui sans équivoque de son mentor supposé, il ne récolte que 2 % des suffrages. Un échec qui ne mettra pourtant pas fin aux grandes ambitions que cet enfant de Bafoulabé avait pour son pays. Que la terre lui soit légère.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique. Par[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Ebola : la France étend ses contrôles aux vols en provenance du Mali

La France a renforcé samedi son dispositif de lutte contre Ebola en étendant ses contrôles de santé, déjà en vigueur pour les passagers des vols directs en provenance de Guinée,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers