Extension Factory Builder

Stevie Wonder : « La lutte ne commence que lorsque vous gagnez »

02/06/2009 à 15:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Stevie Wonder Stevie Wonder © AFP

Alicia Keys, Kylie Minogue, Johnny Clegg... du 15 au 23 mai, les plus grands noms se sont succédé à Rabat, à l’occasion du festival Mawazine. Une huitième édition qui s’est clôturée avec le concert du dernier géant de la soul. Rencontre avec une légende vivante.

Sur quelques notes et avec une voix cristalline et bouleversante, le dernier géant de la soul transportait les rares privilégiés qui assistaient à la balance de son concert, le 23 mai. Un peu plus tard, lors de la première partie de son spectacle, Stevie Wonder surprenait avec trois titres aux chaudes couleurs latinos. Et, plus encore, en interprétant deux morceaux ponctués d’envolées orientales : naviguant avec aisance des quarts de ton aux gammes du blues, il coupait le souffle à un public marocain médusé… Parmi ses choristes, sa fille Aïcha Morris a interprété « I’m Gonna Laugh You Right out of my Life », un standard jazz de Nancy Wilson. Un moment d’émotion. « En ce moment, annonce Stevie Wonder, je compose pour elle. » Quant au retour discographique du maître, il devrait intervenir en 2011, à l’occasion du cinquantenaire de ses débuts chez Motown. Khaled devrait le rejoindre sur l’un des titres. « Nous allons collaborer même si nous ne savons pas encore dans quelle mesure », explique Stevie Wonder. Son entourage évoque un album « en forme de tour du monde », à la mémoire de sa mère, Lula, décédée en 2006.

De son implication contre l’apartheid à sa participation au single « We are the World » contre la faim en 1985, l’artiste, 59 ans, a toujours témoigné un attachement particulier à l’Afrique. Son actualité l’atteste : il a pris sous son aile le Franco-Ivoirien Mao Otayeck, ancien directeur musical d’Alpha Blondy, dont le premier album solo, Renewal, vient de sortir aux États-Unis. Et on l’annonce en concert fin juillet à Addis-Abeba, au profit de la lutte contre le sida dans le pays. Stevie Wonder est resté simple, s’amusant comme un enfant au piano malgré ses 80 millions d’albums vendus, 22 Grammy Awards et un oscar de la meilleure chanson. Aux côtés de son frère, sympathique et décontracté, souriant et blagueur après une semaine au Maroc où il dit avoir composé trois nouvelles chansons, Stevie Wonder nous a reçus dans sa loge, quelques minutes avant son concert. Interview.  

Jeune Afrique : Du temps a passé depuis vos premiers engagements en faveur du continent, gardez-vous l’espoir d’une situation meilleure ?

Stevie Wonder : J’espère que ça n’offensera personne, mais je crois vraiment que l’Afrique doit réussir à se présenter comme un continent uni… Trop de ressources naturelles ont été commercialisées sans que les peuples n’en bénéficient. Il faudrait les nationaliser à l’échelle du continent pour un partage juste des richesses. Et parvenir à dégager une langue centrale qui rassemble tout le monde. Nous devons laisser à tous la chance de grandir, de se développer, et de réussir. Je crois que Barack Obama l’a compris. 

De grands artistes, depuis le jazz jusqu’au hip-hop, sont partis à la recherche de leurs racines africaines. Est-ce votre cas, et comment l’Afrique a-t-elle influencé votre travail ?

Vous savez, c’est dans mon sang. Noirs, blancs, marron, jaunes ou je ne sais quoi encore… nous avons tous sur la planète un instinct naturel nous liant à l’Afrique puisque ce continent est le berceau de l’humanité. Il est naturel de se rapprocher de cette essence. Depuis tout petit, par exemple, j’écoute Myriam Makeba. La radio, c’est mes yeux et mes oreilles vers le monde, et tous les sons et les voix que j’entends m’influencent. 

De plus en plus d’Africains-Américains font des tests ADN pour savoir de quelle région ils sont originaires. Qu’en pensez-vous et connaissez-vous vos origines ?

J’ai toujours pensé que je venais du Ghana. La plupart des Noirs aux États-Unis savent qu’ils viennent d’Afrique mais pas forcément de quel pays. C’est pourquoi le terme africain-américian est particulièrement approprié. Je n’ai pas encore fait les tests dont vous parlez, mais je trouve ça très excitant. 

« You Haven’t Done Nothing », dans les années 1970, s’adressait au président Nixon… Aujourd’hui, vous êtes un des soutiens majeurs de Barack Obama. Pensiez-vous qu’un Noir pouvait accéder à la Maison Blanche ?

J’avais déjà rencontré Nixon à la Maison Blanche, quelques années avant cette chanson, lors d’une cérémonie de remise de récompenses à des personnalités handicapées… Je n’avais que 18 ou 19 ans à l’époque. La première fois que j’ai rencontré Barack Obama, c’était au studio de l’un de mes amis. À l’époque il se présentait pour être sénateur. Nous avons eu une grande conversation, et j’ai apprécié ce qu’il m’a dit, sa philosophie, comment il se sentait. Il espérait déjà devenir un jour président. Je lui ai dit qu’il en était capable et que nous n’avions plus qu’à prier pour ça. Cinq ans plus tard, c’est une réalité… 

Vous avez joué lors de son investiture, un événement historique. Vous avez sans doute eu une pensée pour Martin Luther King…

Oui, bien sûr, mais aussi pour beaucoup de personnes qui ont contribué à l’arrivée de ce jour : la famille Kennedy, la famille King, le révérend Jackson, les fillettes tuées par le Ku Klux Klan en Alabama [dans un attentat à la bombe contre une église baptiste, en 1963, NDLR], Emmett Till [un métayer de 14 ans atrocement assassiné dans le Mississippi en 1955 pour avoir tenté de séduire une femme blanche, NDLR], ainsi qu’à tous les militants des droits civiques assassinés. J’ai pensé à tous ces gens qui ont contribué à l’arrivée de ce jour. 

L’élection de Barack Obama signifie-t-elle la fin d’un combat ?

Vous savez, la lutte ne commence que lorsque vous gagnez. C’est là que le challenge commence. Quand vous réussissez, il y a toujours ceux qui vont trouver quelque chose contre vous, qui pensent que ça n’aurait pas dû arriver. Il y a des gens, et pas seulement en Amérique, qui ont espéré la défaite de Barack Obama. Mais une des choses importantes dans la vie est d’avoir la foi : ceux qui étaient négatifs et ce qu’ils ont dit n’ont fait que nous encourager à y croire plus encore, nous donner plus de détermination.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

International

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Grèce - Allemagne : dette contre dette

Alexis Tsipras accepte de régler ce qu'il doit. À condition que des réparations lui soient versées pour les exactions nazies. Angela Merkel s'y refuse par crainte d'ouvrir une boîte de[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces