Extension Factory Builder

Hassan Abouyoub

09/06/2009 à 12:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hassan Abouyoub Hassan Abouyoub © DR

Un forum international organisé par le Haut-Commissariat au plan du Maroc se penche sur les défis urgents de la crise internationale. Et sur la recherche de solutions concertées.

Au Palais des congrès de Skhirat s’est déroulé, les 29 et 30 mai, le forum « Pour une initiative tricontinentale atlantique ». Venus d’horizons divers, les participants ont échangé informations, analyses, projets. Les débats portaient sur les défis urgents de la crise, mais aussi sur les questions concernant les sphères sociale, environnementale, sécuritaire. Objectif : définir les contours d’un « consensus global ».

C’est le Haut-Commissariat au plan (HCP), que dirige Ahmed Lahlimi-Alami, qui est à l’origine de ce forum. Depuis quatre ans, il s’était attelé à un programme d’études prospectives sur le thème « Maroc 2030 », « en toute indépendance institutionnelle et intellectuelle », tient-il à préciser. Deux forums ont réuni des experts marocains et étrangers, des universitaires, des responsables économiques et politiques et des représentants de la société civile. Le premier concernait le Maghreb, le deuxième l’espace euro-méditerranéen. Au cours de ces forums, les appartenances arabe, africaine et euro-méditerranéenne du royaume ont eu l’occasion de s’exprimer. « La dimension atlantique du Maroc, explique Lahlimi, n’a pas manqué de s’inviter à notre réflexion. » Elle s’est imposée avec force « comme géographie, histoire et destin ». Pour s’en tenir à la géographie, il convient de rappeler que la façade atlantique du Maroc accueille près de 50 % de la population. En outre, elle contribue pour 60 % au PIB et réalise la quasi-totalité du commerce extérieur. D’où le thème du troisième forum.

Hassan Abouyoub, ancien ministre et ambassadeur itinérant, qui a été, aux côtés d’Ahmed Lahlimi, le maître d’œuvre de cette rencontre, nous en dit plus.

 

Jeune Afrique : Comment expliquez-vous le tropisme atlantique qui a marqué le forum ?

Hassan Abouyoub : Lorsque le Haut-Commissariat au plan a entamé, en 2005, son exercice de prospective sur le « Maroc 2030 », il s’est rendu compte que le local mène au Maghreb, que le Maghreb mène à la Méditerranée et que la Méditerranée mène à l’Atlantique. D’où l’organisation de plusieurs forums : sur le Maghreb en 2007, la Méditerranée en 2008 et aujourd’hui l’Atlantique.

 

Cet intérêt pour l’Atlantique n’implique-t-il pas un alignement sur les États-Unis ?

Au contraire ! Avec la crise systémique sans précédent que connaît le monde, l’hyperpuissance elle-même n’est pas capable seule d’affronter les défis qui en résultent. Si on ajoute des thématiques telles que le réchauffement climatique, le terrorisme, le trafic de drogue…, on n’a aucun mal à admettre que seule une approche globale peut apporter une réponse appropriée.

 

Quels sont les principaux enseignements du colloque ?

L’arrogance naturelle des pays riches a disparu. Deuxième surprise : la qualité d’écoute quand les représentants des pays émergents ont analysé, critiqué, proposé. En troisième lieu, la Chine a fait une offre de coopération dans le cadre d’une gouvernance internationale rénovée, ouverte à tous. Dernière leçon : l’existence d’un fort consensus sur l’importance des processus régionaux pour faciliter les négociations qui devraient nous conduire vers cette nouvelle gouvernance. Un G192 [tous les États de l’ONU] n’est pas efficace, et le G20 souffre d’un déficit de légitimité. Il faut donc inventer un GX permettant à des régions homogènes de dialoguer et de décider.

 

Plus d’une fois, on a parlé du Maroc comme d’un laboratoire…

Les Américains et les Européens cherchent désespérément un modèle de bonne gouvernance. Or le Maroc offre l’expérience disons la moins mauvaise ou la plus crédible d’une réforme entreprise par un leadership fort avec le consensus du pays.

 

Le Maroc se veut à la fois arabe, africain et désormais atlantique. Ne craignez-vous pas qu’on s’y perde ?

Le Maroc est un vieil État-nation qui s’est constitué à travers une addition des religions, des cultures et des civilisations. Forts de cette histoire, nous pouvons nous percevoir comme l’archétype de la nation globale qui se moque de la dialectique Nord-Sud ou Orient-Occident. Nous devons contribuer à l’émergence d’une nouvelle gouvernance.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

 Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales (GFCI), devant Maurice, Moscou, Dublin et Madrid.[...]

Islamistes marocains : un modèle nommé AKP

Séduits par l'expérience concluante de leurs homologues turcs, les islamistes du PJD tentent, depuis 2007, de reproduire la recette AKP. Mais ils doivent composer avec un contexte politique radicalement [...]

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex