Extension Factory Builder

Amnon Kapeliouk : mort d'un juste

15/07/2009 à 15:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amnon Kapeliouk, décédé le 26 juin à Jérusalem Amnon Kapeliouk, décédé le 26 juin à Jérusalem © J.L Dolmaire Jeune Afrique

Homme de paix tout autant que professionnel rigoureux, le journaliste israélien n’a jamais cessé de soutenir le combat du mouvement national palestinien.

Amnon Kapeliouk, qui s’est éteint le 26 juin à Jérusalem à l’âge de 78 ans, occupait une place à part dans la presse israélienne. À la fois homme de paix et journaliste rigoureux, il avait été parmi les fondateurs du B’Tselem, qui milite pour les droits de l’homme dans les territoires occupés. Arabisant, il connaissait pour ainsi dire de l’intérieur les arcanes de la résistance palestinienne autant que les méandres de la vie politique israélienne. Collaborateur du Monde et du Monde diplo­matique, il fait penser à ces figures de la presse française, les Claude Bourdet, Robert Barrat et autres Jean Daniel, qui, dans les années 1950, étaient les compagnons de route des nationalistes maghrébins.

Fils d’un émigrant russe, érudit, passionné de littérature arabe, Amnon naît à Jérusalem quand la Palestine est sous mandat britannique. Sur son passeport, on pouvait lire ainsi « Pales­tine » à la place réservée au lieu de naissance. Après des études de philosophie à la Sorbonne, il s’engage dans le journalisme à Al Hamishmar, l’organe du Mapam (gauche). Il ne tardera pas à se distinguer par l’étendue de son information et sa lucidité. Dès 1972, il publie une enquête sur les colonies israéliennes déjà « irréversibles ». Ses ouvrages sont autant de jalons du conflit israélo-arabe et font date : Israël, la fin des mythes (Albin Michel, 1975), Sabra et Chatila, enquête sur un massacre (Le Seuil, 1982), Hébron, un massacre annoncé (Arléa, 1994), Rabin, un assassinat politique (Le Monde éditions, 1996), Arafat l’irréductible (Fayard, 2004).

En août 1982, en plein siège de Beyrouth par l’armée de Sharon, Arafat avait accordé une interview à Kapeliouk. La première du leader palestinien à la presse israélienne. C’est Yedioth Aharonot (et non Al Hamishmar) qui accueille le scoop et désormais son auteur. Un détail : au début de l’entretien, Arafat parle en anglais et Kapeliouk en arabe ; mais quand l’Israélien cite le Coran, on ne parlera plus que dans la langue du Prophète…

Amnon Kapeliouk était un ami de Jeune Afrique, auquel il lui arrivait d’accorder une interview.

J.A. : « Et si Netanyahou se révélait un nouveau Begin ? » A.K. : « On le voit mal démanteler les colonies ou rendre les territoires. » J.A. : « En dehors de la répression, que peut proposer Netanyahou aux Palestiniens ? » A.K. : « Beaucoup de processus et peu de paix ! » J.A. : « Les États-Unis pourraient-ils contraindre Netanyahou à devenir raisonnable ? » A.K. : « Certes, ils en ont les moyens, mais en ont-ils la volonté ? »

Cette interview remonte à juin 1996. Oui, 1996. « Mon seul tort, nous avait-il confié un jour, est de dire la vérité avant les autres. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Moyen-Orient

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Israël : les fous du Temple

À l'origine des tensions actuelles à Jérusalem, le courant messianique juif ne cesse de gagner du terrain. Et menace d'enterrer toute perspective de paix avec le monde arabe.[...]

Le groupe EI affirme avoir décapité un Américain et 18 soldats syriens

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en Syrie, et d'au moins 18 soldats syriens, dans une vidéo[...]

Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam

Voie de réalisation spirituelle, le courant mystique de la religion musulmane exprime la quintessence de la Révélation. Aux antipodes du littéralisme rigoriste des salafistes.[...]

La prière des mortes

- Au Nigeria, les quelques lycéennes rescapées des geôles de Boko Haram - parmi les 276 jeunes filles enlevées le 14 avril à Chibok, dans l'est du pays - racontent leur[...]

Palestine : 13 novembre 1974, discours historique de Yasser Arafat à l'ONU

Alors que le monde entier célébrait le 11 novembre les dix ans de la mort de Yasser Arafat, le 13 novembre est une autre date importante de son destin politique. Il y a quarante ans, le leader palestinien[...]

Dix ans après sa mort, les rameaux de Yasser Arafat sont fanés

En acceptant de renoncer à la violence et de reconnaître l'État hébreu, Abou Ammar avait fait naître des espoirs de paix. Dix ans après sa mort, ils se sont presque évanouis.[...]

Israël - Palestine : tensions sur l'esplanade des Mosquées

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, est au centre de toutes les tensions.[...]

Allemagne : Raed Saleh, tombeur de murs

Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, quittera ses fonctions le 11 décembre. Candidat à sa succession, Raed Saleh, un Palestinien de 37 ans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces