Extension Factory Builder

Saïd Bouziri, une conscience de l'immigration

21/07/2009 à 14:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Installé en France depuis 1966, ce Tunisien s’est battu toute sa vie en faveur des étrangers vivant dans l’Hexagone.

Trésorier national de la Ligue des droits de l’homme (LDH), Saïd Bouziri, 62 ans, est décédé à Paris le 23 juin. Peu connu du grand public, ce Tunisien arrivé en France en 1966 a fait partie de cette première génération d’étudiants maghrébins qui ont découvert la réalité de ceux que l’on appelle alors les travailleurs immigrés, vivant en marge de la société et inexistants sur le plan politique. C’est à l’affirmation de cette présence politique que Saïd aura consacré une vie militante d’une richesse rare.

Au début des années 1970, Saïd Bouziri participe à la fondation des Comités Palestine et du Mouvement des travailleurs arabes, puis du Comité de défense de la vie et des droits des travailleurs immigrés. La grève de la faim qu’il mène avec son épouse Faouzia en février 1972 pour protester contre une mesure d’expulsion suscite la sympathie des grands intellectuels français. Titulaire des années durant d’un titre de séjour provisoire renouvelable tous les mois, Saïd Bouziri se lance dans l’organisation de grèves de la faim pour la régularisation, avant d’appeler, en septembre 1973, à une grève générale des immigrés contre les crimes racistes.

C’est aussi l’époque où Saïd Bouziri et ses compagnons présentent un candidat immigré symbolique à l’élection présidentielle de 1974. Grâce à René Dumont, candidat écologiste, et Alain Krivine, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire, ce discours, hérétique pour l’époque, passe à la télévision.

Durant la seconde moitié des années 1970, Saïd Bouziri milite pour l’essentiel dans le quartier de Paris qu’il a habité jusqu’à son décès, la Goutte d’Or, et participe activement au mouvement de grève des loyers des foyers Sonacotra. Cofondateur des journaux Sans Frontière puis Baraka, il est un pionnier des radios libres : en juin 1981, il crée avec ses amis Radio Soleil Goutte d’Or. À la veille des élections municipales de mars 1983, qui voient émerger le Front national, il participe au Collectif des droits civiques, premier regroupement visant à inciter les jeunes d’origine étrangère à s’inscrire sur les listes électorales, et contribue à la préparation de la fameuse marche des Beurs de 1983.

Saïd Bouziri participe en 1987 à la création de l’association Génériques, qui a organisé en 1989 la première exposition sur l’histoire de l’immigration en France et a réalisé depuis un travail unique : un inventaire de toutes les sources de l’histoire de l’immigration, publié en quatre tomes de plus de 4 000 pages.

Responsable de la Commission immigrés de la LDH puis trésorier national, Saïd Bouziri a animé jusqu’à ses derniers moments la campagne en faveur de l’octroi du droit de vote aux étrangers aux élections locales.

Le 11 juin dernier, il inaugurait à Lyon une grande exposition, « Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France », qui sera présentée à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, à Paris, à partir du 17 novembre prochain.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Rajaâ Cherkaoui El Moursli : "Il faut commencer très tôt à intéresser les filles aux matières scientifiques"

La physicienne marocaine Rajaâ Cherkaoui El Moursli a remporté le prix de la fondation L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science, zone Afrique et États arabes. Une belle récompense pour cette[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers