Extension Factory Builder

Amadou Mahtar Mbow

23/06/2009 à 16:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Président du comité national de pilotage des Assises nationales du Sénégal

Jeune Afrique : Les conclusions des Assises nationales lancées le 1er juin 2008 et la « Charte de la gouvernance démocratique » ont été rendues publiques le 24 mai. Ont-elles été officiellement remises au chef de l’État ?

Amadou Mahtar Mbow : Il n’y a pas eu de remise officielle. Nous avons créé une commission spéciale chargée de préparer leur diffusion en français, en anglais, en arabe et dans plusieurs langues nationales. Nous mettons en place un comité de suivi des Assises. Et nous planchons aussi sur le financement des activités à venir.

 

Pensez-vous que le gouvernement tiendra compte des Assises ?

Si le pouvoir utilise nos recommandations, il en tirera profit. Mais il faut savoir que nous n’avons pas tenu ces assises pour un pouvoir ou pour un gouvernement. Nous renvoyons tout au peuple. Nous devons renverser la vision que l’on a de la vie politique. La population doit s’approprier sa citoyenneté et l’exercer en toute connaissance de cause. Dans la charte, nous avons d’ailleurs prévu le renforcement des organes de contrôle pour que ceux qui sont tentés d’utiliser indûment les biens publics puissent être poursuivis. Si nous voulons que les choses changent, les populations doivent devenir les acteurs de ce changement. Et c’est possible.

 

Les Assises nationales peuvent-elles favoriser le dialogue politique ?

Elles ont permis aux responsables politiques de se rencontrer et de se parler. Ils ont travaillé avec les autres participants, notamment les représentants de la société civile et de la population. De là est venue la confiance. Nous œuvrons pour trouver ensemble des solutions aux problèmes du Sénégal. Ces assises ne sont ni celles de l’opposition ni celles du pouvoir. Elles appartiennent aux Sénégalais. D’ailleurs, les politiques qui y ont participé ont eu un comportement exemplaire. Jamais ils n’ont cherché à se les approprier.

 

Avant ces Assises, dans un premier temps dénoncées par le pouvoir, vous avez rencontré le président de la République. L’avez-vous revu ?

Je l’ai rencontré une première fois avant le lancement. Je lui ai dit que la situation du pays s’était détériorée et que les gens devaient chercher des solutions consensuelles aux problèmes. En septembre 2008, lorsque nous nous sommes revus, je l’ai invité à venir aux Assises et il a répondu : « Faites les assises. On verra après. » Nous verrons donc ce qui se passera.

 

Ces Assises nationales ont-elles inspiré d’autres Africains ?

Il y a beaucoup de gens de différents pays d’Afrique qui ont manifesté leur intérêt. Toute la méthodologie sera mise à leur disposition. Ils peuvent s’inspirer de l’exemple sénégalais, mais ils l’adapteront. Nous sommes de farouches partisans de l’intégration africaine.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Sénégal

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : 'J'ai dit la vérité, rien que la vérité'

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura [...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Sénégal : la déclaration choc de Karim Wade face à la Crei

En détention depuis près d'un an, Karim Wade, ex-ministre et fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, passe à l'offensive. Dans une déclaration, mercredi, il a[...]

Claude Mademba Sy, doyen des tirailleurs sénégalais, est mort

Claude Mademba Sy, ancien officier supérieur de l'armée française, est décédé mardi à l'âge de 90 ans. Il était la dernière grande figure des tirailleurs [...]

Cinéma : "Mille soleils" de Mati Diop, une affaire de famille

Dans un moyen-métrage audacieux, Mati Diop prolonge l'un des films les plus marquants du cinéma africain, Touki Bouki, signé par son oncle Djibril Diop Mambety.[...]

Sénégal : les scénarios de l'affaire Karim Wade

Alors que Karim Wade, ancien ministre sénégalais et fils d'Abdoulaye Wade, après un an d'incarcération, est à nouveau entendu par la CREI ce jeudi 3 avril, l'instruction de sa deuxième[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers