Extension Factory Builder

Nouréini Tidjani-Serpos, un « humaniste militant » à la conquête de l'Unesco

11/08/2009 à 14:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Poète, « humaniste militant » et actuel sous-directeur général de l’Unesco chargé de l’Afrique, le diplomate béninois briguera, en octobre, la succession du Japonais Koïchiro Matsuura à la tête de l’organisation.

L’homme est souriant, chaleureux, enthousiaste. Dernier candidat déclaré à la direction générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) en remplacement du Japonais Koïchiro Matsuura, dont le mandat s’achève en septembre, le Béninois Nouréini Tidjani-Serpos (63 ans) ne doute pas une seconde de troquer prochainement son statut d’outsider contre celui de « candidat naturel ». Docteur ès lettres, poète et « humaniste militant », « NTS », comme on le surnomme, explique à qui veut l’entendre que, loin de le desservir, son expérience d’homme d’appareil est un gage de compétence pour diriger l’agence onusienne. « Étant de la maison, je serai immédiatement opérationnel », dit-il. Ancien exilé politique au Nigeria et fonctionnaire à l’Unesco depuis 1995, il se définit comme « un homme de vérité, de liberté et de justice ».

 

Rappelant le rôle clé de l’organisation onusienne, dont le siège est à Paris, dans la préservation de l’environnement (notamment par le biais de la Commission océanographique intergouvernementale), NTS jure : « Mon Unesco à moi, c’est de transmettre à nos enfants une planète propre, pas un cimetière. »

Autre priorité affichée : la transmission des connaissances. Le candidat béninois veut « une organisation qui aide les enfants à devenir un jour des producteurs de savoir ». Or près de 1 milliard d’êtres humains ne sont jamais allés à l’école. D’où la nécessité absolue de se « focaliser sur les questions d’éducation ».

Ancien sous-directeur général du département Afrique de l’organisation, NTS, qui se présente comme « ancien ministre des Affaires étrangères de l’Unesco », n’oublie pas ses racines, ce « continent-passerelle » où il est né. Selon une règle tacite, la direction de l’Unesco devrait échoir, en octobre, à un candidat africain ou arabe. Même s’il ne bénéficie pas du soutien officiel de l’Union africaine, qui a pris position pour Farouk Hosni, le ministre égyptien de la Culture, NTS jure que sa candidature, annoncée au mois de mai, juste avant l’expiration du délai légal, n’est « pas retirable ». « Mon pays, le Bénin, est décidé à aller jusqu’au bout pour me soutenir, croit-il savoir. Chaque voix comptera, et nul ne peut prédire aujourd’hui le verdict des urnes, en septembre. » Il enchaîne par quelques vers de son cru :

« Les rébellions des miens

Ont construit en moi

La demeure où les Grands Initiés

Se rencontrent pour bâtir

La cité de la paix et de la tolérance. »

Nouréini Tidjani-Serpos n’omet pas de saluer l’action africaine de l’ancien président français Jacques Chirac, dont la fondation s’est, dit-il, « précieusement » engagée dans la sauvegarde des langues rares. L’un des nombreux défis que l’Unesco devra relever. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Bénin

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de Coton[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Bénin : la Cour constitutionnelle met fin au débat sur un éventuel troisième mandat de Boni Yayi

Dans une décision rendue le 20 novembre, la Cour constitutionnelle s'est prononcée contre toute révision de la Constitution permettant au président béninois, Thomas Boni Yayi, de briguer un[...]

Bénin - Togo : dans les petites localités, le virus Ebola inquiète

Partout en Afrique de l’Ouest, les campagnes de prévention contre l’épidémie d'Ebola s’intensifient surtout dans les capitales et les grandes villes. Mais la contagion ne partant presque[...]

Carole et Glwadys Tawema, la vogue ethnique de Karethic

Grâce au beurre de karité, ces deux Béninoises installées en France entendent surfer sur la mode des produits bio pour appuyer le développement du nord de leur pays.[...]

Bloomfield va noter six filiales de Bank of Africa

L'agence de notation Bloomfield Investment a été désignée par le groupe Bank of Africa pour noter six de ses filiales au Sénégal, en côte d'Ivoire, au Bénin, au Mali, au Niger[...]

Hydrocarbures : Ouest-Africains, ne comptez pas sur le pipeline !

Censé alimenter le Bénin, le Togo et le Ghana, le gazoduc d'Afrique de l'Ouest ne tient pas ses promesses. Des dysfonctionnements qui commencent à avoir un réel impact sur les économies[...]

Bénin : l'opposition défile à Cotonou pour réclamer la tenue des élections municipales

Plusieurs milliers de Béninois ont manifesté mercredi à Cotonou, à l’appel de la Plateforme des forces démocratiques (opposition), pour exiger du gouvernement l’organisation des[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers