Extension Factory Builder

Saïd Bouziri, une conscience de l'immigration

21/07/2009 à 14:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Installé en France depuis 1966, ce Tunisien s’est battu toute sa vie en faveur des étrangers vivant dans l’Hexagone.

Trésorier national de la Ligue des droits de l’homme (LDH), Saïd Bouziri, 62 ans, est décédé à Paris le 23 juin. Peu connu du grand public, ce Tunisien arrivé en France en 1966 a fait partie de cette première génération d’étudiants maghrébins qui ont découvert la réalité de ceux que l’on appelle alors les travailleurs immigrés, vivant en marge de la société et inexistants sur le plan politique. C’est à l’affirmation de cette présence politique que Saïd aura consacré une vie militante d’une richesse rare.

Au début des années 1970, Saïd Bouziri participe à la fondation des Comités Palestine et du Mouvement des travailleurs arabes, puis du Comité de défense de la vie et des droits des travailleurs immigrés. La grève de la faim qu’il mène avec son épouse Faouzia en février 1972 pour protester contre une mesure d’expulsion suscite la sympathie des grands intellectuels français. Titulaire des années durant d’un titre de séjour provisoire renouvelable tous les mois, Saïd Bouziri se lance dans l’organisation de grèves de la faim pour la régularisation, avant d’appeler, en septembre 1973, à une grève générale des immigrés contre les crimes racistes.

C’est aussi l’époque où Saïd Bouziri et ses compagnons présentent un candidat immigré symbolique à l’élection présidentielle de 1974. Grâce à René Dumont, candidat écologiste, et Alain Krivine, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire, ce discours, hérétique pour l’époque, passe à la télévision.

Durant la seconde moitié des années 1970, Saïd Bouziri milite pour l’essentiel dans le quartier de Paris qu’il a habité jusqu’à son décès, la Goutte d’Or, et participe activement au mouvement de grève des loyers des foyers Sonacotra. Cofondateur des journaux Sans Frontière puis Baraka, il est un pionnier des radios libres : en juin 1981, il crée avec ses amis Radio Soleil Goutte d’Or. À la veille des élections municipales de mars 1983, qui voient émerger le Front national, il participe au Collectif des droits civiques, premier regroupement visant à inciter les jeunes d’origine étrangère à s’inscrire sur les listes électorales, et contribue à la préparation de la fameuse marche des Beurs de 1983.

Saïd Bouziri participe en 1987 à la création de l’association Génériques, qui a organisé en 1989 la première exposition sur l’histoire de l’immigration en France et a réalisé depuis un travail unique : un inventaire de toutes les sources de l’histoire de l’immigration, publié en quatre tomes de plus de 4 000 pages.

Responsable de la Commission immigrés de la LDH puis trésorier national, Saïd Bouziri a animé jusqu’à ses derniers moments la campagne en faveur de l’octroi du droit de vote aux étrangers aux élections locales.

Le 11 juin dernier, il inaugurait à Lyon une grande exposition, « Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France », qui sera présentée à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, à Paris, à partir du 17 novembre prochain.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers