Extension Factory Builder

Amnon Kapeliouk : mort d'un juste

15/07/2009 à 15:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amnon Kapeliouk, décédé le 26 juin à Jérusalem Amnon Kapeliouk, décédé le 26 juin à Jérusalem © J.L Dolmaire Jeune Afrique

Homme de paix tout autant que professionnel rigoureux, le journaliste israélien n’a jamais cessé de soutenir le combat du mouvement national palestinien.

Amnon Kapeliouk, qui s’est éteint le 26 juin à Jérusalem à l’âge de 78 ans, occupait une place à part dans la presse israélienne. À la fois homme de paix et journaliste rigoureux, il avait été parmi les fondateurs du B’Tselem, qui milite pour les droits de l’homme dans les territoires occupés. Arabisant, il connaissait pour ainsi dire de l’intérieur les arcanes de la résistance palestinienne autant que les méandres de la vie politique israélienne. Collaborateur du Monde et du Monde diplo­matique, il fait penser à ces figures de la presse française, les Claude Bourdet, Robert Barrat et autres Jean Daniel, qui, dans les années 1950, étaient les compagnons de route des nationalistes maghrébins.

Fils d’un émigrant russe, érudit, passionné de littérature arabe, Amnon naît à Jérusalem quand la Palestine est sous mandat britannique. Sur son passeport, on pouvait lire ainsi « Pales­tine » à la place réservée au lieu de naissance. Après des études de philosophie à la Sorbonne, il s’engage dans le journalisme à Al Hamishmar, l’organe du Mapam (gauche). Il ne tardera pas à se distinguer par l’étendue de son information et sa lucidité. Dès 1972, il publie une enquête sur les colonies israéliennes déjà « irréversibles ». Ses ouvrages sont autant de jalons du conflit israélo-arabe et font date : Israël, la fin des mythes (Albin Michel, 1975), Sabra et Chatila, enquête sur un massacre (Le Seuil, 1982), Hébron, un massacre annoncé (Arléa, 1994), Rabin, un assassinat politique (Le Monde éditions, 1996), Arafat l’irréductible (Fayard, 2004).

En août 1982, en plein siège de Beyrouth par l’armée de Sharon, Arafat avait accordé une interview à Kapeliouk. La première du leader palestinien à la presse israélienne. C’est Yedioth Aharonot (et non Al Hamishmar) qui accueille le scoop et désormais son auteur. Un détail : au début de l’entretien, Arafat parle en anglais et Kapeliouk en arabe ; mais quand l’Israélien cite le Coran, on ne parlera plus que dans la langue du Prophète…

Amnon Kapeliouk était un ami de Jeune Afrique, auquel il lui arrivait d’accorder une interview.

J.A. : « Et si Netanyahou se révélait un nouveau Begin ? » A.K. : « On le voit mal démanteler les colonies ou rendre les territoires. » J.A. : « En dehors de la répression, que peut proposer Netanyahou aux Palestiniens ? » A.K. : « Beaucoup de processus et peu de paix ! » J.A. : « Les États-Unis pourraient-ils contraindre Netanyahou à devenir raisonnable ? » A.K. : « Certes, ils en ont les moyens, mais en ont-ils la volonté ? »

Cette interview remonte à juin 1996. Oui, 1996. « Mon seul tort, nous avait-il confié un jour, est de dire la vérité avant les autres. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Moyen-Orient

Le Yémen, l'eau, la guerre

Il y a plus d'une vingtaine d'années, un chercheur canadien, appelons-le Stéphane L., était venu nous rendre visite au centre de recherche où je travaillais alors, à l'École des mi[...]

Yémen : Abd Rabbo Mansour Hadi, sans fleurs ni couronne

Vaincu par la milice chiite houthiste, le président du Yémen a fui le pays. Ce n'est pas la gloire, aux yeux de ses compatriotes...[...]

"Taxi Téhéran" : la caméra sur 4 roues de Jafar Panahi

Depuis qu'Abbas Kiarostami a cessé de tourner en Iran et se fait rare, le cinéma de la République islamique n'a plus qu'un fer de lance capable de s'imposer sur le plan international : Jafar Panahi. [...]

État islamique : vivre le califat

Le seul nom de Daesh, auteur de violentes exactions, suscite la terreur. Mais sur les territoires conquis, le groupe tente aussi de gagner les coeurs et les esprits et de s'imposer en tant qu'État.[...]

Émirats arabes unis : des ouvriers se révoltent et incendient leur chantier

Des ouvriers travaillant à la construction d'un campus universitaire, dans le nord des Émirats arabes unis, se sont révoltés en incendiant une partie des bâtiments de leur chantier. Des[...]

Israël - Palestine : Tony Blair, envoyé spécieux

Chargé de favoriser le processus de paix, il aura surtout profité de sa position pour s'en mettre plein les poches. À la grande consternation des Palestiniens.[...]

Mathieu Guidère : "La compétition d'Aqmi et de l'État islamique en Tunisie est un facteur aggravant"

L'attraction du groupe terroriste de l'État islamique sur les jihadistes africains se fait de plus en plus forte. Décryptage des conséquences de ce phénomène avec l'islamologue Mathieu[...]

Yémen : les rebelles chiites Houthis s'emparent du palais présidentiel à Aden

Nouveau succès militaire des Houthis et leurs alliés au Yémen : les rebelles chiites ont mis la main sur le palais présidentiel de la ville d'Aden jeudi, huit jours après le début de la[...]

Yémen : des dizaines de civils tués dans des frappes de la coalition arabe

Une frappe aérienne de la campagne militaire arabe au Yémen a touché, lundi, un camp de déplacés situé dans le nord-ouest du pays. Des dizaines de civils ont été[...]

Yémen : le jihad des Saoud

D'un côté, une rébellion houthiste soutenue par l'Iran. De l'autre, Tempête décisive, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. Au milieu de ce champ de bataille entre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers