Extension Factory Builder

Gilbert Houngbo : « Le pays ne peut se payer le luxe d'une nouvelle crise »

15/07/2009 à 17:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le président Faure Gnassingbé a choisi de laisser les coudées franches à un homme au franc-parler. Nommé en septembre dernier, l’ancien directeur Afrique du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) concentre plus de pouvoirs qu’aucun de ses prédécesseurs à la primature.

Jeune Afrique : Pour une majorité de Togolais, le retour de la communauté internationale ne se concrétise pas. Que leur répondez-vous ?

Gilbert Houngbo : Qu’ils ont raison et que je les comprends. Notre travail et les résultats obtenus ne sont pas encore perceptibles au point que la population s’en rende compte et que cela se ressente dans le panier de la ménagère. D’autant que la situation économique était très dégradée. Le Togo est un sous-marin qui remonte lentement à la surface.

Il faut aussi que les Togolais comprennent que la matérialisation de l’aide approuvée en 2008, lors de la conférence des bailleurs de fonds, répond à de longues procédures.

 

Ces efforts sont-ils contrariés par la conjoncture internationale ?

Malheureusement oui. En 2009, la croissance sera de 1,8 %, autant dire une stagnation. Ce contexte difficile survient au moment où nous nous réengageons et tentons d’attirer les investisseurs. Il n’entraîne pas l’annulation de projets, mais leur report… Notre principal souci est la baisse du fret international, qui se traduit par une chute de 20 % à 30 % du trafic au port de Lomé par rapport à 2008 et, donc, par un déclin des taxes perçues par l’État.

 

Quelles sont vos priorités pour l’économie ?

Actuellement, nous mettons en place les conditions qui permettent d’attirer l’investissement étranger, le seul susceptible, à nos yeux, de relancer la croissance. C’est le cas dans le domaine de l’énergie, avec l’entreprise américaine ContourGlobal, mais aussi dans les phosphates et le coton, où la situation était catastrophique. Nous allons réinvestir dans les infrastructures. C’est un travail de fond.

 

Confirmez-vous l’ouverture prochaine du secteur des télécommunications ?

Des experts étudient la question. Ce secteur est très porteur, mais nous voulons nous assurer que cette ouverture sera une valeur ajoutée pour les consommateurs, entendez une meilleure qualité de service, une diminution des tarifs et des créations d’emplois. Nous ne voulons pas une licence globale pour le plaisir d’avoir un opérateur de plus. Qu’il s’agisse d’un appel d’offres international ou à candidature, nous ferons de toute façon jouer la concurrence pour cette nouvelle licence.

 

L’affaire politico-judiciaire Dupuydauby nuit-elle à l’image du pays ?

L’essentiel est qu’elle n’ait pas d’incidence sur le fonctionnement du port de Lomé, ce qui est le cas puisque les navires accostent normalement. Si je m’en tiens au critère strictement juridique, je dirais que cette affaire est même positive pour le Togo, puisqu’elle est la preuve que notre justice fonctionne normalement, de manière indépendante. Elle a fait son travail et a tranché sereinement sur ce dossier qui traînait depuis plusieurs années. Au-delà, la guerre et les règlements de comptes entre Progosa et ses concurrents ne nous regardent plus.

 

Garantissez-vous une élection présidentielle transparente en 2010 ?

Les législatives de 2007 ont été les premières élections pacifiques de notre histoire. Le minimum que nous puissions faire est d’organiser un scrutin aussi crédible. Pas question pour nous de revenir en arrière. Le Togo n’a aucun intérêt à se retrouver dans une situation de déchirement. Il ne peut se payer le luxe d’une nouvelle crise.

Cependant, nous nous inquiétons du retard pris sur certaines questions, à commencer par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), qui doit être opérationnelle le plus vite possible. Par ailleurs, les acteurs politiques de ce pays doivent trouver la voie de la paix et de la réconciliation, ce qui n’est pas encore le cas.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Interview suivante :
L'Afrique, dernier Far West

Interview précédente :
Patrick Boevi Lawson-Banku

Togo

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Kofi Yamgnane : en France, "quand on est noir, la moindre erreur est impardonnable"

À l'occasion des municipales françaises, l'ancien maire et député franco-togolais Kofi Yamgnane a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique".[...]

Togo : Faure en pole position pour la présidentielle ?

Sur fond de nette amélioration des relations entre le Togo et la communauté internationale, le président Faure Gnassingbé prépare sereinement les prochaines échéances[...]

Photographie : Henri Cartier-Bresson dessillé par l'Afrique

Le célèbre dandy au Leica, mort en 2004, fait l'objet d'une grande rétrospective au Centre Pompidou. Exposé sous toutes ses facettes, Henri Cartier-Bresson reçut la[...]

Ecobank : la justice togolaise accorde un répit à Thierry Tanoh

Une réunion du conseil d'administration de la banque panafricaine Ecobank, qui devait avoir lieu mardi 24 février, a été annulée suite à une injonction d'un actionnaire[...]

Webdocumentaire : suivez le Togo à la lettre

Partez à la découverte du plus petit pays d'Afrique de l'Ouest, à bord du bus de la Poste, et découvrez ses habitants à travers les lettres qu'ils reçoivent.[...]

Retombées radioactives sans retombées médiatiques

Le vent des années 60 a transporté un nuage radioactif, après un essai nucléaire français en Algérie. Mais qui sème le vent ne récolte pas toujours la tempête.[...]

À Tottenham, la renaissance d'un buteur togolais nommé Adebayor

Frappé par le décès de son frère en juillet, écarté du groupe pro de Tottenham en septembre, Emmanuel Adebayor a repris des couleurs depuis le remplacement de l'entraîneur[...]

Ecobank : les adjoints de Tanoh demandent son départ

Selon Reuters, Albert Essien, numéro deux d'Ecobank, a demandé dans un email co-signé par trois autres dirigeants du groupe bancaire le départ de Thierry Tanoh. Les directeurs exécutifs ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers