Extension Factory Builder

Hassan Abouyoub

09/06/2009 à 12:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hassan Abouyoub Hassan Abouyoub © DR

Un forum international organisé par le Haut-Commissariat au plan du Maroc se penche sur les défis urgents de la crise internationale. Et sur la recherche de solutions concertées.

Au Palais des congrès de Skhirat s’est déroulé, les 29 et 30 mai, le forum « Pour une initiative tricontinentale atlantique ». Venus d’horizons divers, les participants ont échangé informations, analyses, projets. Les débats portaient sur les défis urgents de la crise, mais aussi sur les questions concernant les sphères sociale, environnementale, sécuritaire. Objectif : définir les contours d’un « consensus global ».

C’est le Haut-Commissariat au plan (HCP), que dirige Ahmed Lahlimi-Alami, qui est à l’origine de ce forum. Depuis quatre ans, il s’était attelé à un programme d’études prospectives sur le thème « Maroc 2030 », « en toute indépendance institutionnelle et intellectuelle », tient-il à préciser. Deux forums ont réuni des experts marocains et étrangers, des universitaires, des responsables économiques et politiques et des représentants de la société civile. Le premier concernait le Maghreb, le deuxième l’espace euro-méditerranéen. Au cours de ces forums, les appartenances arabe, africaine et euro-méditerranéenne du royaume ont eu l’occasion de s’exprimer. « La dimension atlantique du Maroc, explique Lahlimi, n’a pas manqué de s’inviter à notre réflexion. » Elle s’est imposée avec force « comme géographie, histoire et destin ». Pour s’en tenir à la géographie, il convient de rappeler que la façade atlantique du Maroc accueille près de 50 % de la population. En outre, elle contribue pour 60 % au PIB et réalise la quasi-totalité du commerce extérieur. D’où le thème du troisième forum.

Hassan Abouyoub, ancien ministre et ambassadeur itinérant, qui a été, aux côtés d’Ahmed Lahlimi, le maître d’œuvre de cette rencontre, nous en dit plus.

 

Jeune Afrique : Comment expliquez-vous le tropisme atlantique qui a marqué le forum ?

Hassan Abouyoub : Lorsque le Haut-Commissariat au plan a entamé, en 2005, son exercice de prospective sur le « Maroc 2030 », il s’est rendu compte que le local mène au Maghreb, que le Maghreb mène à la Méditerranée et que la Méditerranée mène à l’Atlantique. D’où l’organisation de plusieurs forums : sur le Maghreb en 2007, la Méditerranée en 2008 et aujourd’hui l’Atlantique.

 

Cet intérêt pour l’Atlantique n’implique-t-il pas un alignement sur les États-Unis ?

Au contraire ! Avec la crise systémique sans précédent que connaît le monde, l’hyperpuissance elle-même n’est pas capable seule d’affronter les défis qui en résultent. Si on ajoute des thématiques telles que le réchauffement climatique, le terrorisme, le trafic de drogue…, on n’a aucun mal à admettre que seule une approche globale peut apporter une réponse appropriée.

 

Quels sont les principaux enseignements du colloque ?

L’arrogance naturelle des pays riches a disparu. Deuxième surprise : la qualité d’écoute quand les représentants des pays émergents ont analysé, critiqué, proposé. En troisième lieu, la Chine a fait une offre de coopération dans le cadre d’une gouvernance internationale rénovée, ouverte à tous. Dernière leçon : l’existence d’un fort consensus sur l’importance des processus régionaux pour faciliter les négociations qui devraient nous conduire vers cette nouvelle gouvernance. Un G192 [tous les États de l’ONU] n’est pas efficace, et le G20 souffre d’un déficit de légitimité. Il faut donc inventer un GX permettant à des régions homogènes de dialoguer et de décider.

 

Plus d’une fois, on a parlé du Maroc comme d’un laboratoire…

Les Américains et les Européens cherchent désespérément un modèle de bonne gouvernance. Or le Maroc offre l’expérience disons la moins mauvaise ou la plus crédible d’une réforme entreprise par un leadership fort avec le consensus du pays.

 

Le Maroc se veut à la fois arabe, africain et désormais atlantique. Ne craignez-vous pas qu’on s’y perde ?

Le Maroc est un vieil État-nation qui s’est constitué à travers une addition des religions, des cultures et des civilisations. Forts de cette histoire, nous pouvons nous percevoir comme l’archétype de la nation globale qui se moque de la dialectique Nord-Sud ou Orient-Occident. Nous devons contribuer à l’émergence d’une nouvelle gouvernance.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers