Extension Factory Builder

Neil Armstrong

27/07/2009 à 14:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Premier homme à avoir marché sur la Lune, il y a quarante ans.

Le 20 juillet 1969, il a été le premier homme à poser le pied sur la Lune. Depuis, Neil Armstrong, qui fêtera ses 79 ans le 30 août, est une légende vivante, l’homme qui triompha de l’ours soviétique dans la course aux étoiles, au temps de la guerre froide. Ingrats, de nombreux Américains voient pourtant en lui une sorte d’antihéros. Sans doute parce que, se souciant comme d’une guigne de sa communication, il fuit les journalistes comme la peste. Depuis son exploit et l’accès de fièvre planétaire qui s’est ensuivi, Armstrong s’astreint à la discrétion. Il a certes fini par autoriser la parution d’une biographie, mais c’était en 2005, trente-six ans après son odyssée lunaire ! Lors de ses rares apparitions médiatiques, nulle trace de lyrisme. Il ânonne ses propos comme s’il présentait un rapport technique devant ses confrères de la Nasa. Le grand public a fini par se lasser.

Star absolue, il peut se promener dans n’importe quelle ville de la Terre – sur la Lune, on ne sait pas – sans risque d’être reconnu. Il y a à cela une raison simple : les images qui circulent depuis quarante ans sont celles de Buzz Aldrin, son compagnon d’Apollo 11, le deuxième homme à s’être ébattu dans la mer de la Tranquillité. Car c’est Neil Armstrong qui tenait la caméra. Et comme il protège farouchement sa vie privée et s’est toujours gardé des mondanités…

 

Son refus de se mettre en avant n’est pas le fruit d’un calcul. La gloire de son exploit, il tient à la faire rejaillir sur les centaines de milliers de personnes qui participèrent au projet Apollo. Une machine incroyablement complexe.

Dans son n° 448 (5-11 août 1969), Jeune Afrique avait consacré à l’expédition un dossier spécial. On y apprend que, lancée par une fusée Saturne, la capsule Apollo était constituée de 7 millions de pièces détachées, produites par quelque 20 000 entreprises. Dans l’une de ses rares interviews, Armstrong révèle la clé de la réussite du projet Apollo : « Chaque gars devant son plan de travail, chaque assembleur, chaque inspecteur, chaque testeur, chaque manipulateur d’outils ou de clés dynamométriques, homme ou femme, s’est dit que si quelque chose devait se détraquer, ce ne serait pas à cause de lui. Parce qu’il aura fait tout ce qui est nécessaire, et même davantage, sur la pièce dont il est chargé. »

Autre trait de caractère qui exaspère nombre d’Américains : le désintéressement d’Armstrong. Jamais il n’a cherché à tirer profit de sa formidable renommée. Deux ans après son exploit, il quitte la Nasa. Les plus prestigieuses universités américaines lui font des offres mirobolantes, qu’il décline, préférant rejoindre la modeste université de son Ohio natal. Et il ne cache pas son agacement quand il découvre son effigie au fronton de quelque bâtiment officiel. En 1979, à l’occasion du dixième anniversaire du premier « Moonwalk », son unique expérience publicitaire – un spot pour le constructeur automobile Chrysler – tourne court. L’utilisation abusive de son nom à des fins commerciales le révulse.

 

Un jour, son coiffeur a la mauvaise idée de conserver une mèche de ses cheveux pour la revendre sur Internet. L’opération lui rapporte environ 3 000 dollars. Armstrong lui intente un procès, exige la restitution de la mèche ou, à défaut, le versement de la somme à une organisation de bienfaisance. Dans l’incapacité de récupérer la mèche, l’indélicat barbier sera contraint de faire un don à un orphelinat de l’Ohio…

S’agissant de sa célèbre formule, « un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité », l’astronaute jure qu’elle ne lui a pas été dictée par le service de communication de la Nasa, mais qu’elle est le produit de sa propre réflexion.

Quarante ans après son expédition lunaire, Neil Armstrong retrouve, sans doute à contrecœur, les feux de la rampe. Reçu à la Maison Blanche par Barack Obama, il a paraphrasé le slogan de campagne de ce dernier, « Yes We Can », pour inciter la classe politique à ne pas sacrifier les programmes spatiaux. Si l’homme a fini par marcher sur la Lune, l’objectif reste, selon lui, de se dégourdir un jour les jambes sur Mars.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

International

Allemagne, la crise d'asthme

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou obstina[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Depuis dix ans, les ventes de camions chinois explosent. Pour répondre à la demande, les constructeurs commencent à implanter des usines d'assemblage. Les marques européennes contre-attaquent en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers