Extension Factory Builder

Amnon Kapeliouk : mort d'un juste

15/07/2009 à 15:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amnon Kapeliouk, décédé le 26 juin à Jérusalem Amnon Kapeliouk, décédé le 26 juin à Jérusalem © J.L Dolmaire Jeune Afrique

Homme de paix tout autant que professionnel rigoureux, le journaliste israélien n’a jamais cessé de soutenir le combat du mouvement national palestinien.

Amnon Kapeliouk, qui s’est éteint le 26 juin à Jérusalem à l’âge de 78 ans, occupait une place à part dans la presse israélienne. À la fois homme de paix et journaliste rigoureux, il avait été parmi les fondateurs du B’Tselem, qui milite pour les droits de l’homme dans les territoires occupés. Arabisant, il connaissait pour ainsi dire de l’intérieur les arcanes de la résistance palestinienne autant que les méandres de la vie politique israélienne. Collaborateur du Monde et du Monde diplo­matique, il fait penser à ces figures de la presse française, les Claude Bourdet, Robert Barrat et autres Jean Daniel, qui, dans les années 1950, étaient les compagnons de route des nationalistes maghrébins.

Fils d’un émigrant russe, érudit, passionné de littérature arabe, Amnon naît à Jérusalem quand la Palestine est sous mandat britannique. Sur son passeport, on pouvait lire ainsi « Pales­tine » à la place réservée au lieu de naissance. Après des études de philosophie à la Sorbonne, il s’engage dans le journalisme à Al Hamishmar, l’organe du Mapam (gauche). Il ne tardera pas à se distinguer par l’étendue de son information et sa lucidité. Dès 1972, il publie une enquête sur les colonies israéliennes déjà « irréversibles ». Ses ouvrages sont autant de jalons du conflit israélo-arabe et font date : Israël, la fin des mythes (Albin Michel, 1975), Sabra et Chatila, enquête sur un massacre (Le Seuil, 1982), Hébron, un massacre annoncé (Arléa, 1994), Rabin, un assassinat politique (Le Monde éditions, 1996), Arafat l’irréductible (Fayard, 2004).

En août 1982, en plein siège de Beyrouth par l’armée de Sharon, Arafat avait accordé une interview à Kapeliouk. La première du leader palestinien à la presse israélienne. C’est Yedioth Aharonot (et non Al Hamishmar) qui accueille le scoop et désormais son auteur. Un détail : au début de l’entretien, Arafat parle en anglais et Kapeliouk en arabe ; mais quand l’Israélien cite le Coran, on ne parlera plus que dans la langue du Prophète…

Amnon Kapeliouk était un ami de Jeune Afrique, auquel il lui arrivait d’accorder une interview.

J.A. : « Et si Netanyahou se révélait un nouveau Begin ? » A.K. : « On le voit mal démanteler les colonies ou rendre les territoires. » J.A. : « En dehors de la répression, que peut proposer Netanyahou aux Palestiniens ? » A.K. : « Beaucoup de processus et peu de paix ! » J.A. : « Les États-Unis pourraient-ils contraindre Netanyahou à devenir raisonnable ? » A.K. : « Certes, ils en ont les moyens, mais en ont-ils la volonté ? »

Cette interview remonte à juin 1996. Oui, 1996. « Mon seul tort, nous avait-il confié un jour, est de dire la vérité avant les autres. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Moyen-Orient

Israël : ces femmes juives en burqa

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Questions simples sur l'Orient compliqué

La pensée unique a toujours accompagné la bataille, comme un poisson parasite sur le dos d'une baleine. Dans le contexte actuel de guerre ouverte entre l'Occident et l'hydre jihadiste, les interrogations - [...]

Une histoire du jihad, l'épisode afghan et la théorie du "jihad total" (#2)

Dans une série d'articles consacrés à l'histoire du jihad, Laurent Touchard revient, pour son deuxième billet, sur l'épisode afghan et la naissance du concept de "jihad total".[...]

L'impossible "État palestinien"

C'est le Moyen-Orient qui sollicite, une fois de plus, notre attention cette semaine. Non pas parce qu'il est le théâtre de conflits armés d'un nouveau genre ou d'atroces guerres civiles. Ni à[...]

Accusée d'adultère, une Syrienne est lapidée par son père et des jihadistes

Une Syrienne a été lapidée par son père et des jihadistes de l'organisation de l'État islamique dans le centre de la Syrie, selon une vidéo publiée mardi sur Youtube. Elle[...]

Forces irakiennes : l'armée des ombres

Désorganisées, mal formées, livrées à elles-mêmes, les forces de sécurité nationales irakiennes essuient déroute sur déroute face aux jihadistes de [...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

L'Occident et "les autres"

La croissance économique y est désormais plus faible que dans le reste du monde et il peine à sortir de la crise qui l'a frappé en 2008. Mais il continue de tenir le volant et de diriger la[...]

Kurdistan Irakien : Daesh, l'ennemi utile

Partenaire privilégié des Occidentaux dans leur guerre contre l'État islamique, le gouvernement autonome kurde n'en manoeuvre pas moins habilement pour tirer son épingle du jeu. Reportage.[...]

Finance : Dubaï est de retour !

Cinq ans après avoir frôlé la faillite, le petit émirat enchaîne les opérations boursières. Son ambition : devenir une passerelle vers l'Afrique et les pays émergents.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers