Extension Factory Builder

Mohamed Horani : « Je préfère me taire et laisser mon travail parler pour moi »

17/06/2009 à 09:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Horani : « Je préfère me taire et laisser mon travail parler pour moi »  Mohamed Horani : « Je préfère me taire et laisser mon travail parler pour moi »

Le nouveau patron des patrons marocains veut poursuivre le travail de son prédécesseur et accélérer la modernisation des entreprises du pays. Dans la plus grande discrétion.

Un homme d’action peut-il être discret ? Telle est en tout cas l’équation que veut imposer le nouveau président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), qui entame un mandat de trois ans. À la différence de son prédécesseur, le charismatique Moulay Hafid Elalamy, Mohamed Horani n’aime guère être placé sous les feux de la rampe médiatique. Marié à 23 ans, père de trois enfants, amateur de football, membre du Rotary, il cultive le classicisme. « C’est vrai que je suis discret. Je préfère me taire et laisser mon travail parler pour moi », explique le patron des 30 000 patrons marocains, né en 1953 et issu d’une fratrie de sept garçons et trois filles. 

Issu d’un milieu très modeste

C’est sans doute de son enfance dans un milieu très modeste – son père tenait un four collectif dans le quartier populaire de Derb Soltane à Casablanca – que Mohamed Horani tient son tempérament. À l’aube des années 1970, l’ascenseur social marocain n’est pas des plus rapides. Cela n’empêche pas le jeune Mohamed de gravir un à un les étages grâce aux sacrifices financiers de ses parents. En 1974, diplômé de l’Institut national des statistiques et d’économie appliquée de Rabat (Insea), il intègre pendant deux ans la fonction publique au ministère du Plan. Affecté au service du recensement, sa carrière coïncide avec les débuts de la révolution informatique. Installé à Rabat, l’américain IBM concurrence le français Bull pour l’informatisation de la gestion publique. Horani, lui, est débauché par la Sacotec, l’une des premières filiales informatiques de l’ONA.

Six ans après, en plein boom informatique du début des années 1980, il est recruté par Bull avant de rejoindre, quatre ans plus tard, la toute jeune Société maghrébine de monétique (S2M). Chargé de diriger le développement du premier logiciel marocain de paiement par carte de crédit, Horani comprend le formidable potentiel de ce secteur quand d’autres estiment que rien ne remplacera jamais le chèque. En 1995, avec trois collègues, il crée Hightech Payment Systems (HPS). Aujourd’hui présente dans une cinquantaine de pays, HPS est l’une des icônes du Maroc qui gagne. Et c’est donc tout naturellement que le discret mais visionnaire Horani est d’abord sollicité par ses pairs pour prendre la présidence de l’Apebi (Association des professionnels des technologies de l’information). En avril enfin, il se laisse convaincre pour se présenter à la tête de la CGEM, qu’il cueille comme une fleur le 21 mai, son seul autre concurrent, le cimentier Mohamed Chaïbi, ayant retiré sa candidature.

Mais la CGEM, ce n’est pas qu’une consécration personnelle. C’est aussi la gestion de 31 fédérations professionnelles qui ont parfois de solides divergences. Pragmatique, Mohamed Horani sait aussi qu’il y a des coups à encaisser dans l’aventure. « La mission n’est pas simple », concède-t-il. Il compte d’abord, avec son colistier Mohamed Tamer, « consolider les acquis de l’équipe sortante », notamment en termes de rayonnement international. Mais il ne va pas seulement gérer un bilan en regardant dans le rétroviseur. « Oser et innover » est le nouveau slogan de la CGEM pour, selon son président, « donner un nouveau souffle à l’entreprise marocaine ». Et, plus largement, « insérer le Maroc dans l’économie mondiale du savoir », avec une grande priorité pour Horani, l’expert en réseau : l’installation d’un système d’intelligence économique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces