Extension Factory Builder

Nouréini Tidjani-Serpos, un « humaniste militant » à la conquête de l'Unesco

11/08/2009 à 14:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Poète, « humaniste militant » et actuel sous-directeur général de l’Unesco chargé de l’Afrique, le diplomate béninois briguera, en octobre, la succession du Japonais Koïchiro Matsuura à la tête de l’organisation.

L’homme est souriant, chaleureux, enthousiaste. Dernier candidat déclaré à la direction générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) en remplacement du Japonais Koïchiro Matsuura, dont le mandat s’achève en septembre, le Béninois Nouréini Tidjani-Serpos (63 ans) ne doute pas une seconde de troquer prochainement son statut d’outsider contre celui de « candidat naturel ». Docteur ès lettres, poète et « humaniste militant », « NTS », comme on le surnomme, explique à qui veut l’entendre que, loin de le desservir, son expérience d’homme d’appareil est un gage de compétence pour diriger l’agence onusienne. « Étant de la maison, je serai immédiatement opérationnel », dit-il. Ancien exilé politique au Nigeria et fonctionnaire à l’Unesco depuis 1995, il se définit comme « un homme de vérité, de liberté et de justice ».

 

Rappelant le rôle clé de l’organisation onusienne, dont le siège est à Paris, dans la préservation de l’environnement (notamment par le biais de la Commission océanographique intergouvernementale), NTS jure : « Mon Unesco à moi, c’est de transmettre à nos enfants une planète propre, pas un cimetière. »

Autre priorité affichée : la transmission des connaissances. Le candidat béninois veut « une organisation qui aide les enfants à devenir un jour des producteurs de savoir ». Or près de 1 milliard d’êtres humains ne sont jamais allés à l’école. D’où la nécessité absolue de se « focaliser sur les questions d’éducation ».

Ancien sous-directeur général du département Afrique de l’organisation, NTS, qui se présente comme « ancien ministre des Affaires étrangères de l’Unesco », n’oublie pas ses racines, ce « continent-passerelle » où il est né. Selon une règle tacite, la direction de l’Unesco devrait échoir, en octobre, à un candidat africain ou arabe. Même s’il ne bénéficie pas du soutien officiel de l’Union africaine, qui a pris position pour Farouk Hosni, le ministre égyptien de la Culture, NTS jure que sa candidature, annoncée au mois de mai, juste avant l’expiration du délai légal, n’est « pas retirable ». « Mon pays, le Bénin, est décidé à aller jusqu’au bout pour me soutenir, croit-il savoir. Chaque voix comptera, et nul ne peut prédire aujourd’hui le verdict des urnes, en septembre. » Il enchaîne par quelques vers de son cru :

« Les rébellions des miens

Ont construit en moi

La demeure où les Grands Initiés

Se rencontrent pour bâtir

La cité de la paix et de la tolérance. »

Nouréini Tidjani-Serpos n’omet pas de saluer l’action africaine de l’ancien président français Jacques Chirac, dont la fondation s’est, dit-il, « précieusement » engagée dans la sauvegarde des langues rares. L’un des nombreux défis que l’Unesco devra relever. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Bénin

Angélique Kidjo : 'Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique'

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Photographie : Samuel Fosso, un dandy à Cotonou

La Fondation Zinsou présente, jusqu'à fin juillet, des autoportraits du photographe Samuel Fosso. À découvrir également, les clichés en noir et blanc - moins connus - de ses[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Christian Djohossou alias "Le R" : informatique et liberté (de rapper)

D'origine béninoise, ce jeune rappeur installé au Canada reste à l'écoute des rythmes de l'Afrique et de la rumeur de ses guerres.[...]

Orange - DGSE : Africains, téléphonez, la France vous espionne !

Grâce à un "implant espion", la France est soupçonnée d’avoir mis en place depuis 2009 une vaste opération de piratage informatique notamment en Côte d'Ivoire et en[...]

Retombées radioactives sans retombées médiatiques

Le vent des années 60 a transporté un nuage radioactif, après un essai nucléaire français en Algérie. Mais qui sème le vent ne récolte pas toujours la tempête.[...]

Nucléaire : révélations sur les retombées radioactives de la bombe A française en Afrique

Des documents récemment déclassifiés par le ministère français de la Défense apportent un éclairage nouveau sur l'étendue des retombées radioactives des essais[...]

Vidéos : Cotonou, Le Cap, Antananarivo, Sfax... l'Afrique est "Happy"!

Les bonnes vibrations du tube de Pharell Williams, "Happy", se répandent tout autour de la planète. De Tunis au Cap en passant par Cotonou et Antananarivo, les internautes se mettent en scène en[...]

Bénin - Affaire Talon : les couteaux sont tirés

Le Bénin s'apprête à s'adresser directement à la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, pour obtenir un procès de Patrice Talon pour tentative d'empoisonnement de Boni[...]

Bénin : les béni-oui-oui de Boni Yayi

Lui-même pasteur d'une Église de Cotonou, le chef de l'État béninois, Boni Yayi, s'est entouré de ministres qui partagent ses convictions religieuses.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces