Extension Factory Builder

Adieu à Mandé Sidibé

08/09/2009 à 12:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L’ancien Premier ministre malien est décédé le 25 août à Paris à l’âge de 69 ans.

Juste au début du mois de ramadan, un véritable concert de louanges s’est élevé à Bamako pour saluer la mémoire de Mandé Sidibé, ex-Premier ministre du Mali (2000-2002) et président depuis 2006 du conseil d’administration d’Ecobank, groupe bancaire panafricain où il était entré trois ans plus tôt. Le frère aîné de Modibo Sidibé (actuel chef du gouvernement malien) souffrait d’une maladie cardiaque pour laquelle il avait été hospitalisé à l’Hôpital américain de Paris quelques jours avant d’y décéder, le 25 août, à l’âge de 69 ans. Amis, familiers, contempteurs, rivaux… Tous saluent l’exemplarité, la courtoisie et la discrétion d’un homme qui avait très tôt choisi l’économie pour servir son pays, même s’il avait effectué la plus grande partie de sa carrière à l’étranger.

 

Fils de Mamadou Sidibé, un officier de l’armée française qui deviendra, le 22 septembre 1960, le premier capitaine du Mali indépendant, Mandé naît le 20 janvier 1940 à Bafoulabé, près de Kayes (Sud-Ouest), dans une famille qui comptera bientôt six enfants. Encadrés par un père aussi exigeant qu’érudit, ils feront de brillantes études et deviendront, sinon Premier ministre, du moins médecin, dentiste ou encore directrice d’école.

À l’instar d’une grande partie de l’élite politique ­malienne, Mandé Sidibé commence ses études au lycée Terrasson-de-Fougères de Bamako (rebaptisé lycée Askia-Mohamed). En 1960, cap vers la France, à Bordeaux plus précisément, où il passe son bac avant d’intégrer la faculté de droit et de sciences économiques de Paris. Il effectue alors ses premières armes politiques en militant au sein de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF).

De retour au Mali en 1965 avec une licence d’économie en poche – un diplôme qu’il complétera en 1974 avec un MBA en commerce international de l’université Georges-Washington (États-Unis) –, il entame une brève carrière nationale. Après deux années au service de la Banque de la République du Mali, il est recruté par le FMI. D’abord en tant que simple économiste, à Washington. Puis, après un passage à N’Djamena, où il occupe la fonction de représentant-résident entre 1975 et 1977, il revient au siège comme économiste principal et, enfin, chef de division du département Afrique.

C’est alors qu’il entame une seconde carrière internationale, à Dakar cette fois, où il assume à partir de 1985 de hautes fonctions à la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) : conseiller du gouverneur, directeur central des relations internationales, secrétaire chargé de la politique monétaire et, en 1992, directeur national pour le Mali. Un retour au bercail qui n’est pas sans arrière-pensées politiques puisqu’en 1996, un an après avoir fait valoir ses droits à la retraite de la BCEAO, il est nommé conseiller spécial du président Alpha Oumar Konaré, dont il devient le Premier ministre quatre ans plus tard.

Le Mali est alors plongé dans une profonde crise financière due à la chute des cours du coton et de l’or, les deux piliers de l’économie. Sidibé parvient à maintenir les grands équilibres macroéconomiques, à payer les fonctionnaires et à assurer les préparatifs de la CAN 2002. Et c’est pour avoir les mains libres dans la course à la succession de Konaré, dont on dit qu’il a la bénédiction, qu’il démissionne de son poste en mars 2002. Mais faute d’avoir obtenu l’investiture de son parti, l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), et dépourvu d’un appui sans équivoque de son mentor supposé, il ne récolte que 2 % des suffrages. Un échec qui ne mettra pourtant pas fin aux grandes ambitions que cet enfant de Bafoulabé avait pour son pays. Que la terre lui soit légère.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar Ke&[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Mali : l'armée française annonce avoir tué Ahmed Tilemsi, ex-chef militaire du Mujao

L'armée française a annoncé jeudi avoir tué Ahmed Tilemsi, ex-chef militaire du Mujao, dans une opération près de Gao, au nord du Mali. Proche de Mokhtar Belmokhtar, avec lequel il a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers