Extension Factory Builder

Patrick Boevi Lawson-Banku

15/07/2009 à 17:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À l’approche de la présidentielle, le député et vice-président de l’Union des forces de changement (UFC), le parti de Gilchrist Olympio, explique pourquoi les deux principaux camps de l’opposition parlementaire ont décidé de faire front commun.

Jeune Afrique : L’opposition présentera-t-elle un candidat unique en 2010 ?

Patrick Boevi Lawson-Banku : Les tractations sont en cours avec d’autres formations, notamment avec le CAR, le Comité d’action pour le renouveau, pour effectivement dégager une candidature unique.

 

Votre candidat, Gilchrist Olympio, peut-il concourir normalement ?

Il réside au Togo. Le seul critère qui pose encore un problème est le quitus fiscal, qui ne figure pas dans la Constitution, mais dans le code électoral. Tous les juristes vous diront que cette mesure est anticonstitutionnelle, mais le pouvoir continue de chercher à censurer la candidature de certains à travers des lois taillées sur mesure.

 

N’est-il pas l’homme du passé ?

Il y a eu des débats au sein de l’UFC, et, au final, tout le monde s’est rassemblé sur son nom. Il est le visage historique de ce parti et représente des années de lutte, parfois violente. En quoi est-il l’homme du passé ? Ce n’est pas la jeunesse qui fait le combat. Le chef de l’État est jeune. A-t-il changé ce pays ?

 

Les autres partis de l’opposition sont-ils légitimes à vos yeux ?

Sont opposants ceux qui ne sont pas au gouvernement et qui œuvrent à l’alternance.

 

Que vous inspire la reprise de la coopération internationale avec le Togo ?

Elle justifie un bilan, mais c’est du pipeau. Compte tenu des conditions dans lesquelles Faure Gnassingbé est arrivé au pouvoir en 2005, on attendait bien mieux. Rien n’est perceptible sur le terrain. L’Assemblée nationale, qui n’a aucune orthodoxie financière, approuve des dépenses somptuaires. Le budget de l’État n’est pas contrôlé. La Cour des comptes, qui vient d’être nommée, est une coquille vide.

 

L’UFC passe pour le parti du refus permanent…

Nous ne sommes pas là pour aider un parti à mettre en place une stratégie visant à le maintenir au pouvoir indéfiniment et par tous les moyens. Ce régime est incapable de donner une lueur d’espoir aux Togolais. Ne comptez pas sur nous pour le cautionner.

 

Êtes-vous confiant pour le prochain scrutin ?

Un régime qui est au pouvoir depuis quarante ans ne le rendra pas sur un plateau. La transparence dépendra de sa volonté d’accélérer les réformes institutionnelles et constitutionnelles en cours, notamment le code électoral, les conditions d’éligibilité des membres, la Ceni et le rôle de la Haute Autorité de la communication dans la répartition du temps de parole des candidats.

 

Portez-vous l’installation de la Commission vérité, justice et réconciliation au crédit du gouvernement ?

Ce n’est pas parce que nous avons passé la Pentecôte qu’un esprit sain est tombé sur cette commission ! Elle est certes dirigée par un prélat. Mais ses membres sont, là aussi, contestables, notamment sa vice-présidente, qui n’est autre que l’ancienne présidente de la Commission électorale lors de la présidentielle de 2005. On ne peut être à la fois juge et partie.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Togo

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Togo : Faure Gnassingbé officiellement en lice pour un troisième mandat

Les délégués de l'Unir (parti au pouvoir au Togo) ont officiellement investi mercredi le président Faure Gnassingbé comme candidat à l’élection présidentielle. Un[...]

Togo : l'élection présidentielle, c'est pour le 15 avril

Au Togo, l’élection présidentielle se tiendra le 15 avril. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement mardi lors du Conseil des ministres.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Togo : et le candidat du parti au pouvoir pour la présidentielle est...

Les délégués du parti au pouvoir, l'Union pour la République (Unir), doivent se retrouver mercredi à Kara (nord du Togo) pour désigner leur candidat à la présidentielle qui[...]

Togo : grogne des agents de la fonction publique à deux mois de la présidentielle

Le front social est tendu au Togo à quelques semaines de l’élection présidentielle. Des mouvements d'humeurs, principalement dans les secteurs clés de la santé et de l'éducation, ont[...]

Décès d'André Brink : aîné, tu peux dormir

André Brink, je l'évoquerai en cinq lieux, dans le désordre voulu.[...]

Togo : le parti au pouvoir remplace ses membres à la Commission électorale

L’Union pour la république (Unir), parti au pouvoir, a remplacé ce vendredi ses cinq délégués à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Cette annonce[...]

Togo : les avocats de Kpatcha Gnassingbé réclament sa libération

Bientôt six ans que Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du chef de l’État togolais, est détenu dans le cadre d'une affaire de "complot contre la sûreté de l'État".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers