Extension Factory Builder

Jean Ping nous rend visite

03/08/2009 à 17:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean Ping nous a rendu visite à l'occasion de la sortie de son livre Jean Ping nous a rendu visite à l'occasion de la sortie de son livre © Bruno Levy pour J.A

Président de la Commission de l’Union africaine

À l’occasion de la sortie parisienne de son livre* Et l’Afrique brillera de mille feux, Jean Ping, 67 ans, président de la Commission de l’Union africaine, nous a rendu visite le 29 juillet. Cela tombait fort bien en cette période où l’actualité africaine est dominée par la présidentielle au Gabon. Le regard et l’analyse de celui qui fut longtemps le chef de la diplomatie de ce pays (entre janvier 1999 et février 2008) et le confident de feu Omar Bongo Ondimba sont forcément très utiles pour mieux comprendre les ressorts de la société gabonaise, mais aussi les profils et les arguments des candidats au scrutin du 30 août.

Pourtant, même si son pays vit une étape cruciale de son histoire, Jean Ping a d’autres centres d’intérêt. Sa longue expérience diplomatique et les responsabilités continentales qui sont les siennes font immanquablement dériver la conversation vers d’autres horizons : l’impasse politique à Madagascar, en Guinée et au Niger ; le processus électoral et la sortie de crise en Mauritanie ; le Darfour et le mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale à l’encontre du Soudanais Omar Hassan el-Béchir ; le drame somalien ; le casse-tête que constitue la région des Grands Lacs…

 

Ping évoque aussi les difficultés auxquelles un président de la Commission de l’UA est inévitablement confronté : les pesanteurs bureaucratiques ; les démêlés avec le président en exercice, l’encombrant Mouammar Kadhafi, peu respectueux des textes et des règlements de l’organisation, et qui n’hésite pas à le convoquer à Syrte pour un oui ou pour un non… Précisons quand même que le « Guide » libyen lui envoie un avion à Addis-Abeba et lui épargne de faire antichambre avant de le recevoir…

Pendant les sommets de l’organisation, la gestion des ego et des humeurs présidentiels ne sont pas une sinécure, raconte le président de la Commission. L’établissement du consensus préalable à toute prise de décision ou à l’adoption d’une résolution non plus. À « l’afropessimisme », Ping préfère à l’évidence « l’afroréalisme ». Il parle autant des conflits en cours que des avancées institutionnelles obtenues par l’UA ou de la coopération avec les cinq organisations sous-régionales du continent.

Ses propos fourmillent d’anecdotes savoureuses. Comme son livre, d’ailleurs, qu’il a commencé à écrire à l’époque où il présidait l’Assemblée générale des Nations unies. L’ouvrage se veut un plaidoyer en faveur de l’intégration africaine, nécessité absolue pour que le continent « brille enfin de mille feux ». L’histoire commence aux premiers jours des indépendances, par ce qu’il appelle plaisamment une « marche de l’écrevisse ». Elle s’est poursuivie jusqu’au renouveau du panafricanisme qui marque ce début de millénaire.

Jean Ping rappelle les effets néfastes de la guerre froide, de la perte de souveraineté consécutive à l’application des plans d’ajustement structurel concoctés par les institutions financières internationales, ou encore du droit d’ingérence humanitaire. Son livre est une lecture instructive pour l’été. En attendant la grande interview qu’il a promis de nous accorder avant le sommet UA-Amérique latine, à Caracas, au mois de septembre.

 

* Et l'Afrique brillera de mille feux, Ed. L'Harmattan, collection « Grandes figures d'Afrique », juin 2009, 28 euros.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Continental

Pour MSF, 'le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola'

Pour MSF, "le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola"

Médecins sans frontières (MSF) a estimé mardi que "six mois après son début, le monde est en train de perdre la bataille contre la pire épidémie d'Ebola de l'histoire".[...]

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex